Régionales : Peut-on vivre sans aller voter ?

MarianneEn voilà une drôle de question existentielle en cette semaine qui se terminera par le premier tour des régionales, question que nous nous sommes posée lors de quelques échanges off entre militants. Non pas que nous ayons des doutes sur notre combat ou de son issue (bien au contraire, nous sommes impatients de voir dans nos régions les pendules de la Sarkozye remises à l’heure par les Français), mais puisque nous sommes dans une époque d’incertitude et de confusion générale, il est salutaire de savoir pourquoi l’on fait les choses pour les faire bien.

Pour quoi (en deux mots !) je n’irai pas voter tout d’abord. Je n’irai pas voter pour un clan contre un autre, par habitude, pour un conservatisme un peu lâche qui finirait par s’endormir peu à peu sur nos éventuels renoncements. Voter est un choix, un acte volontaire, rageur ou révolté c’est selon, plein d’espoir et contre la crainte, en tout cas tourné vers l’avenir même lorsque l’on a à sanctionner le passé. Alors même si j’ai des raisons de “voter contre”, dimanche j’irai à la mairie d’un pas décidé pour “voter pour”.

Mais pour quoi alors ? Voter d’abord pour une équipe que j’estime. Eh oui, j’ai la chance en Bretagne de pouvoir voter pour une liste PS / PC / écolo qui offre un beau visage en plus d’un bon bilan, et je sais qu’il en est de même dans la plupart de nos régions. Mais même dans les régions où l’affiche est plus troublée, je crois que j’aurais trouvé pas mal de raisons de garder mon pas décidé. Sur chacune de nos affiches électorales, il y a le poing à la rose, joli symbole, mais aussi en cette fin d’hiver qui tarde à partir, belle promesse de renouveau. Depuis 2007, le travail fait sur nous-même a été énorme, non pas au plan idéologique (pas encore), mais à celui de la reconstruction d’une volonté commune d’être ensemble pour nous battre à nouveau pour nos concitoyens, pour être en mesure de répondre aux défis et dangers de notre société, pour tracer la route qui mènera à la renaissance du politique (celui qui est à notre service, pas celui qui se sert lui-même). Nous avions abandonné depuis tant de temps ce terrain aux bateleurs et aux vendeurs de vent ! Est-ce pour autant gagné ? Certes non, mais l’évolution technologique (internet en l’occurrence) a très probablement permis d’insuffler une première vague d’air frais dans un petit monde qui tournait en rond et passait une bonne partie de son temps en complots de petits maquis au lieu d’aller tâter de la main calleuse ou de partager les trépidations des parents jonglant entre enfant à récupérer à l’école, frigo à remplir et boulot à finir (c’est d’ailleurs pourquoi je publie ce billet à 11h du soir).
Alors oui, il faudra encore pas mal d’air frais pour chasser les idées devenues rances, dérouiller des muscles politiques atrophiés par le renoncement, mais nous pouvons tous y aider, comme militants ou sympathisants, ou plus simplement comme citoyen.

Dimanche, l’air frais passera par un message clair et fort déposé dans les urnes de France. Plus il sera fort, et plus la Sarkozye sera face à son échec, et plus le Parti Socialiste sera face à ses responsabilités pour continuer son chemin vers la refondation, vers la prise en main de l’avenir de notre pays.

Dimanche, je serai heureux de vivre et de voter !

Nouvelles de la France d’en bas et d’ici

Le Drian / Lebranchu / régionales 2010

Aujourd’hui fut pour moi une journée de campagne avec la visite des ténors de la liste Bretonne des régionales, renforcée pour l’occasion par Martine Aubry qui continue son tour de France par un passage dans le Finistère nord.

En arrivant, j’ai d’abord eu le plaisir de constater que je n’aurais pas froid tant la salle était remplie, et double surprise pour moi qui suis inscrit dans une section où l’on compte plus de cheveux gris que de révolutionnaires chevelus, il y avait dans cette salle beaucoup de personnes encore fort loin de la retraite. Voila qui pourrait être un merveilleux message politique non verbal s’il se confirmait : le PS serait-il en train d’être à nouveau irrigué par des forces nouvelles, jeunes et vigoureuses ?

Des discours de Jean-Yves Le Drian, Marilyse Lebranchu et Martine Aubry, je retiendrai surtout une sérénité certaine et une vraie confiance en l’avenir, pour ces régionales mais aussi du PS lui-même, un PS qui sur le terrain parle d’autre chose que de son nombril souffreteux, parle d’autre chose que des illusions perdues, parle enfin des combats à mener pour les vrais problèmes de nos concitoyens, d’une vision d’une économie forte s’appuyant aussi bien sur une industrie conquérante, des services innovants, et, actualité et région oblige, sur une agriculture qui reprend tout son sens en se tournant vers la modernité et un développement raisonné.
Nos régions et les collectivités locales, avec une fiscalité qui représente à peine 2% de la fiscalité nationale rendent au quotidien des services à chacun dont l’efficacité est sans commune mesure avec l’amateurisme du sarkozysme national. Rapport qualité / prix excellent, exception faite de la Corse et de l’Alsace où la fiscalité locale a augmenté de 22,2 % en 2009 (Corse), et 8,4 % d’augmentation de taxe en 2009 (Alsace). Il est vrai que ce sont les deux dernières régions où sévit l’amateurisme des piteux gestionnaires UMP. Plus pour longtemps semble-t-il.

Aubry / Le Drian / régionales 2010En écoutant Martine Aubry, je ne pouvais m’empêcher de penser au travail remarquable effectué dans l’immense majorité de nos régions, seul bouclier pour amortir les effets calamiteux de la politique sarkozyste. Ce gouvernement se vante de créations sans précédent de nouvelles sociétés, poudre aux yeux statistique qui grâce à l’assimilation des auto-entrepreneurs à des sociétés, permet de cacher une réalité incroyablement plus sombre. Qui lit les annonces légales n’a pu que remarquer l’explosion du nombre de déclaration de cessations d’activité. Qui se bat pour chercher des clients au jour le jour n’a pu que remarquer le report des commandes à plus tard en attendant les jours meilleurs.

Et que dire de ce chômage que l’oracle Nicolas avait vu à la baisse “dans les prochaines semaines et prochains mois”. La réalité est que nous sommes dans le dur de la crise et que sans des politiques éclairées, efficaces et volontaires, nous pourrions fort bien subir une deuxième secousse effroyable.

Ces politiques éclairés, efficaces et volontaires existent : j’en ai rencontré trois ce week-end. Ils sont aujourd’hui le rempart contre les incompétents jouisseurs de l’UMP qui paradent dans les palais nationaux. Début mars, gageons que chacun entendra le message de la France d’en bas et d’ici, message fort, clair, puissant.

Aubry / Le Drian / régionales 2010

Le PS, le PC et Bretagne Ecologie ensemble

Jean-Yves Le DrianLoin des bruyantes trompettes des médias parisiens, la liste PS conduite par Jean-Yves Le Drian trace son bout de chemin dans une efficacité discrète toute Bretonne.

Les militants communistes ont ratifié à 63,79% la fusion de leur liste avec celle de la présidence PS sortante.

La liste Bretagne Écologie a fait de même.

C’est donc une liste élargie, forte et soudée qui part défendre l’excellent travail de l’équipe sortante pour solliciter un nouveau mandat.