Bloggy Bag
twitter facebook rss

Dialogue avec Bertrand Seys

Lis moi avec webReader

B. Seys, le candidat Front de Gauche à la législative dans la troisième circonscription du Finistère, a publié une lettre ouverte à Marguerite Lamour à propos du vote sur le nouveau traité européen.

Alors qu’elle est toujours en pointe sur tous les combats d’importance…, Maguerite Lamour semble avoir perdu le mail de Bertand Seys, ce qui doit expliquer son absence de réponse.

Par contre, nos députés socialistes, Patricia Adam et Gilbert Le bris, ont eux envoyé une réponse expliquant leur vote.

Bien que n’étant pas actuellement député, j’ai posté le commentaire suivant sur le blog de notre camarade du front de gauche :

Je ne suis même pas sûr, au-delà de la position politique, que voter non ou s’abstenir face en pratique une grosse différente sur le fond.

Pour éviter l’effondrement systémique de son économie, les États Unis ont dû injecter 7700 milliards de $ dans le sauvetage de leurs système bancaire ( http://wordpress.bloggy-bag.fr/2011/12/08/reserve-federale-us-une-caisse-noire-de-7770-milliards-de-dollars/ ), et ceci en dehors de tout contrôle démocratique. Au passage, on peut même supposer qu’une partie de ces fonds a permis d’alimenter la crise financière européenne pour récupérer du cash à bon compte en spéculant sur l’effondrement grec, ce qui est immoral mais efficace…

Le fond européen, avec ses 500 milliards d’€ peut donc a priori maintenir la Grèce sous perfusion, mais n’a aucune chance d’éviter un effondrement systémique si cela s’aggravait. C’est pourquoi, s’il est assez clair qu’on ne peut voter pour ce traité, le courage il me semble est de sortir d’un débat technique peu compréhensible pour le commun des mortels et de traiter la seule vraie question qui vaille : qui sera plumé sur cette affaire de dette et à quel niveau ?

Et la question ne se pose pas que pour la seule Grèce, car une réponse pour la Grèce s’applique à tous les autres pays surendettés.

* Pour chacun de ces pays (dont la France), quel est le niveau de dette effectivement soutenable, c’est à dire ce que peut payer le pays sans enclencher un mécanisme qui l’entraînera vers la récession, donc l’augmentation de sa dette, et in fine la misère ?
* A partir de ce niveau, quelle part de la dette faut-il abandonner (intérêt, capital), quelle part faut-il ré-échelonner (intérêt, capital) ?

Si on avait traité le problème de cette façon il y a un an, on aurait sans doute pu limiter les dégâts à un « petit » abandon d’intérêts et un report de capital, la Grèce et quelques autres auraient gagné le temps nécessaire pour faire leurs réformes sans être étranglé.
Nous n’avons pas fait cela, le niveau de perte a monté en flèche et au bout du chemin se profilent la misère et le retour des colonels. C’est criminel.

______________

Le changement c’est maintenant, rejoignez-nous sur notre réseau social en Iroise :

One thought on “Dialogue avec Bertrand Seys

  1. elles aussi on said:

    Pouvez-vous me communiquer une adresse mail à laquelle vous faire parvenir notre questionnaire sur la parité ?
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Submitted in: Actualités, Bretagne, Elections, Info politique, politique, Présidentielles 2012 | Étiquettes : , ,