Lettre aux démocrates et à la gauche

Lis moi avec webReader

Ces derniers temps, on voit fleurir dans la presse et sur les réseaux sociaux des appels à un désistement du candidat qui sortira vainqueur de la primaire de gauche. Il n’y a rien de surprenant à voir des manœuvres d’intimidation et de désinformation sortir en campagne électorale, mais au-delà du côté peu glorieux de la chose, celle-là et particulièrement une stupidité et une provocation.

Stupidité parce qu’à moins de considérer qu’il n’y aura que 100.000 votants à cette primaire et qu’en conséquence on peut balayer leur vote d’un coup de pied de l’âne méprisant, on voit mal la ou le vainqueur expliquer que finalement elle ou il désire passer aux yeux de tous comme le traitre qui s’assoit sans vergogne sur un choix ouvert, libre et démocratique. Rappelons-le haut et fort : de la gauche au centre gauche, tous ceux qui le souhaitaient pouvaient venir s’expliquer dans cette primaire devant les français. Il n’y avait aucun piège et comme on le constate à l’issue du premier débat, ils sont respectueux et le résultat final reste totalement ouvert. Ne pas y participer signifie clairement se placer dans une opposition politique alors oui, qu’un opposant demande un désistement immédiat à un futur candidat après son élection est vraiment stupide.

Mais aussi provocation car qui peut imaginer que le vainqueur de la primaire trahirait dans le même élan sa parole, ses convictions et ses électeurs ? Il serait immédiatement mis en charpie par les autres compétiteurs et tous les votants de la primaire. Retraite immédiate assurée et ce ne serait que justice !

Il faut faire fi de ce genre de communication politique pour revenir à l’essentiel qui est d’avoir un processus électoral sain capable de choisir celui ou celle qui a une vision claire et en phase avec l’époque associée à la solidité émotionnelle et la compétence requise par la fonction.

Le premier débat a permis tout d’abord de montrer que nous avions des candidats qui avaient des choses à dire, qui pouvaient les dire de façon posée, qui pouvaient défendre leur différence, parfois marquée, sans s’invectiver.

Ces candidats ne sont par ailleurs ni trop jeunes ce qui évite l’effet aventurier opportuniste, ni trop vieux ce qui nous évite les vieux routards de la politique qui tentent leur chance une dernière fois.

Ces candidats osent également des orientations qui sont objectivement différentes. Parmi tout ce qui a été proposé à droite ou à gauche, combien d’idées avancées  vont au-delà de l’outil qui ne sert qu’à ajuster l’existant ? Combien ont une chance de changer votre quotidien demain ?

À l’extrême droite, il y a eu la proposition du clan Lepen de sortir de l’euro et de l’Europe, mais ce n’est plus si clair ni plus si certain, et à mon sens pas souhaitable.

Chez Fillon, il y a l’idée de se passer d’une partie des moyens de l’administration publique en supprimant un demi millions de fonctionnaire et d’attaquer la protection sociale à la hache, mais là non plus, ce n’est plus si sûr et pas souhaitable.

Quant à la gauche, il y a au moins une réforme majeure et marquante susceptible d’en finir avec la misère et la précarité : le revenu universel / décent (ou de toute façon que l’on voudra bien l’appeler) qui est une mesure effectivement capable de changer en profondeur notre modèle social et la vie quotidienne de chacun. Ce n’est par ailleurs pas une utopie car des tests de cette idée sont déjà en cours dans certains pays (c’est tout à fait finançable sans doubler les impôts !). C’est réellement une vraie réforme profonde de progrès et pas un ajustement fait pour conserver un modèle de société pourtant devenu insupportable à la majorité des français mais très confortable pour une minorité. Cette idée peut reconstruire cette société où l’on ment depuis trop longtemps à notre jeunesse en leur disant que s’ils travaillent bien à l’école ils trouveront le job de leur rêve qui leur permettra de construire une famille et une belle vie. C’est un mensonge ! De plus en plus, les bons jobs seront verrouillés par ce qui devient une caste qui se réduira fatalement à cause des progrès foudroyants de l’économie numériques. Aujourd’hui, on fait croire que les robots menacent « juste » l’emploi manuel, mais la réalité c’est que l’intelligence artificielle est championne du monde d’échec depuis 1999, championne du monde de go et que le meilleur diagnosticien sur le cancer c’est Watson, le robot d’IBM. Demandez à Cortana (ou Siri) qui est installée sur votre ordinateur et qui sera très bientôt votre indispensable majordome numérique si vous ne me croyez pas !

Alors, oui, il faut passer à une très profonde mutation politique. Il faut que les électeurs fassent émerger une personne capable de défendre de réels changements profonds, pas des mesurettes. Une personne capable de les assumer, pas de vaguement y adhérer sans conviction et valeurs affirmées. Une personne capable de s’appuyer sur une équipe solide, pas une équipe de mercenaires opportunistes. C’est pour cela que les débats des primaires sont essentiels

S’auto-proclamer révolutionnaire et homme providentiel est une hérésie en démocratie. Expliquer qu’un vote libre et démocratique n’a pas d’importance est indigne. Alors que tous ceux qui croient que la démocratie a un sens et qu’une voix a une importance viennent voter à la primaire de gauche. Moi j’y crois et je sais que nous sommes encore nombreux à y croire. Il y a dans cette primaire la possibilité de voter pour des programmes classiques ou radicalement différents. Il y a dans ces candidats des personnalités aux parcours et caractères différents. Il n’y a certes pas de perfection, mais il y a la possibilité d’un vrai choix, dans une vraie élection.

Peuple de gauche, ne te laisse pas abuser, indigne toi des offenses faites à ta liberté, révolte toi contre ceux qui veulent te forcer la main, fais un choix fier et émancipé !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *