Bloggy Bag
twitter facebook rss

Ouest-France très à l’ouest sur les législatives de Brest Rural

Lis moi avec webReader

La qualité des vidéo-reportages de Ouest-France sur la législatives avait tendance à laisser désirer, mais on pouvait espérer de meilleurs résultats concernant les articles papiers. À la lecture du Ouest-France de ce jour, ce n’est à l’évidence pas le cas.

D’abord non, la gauche ne se sent pas « trop forte » : nous sentons simplement que le travail militant effectué depuis des dizaines d’années dans une terre qui a longtemps été historiquement à droite, paie, et que les citoyens sont réceptifs à notre discours. Mais en bons léonards, nous ne sommes pas du genre à fanfaronner et à boire le vin de la victoire avant d’avoir fini le travail. Qui plus est, quel que soit le résultat dans deux semaines, nous continuerons à aller sur le terrain, car vainqueurs ou pas, les champs ne se labourent pas touts seuls et les poissons sautent rarement d’eux-même sur l’étale du poissonnier !

Deuxièmement point, ce n’est pas le succès de François Hollande dans notre circonscription qui a déclenché l’effet de surnombre de candidats, et non, ce n’est pas parce qu’à l’évidence la gauche a une vraie chance que des vocations se sont révélées, en particulier pour Jean-Luc Bleunven. Il y a déjà un an et demi que les socialistes d’Iroise se sont mobilisés pour qu’un candidat PS puisse se présenter dans notre circonscription, et comme malgré nos efforts les appareils en ont décidé autrement, nous avons décidé à une écrasante majorité à l’automne dernier de ne pas faire dissidence, de ne pas présenter de suppléant, mais aussi de travailler l’idée d’un soutien à une candidature divers gauche. C’est ce qui s’est passé au terme d’un processus antérieur de plusieurs mois à la victoire de mai.

Enfin, il serait peut-être temps d’en finir avec cet épisode des cantonales de Ploudalmézeau. Non les socialistes ne vont pas en vouloir jusqu’à la fin des temps à Magali Deval de ne pas avoir apporté son soutien à la gauche. Il est clair qu’elle a compris son erreur de l’époque et a annoncé clairement que quoi qu’il arrive, elle soutiendrait le ou la candidate de gauche arrivée en tête, ce qui est également le cas de Jean-Luc Bleunven (et Bertrand Seys si je ne me trompe). Si la candidature issue de l’accord EELV – PS pose problème c’est tout simplement parce que sur un certain nombre de points importants (énergie, industrie, international, armée) nous ne sommes pas d’accord et comme ne manquent pas de le rappeler certains écologistes brestois, qu’ils ne voteront pas certaines lois du gouvernement Ayrault.

En conséquence, les différentes tendances de la gauche voteront au premier tour pour celui ou celle qui représente le mieux leurs idées et convictions, et au second pour le candidat de gauche qui a le plus de chance de l’emporter sur Marguerite Lamour. C’est le bon sens, une évidence, une saine expression du débat démocratique. Contrairement à Marguerite Lamour qui refuse de s’afficher UMP et ancien soutien de Nicolas Sarkozy, nous affichons et affirmons nos idées clairement, ce qui n’empêche pas d’être réalistes au second tour.

Voilà ce qu’il a y à dire sur les élections législatives en Iroise, dommage les journaux relaient si mal cette réalité !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Submitted in: Brest Rural, Bretagne, Elections, Info politique, politique, Présidentielles 2012 | Étiquettes : , ,