Bloggy Bag
twitter facebook rss

Présidentielles : pourquoi défendre les propositions de François Hollande

Lis moi avec webReader

Comme promis dans mon dernier post, je reviens aujourd’hui sur quelques uns des thèmes abordés par François Hollande dans son discours du Bourget. Ces thèmes sont justes, ce sont les nôtres, et nous devons les porter et les défendre comme s’il revenait à chacun d’entre-nous de les voter à l’Assemblé Nationale. Nous sommes tous les députés de la future majorité et il nous appartient d’aller batailler contre la droite qui depuis 10 ans a accumulé les erreurs et les échecs.

J’ai choisi pour ce billet, des thèmes qui touchent à l’intime du quotidien, à ce qui fait nos vies et que les adorateurs du palais ont depuis longtemps perdu de vue.

La vie du citoyen commence réellement à sa majorité, au moment où il s’apprête à prendre toute sa place dans la société, au moment où il doit contribuer à construire sur la durée. Or ce qui devrait être une évidence est aujourd’hui une vaine illusion. Car à certains la République interdit la possibilité de bâtir une famille et à beaucoup, beaucoup trop, elle ne permet plus de se bâtir un avenir tant les jeunes générations se retrouvent désespérément déclassées.

À tous ces jeunes et ceux à venir, nous socialistes par la voix de François Hollande promettons tout autre chose. D’abord nous voulons une redéfinition de la cellule de vie qu’est la famille pour la République. Chacun de nous a sa propre définition du mariage, qu’il soit fondé sur l’amour, la religion, le patrimoine, le patronyme, et bien d’autres choses encore qui sont personnelles et intimes. Mais ce n’est pas de cette définition dont il est question ici. La République n’a pas à dire à chacun ce qu’est le mariage pour lui, non, la République a sa propre définition pour son propre usage, et cela n’entre pas en conflit avec l’intime qui nous construit. Or si la République s’intéresse au mariage, c’est parce que cette cellule élémentaire est gage d’un projet de vie à long terme, d’une implication plus raisonnée et plus forte dans la vie de la citée, et aussi parce que c’est au sein de cette cellule familiale que sera accueilli le futur citoyen de demain, qu’il sera éduqué. Pour la République, le mariage est un contrat qui lie deux personnes ayant un projet d’enfant, et qui les unit pour longtemps. Ceci ne s’oppose pas aux convictions de chacun, mais cela justifie que les interdictions actuelles soient levées et c’est pourquoi nous défendrons cette réforme.

Mais que peut construire une famille lorsqu’elle n’a pas de toit ? Dans nombre de villes, la situation du logement est catastrophique, indigne du grand pays que nous sommes et que nous voulons rester. Cette situation inacceptable est rendue encore plus critique par les changements climatiques en cours et l’enchérissement rapide de l’énergie. Il est plus que temps de construire, de construire plus, de construire mieux et de construire pour tous. C’est tout l’enjeu du défi du million de logements neufs et anciens avec une « isolation de qualité ». Et cela passe par une baisse du coût du foncier avec la mise à disposition des terrains constructibles appartenant à l’État au profit des collectivités locales. Cela passe également par des sanctions multipliées par cinq pour les communes qui ne respectent pas la loi de solidarité urbaine (SRU). Honte à ces communes trop souvent nanties qui préfèrent les instituts pour Yorkshire obèses aux logements sociaux pour locataires au revenu trop maigre.

Vivre au quotidien ne peut se faire sans eau et sans énergie. Alors oui il faut instaurer un tarif progressif pour l’eau, le gaz et l’électricité. Et j’espère bien qu’un jour, il existera même un seuil de gratuité pour tous ces besoins élémentaires. Je l’ai défendu jadis avec l’Allocation Citoyenne Universelle, peut-être le retrouvera-t-on avec la généralisation des modèles économiques freemium, mais en attendant il appartient à la République d’imposer des règles minimales pour tous les besoins élémentaires.

Et enfin, ce qui sera le grand défi et peut-être la dernière chance d’éviter la révolte, il est plus qu’urgent de sortir les jeunes générations du train vers l’abattoir social dans lequel notre société les a mis ! La génération qui part et qui à bien des égards à tout eu ne peut pas laisser la génération qui arrive dans une telle situation. Alors oui, moi qui suis entre ces deux générations, je soutiens de toutes mes forces la mise en place des contrats de génération, et ces contrats doivent aller bien au-delà du cadre professionnel. C’est toute notre société qui doit retisser un lien inter-générationnel, c’est toute notre société qui doit rééquilibrer les efforts et les récompenses, qui doit apporter des chances nouvelles là où se sont infectées des plaies anciennes. Cela passera par la création de 150 000 emplois d’avenir destinés en priorité aux jeunes des quartiers populaires, mais cela passera aussi par l’engagement de tous. Cette génération déclassée, ce n’est pas une génération d’inconnus, ce sont tous nos enfants, d’hier, d’aujourd’hui ou de demain, nos enfants !

Allons défendre tout cela fasse à la droite qui en 10 ans a massacré notre vie quotidienne, a condamné l’immense majorité de notre jeunesse au profit de son modèle d’égoïsme vaniteux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Submitted in: Elections, François Hollande, Info politique, Personnalités, Présidentielles 2012 | Étiquettes : , , , , ,