Bloggy Bag
twitter facebook rss

PS Iroise : il n’y a pas que la météo qui soit mauvaise

Lis moi avec webReader

Je relaie ici un article du Télégramme « Législatives à Brest-Rural : quand les roses voient rouge », article très en phase avec la météo actuelle. Si depuis une semaine nous enchaînons les tempêtes, la grêle et les orages, il en est de même concernant ce qu’on n’ose même plus appeler un accord entre EELV et on ne sait plus très bien qui au PS.

Rappelons pour ceux qui n’auraient pas suivi ce mauvais feuilleton (qui leur en voudra ?), que cet accord est aussi bien dénoncé chez les écologistes de conviction qui crient à « l’abandon de l’éthique et des valeurs » que chez les militants PS qui sillonnent les territoires et n’ont aucune explication tenant debout à donner à nos sympathisants.

Comble du ridicule, depuis la signature de cet accord Eva Joly est sous les 5% d’intentions de vote, ce qui est un score inférieur au front de gauche. Dit autrement, cet accord avec EEVL non seulement ne nous apportera pas significativement de voix au second tour de la présidentielle, mais nous oblige à aller ouvertement négocier en position de faiblesse avec le Modem qui totalise autant qu’EELV et le FdG réunis ! Quant aux législatives, on semble se diriger droit vers une absence de majorité absolue de gouvernement.

Cette irresponsabilité coupable doit cesser, et elle ne cessera que par la voix des électeurs. Les peuples de Méditerranée ont réussi à faire tomber des dictateurs, il ne devrait pas être très compliqué de faire tomber un accord que personnes ne veut sinon quelques amis de Cécile Duflot. Même le premier fédéral du Finistère ne m’avait pas paru tenir tant que cela à cet accord.

Que faire ? Appliquer la méthode méditerranéenne en commençant par utiliser les réseaux sociaux. Citoyens de la 3ème circonscription du Finistère qui vous sentez bafoués par cet accord, citoyens d’Iroise qui voulez envoyer au parlement un député PS, et au-delà, citoyens de gauche qui refusez que les idées et les aspirations au changement passent après la sauce électoraliste, citoyens qui savez combien est dramatique la situation laissée par l’UMP et Sarkozy, rejoignez-nous sur FaceBook :

3 thoughts on “PS Iroise : il n’y a pas que la météo qui soit mauvaise

  1. Révolution jasmin bruyère, voilà qui est assez joli. Quelques précisions. La démarche actuellement menée ne l’est pas sous le coup de la colère. Bien au contraire, il s’agit d’une réaction très raisonnée à un ensemble d’éléments, en particulier le refus d’un accord qui apparaît comme une absurdité autant auprès de nombres de militants et de sympathisant PS qu’écologistes. Cet accord a été dénoncé en de nombreuses régions (voir par exemple l’exemple des bouches du rhone). Nous pensons par ailleurs être vraiment en mesure de gagner l’iroise avec une candidature PS. Le parallèle avec les révolutions nord africaines se fonde sur des éléments structurels. Emmanuel Todd avait « annoncé » ces révolutions en se fondant sur des éléments démographiques (natalité, alphabétisation, structure familiale). Or un parallèle semble pouvoir être établi suite à la diffuision des technologies web. Si la natalité n’a pas de corrolaire immédiat dans ce cas, nous sommes en train d’entamer un alphabétisation numérique qui court-circuite les formats hiérarchiques habituels (corrolaire des structures familiales). Désolé d’être un peu trop synthétique sur un sujet si dense. En tout cas on verra bien quel sera l’avenir de ce nouveau réseau social.

  2. Article du monde.fr « Les Verts en voie de banalisation »

    http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/12/30/les-verts-en-voie-de-banalisation_1624351_3232.html

    Extraits :

    « De fait, Cécile Duflot ne cache plus ses visées parisiennes, sans craindre d’exaspérer Bertrand Delanoë ; Philippe Meirieu ne craint pas d’affronter la colère de Gérard Collomb, à Lyon, en se présentant aux législatives contre son dauphin ; quant à Jean-Vincent Placé, il ne masque ni son goût du pouvoir ni son envie d’être ministre. »

    « Le contrecoup de cette conversion à la Realpolitik a été rapide et spectaculaire : s’ils ont gagné des élus, les Verts ont perdu des militants. La désaffection est massive : évalués à 20 000 après le succès d’Europe Ecologie aux élections européennes de 2009, les adhérents dépassent à peine les 10 000 aujourd’hui. »

    « Quant aux intellectuels du parti, ou à ses « anciens », ils prennent leurs distances, quand ils ne sont pas tenus en lisière. Ainsi Alain Lipietz est tenu à l’écart par une direction qu’il épingle régulièrement sur son blog ; l’eurodéputé Jean-Paul Besset, futur président de la fondation pour l’écologie politique, premier think tank écologiste, refuse désormais toute responsabilité dans le parti et se mure dans le silence ; et Yves Cochet, député de Paris, n’a pas été réinvesti pour les législatives de 2012. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Submitted in: Bretagne, Info politique, politique | Étiquettes : , , ,