Bloggy Bag
twitter facebook rss

Retour sur le rendez-vous de la semaine politique

Lis moi avec webReader

Francois-HollandeL’actualité cette semaine c’était naturellement l’intervention du chef de l’État à la télévision.

La prestation a été très bien préparée et exécutée, on n’en attendait pas moins de François Hollande. Cette intervention était manifestement vue comme une sorte de rapport d’étape, très factuelle et sans artifice de séduction. Le président m’a semblé particulièrement conscient du fait que quoi qu’il fasse, tant que sa politique n’aura pas donné les premiers résultats positifs, les Français ne lui accorderont aucun satisfecit. Et comment leur en vouloir d’ailleurs ?

Dans ce « rapport d’étape », François Hollande a voulu insister sur les éléments structurels mis en place (il est loin le temps de la politique des coups médiatiques sans lendemain du précédent gouvernement) :

  • la banque publique d’investissement «pour apporter des fonds propres aux entreprises»,
  • un effort de 10 milliards d’euros pour les grandes entreprises,
  • l’accord pour la sécurisation de l’emploi,
  • les contrats de génération,
  • les emplois d’avenir.

Il aurait pu également ajouter les mesures de « colmatage » de la coque du bateau France qui prenait financièrement l’eau de toutes parts lorsque les Français nous ont donné leur confiance en 2012.

Manque-t-il quelque chose ? A mon sens oui. Un vrai travail courageux a été fait (on ne nous a pas épargné les mesures impopulaires !), un travail sérieux et rigoureux. Mais au-delà du nécessaire, du réaliste, du classique, il manque il me semble un élan supplémentaire,  une ouverture vers des pistes résolument novatrices. Nous sommes à la fois dans une crise sans précédent depuis celle des années 30 et dans une exceptionnelle période de ruptures (climatique, énergétique, démographique & numérique). Toute la compétence et les connaissances accumulées dans le monde d’avant ne suffiront probablement pas pour construire le monde d’après.

Du point de vue économique, le monde d’après sera très probablement construit par les TPE qui ne sont que très peu concernées par les emplois d’avenir, les contrats de génération, la sécurisation de l’emploi et la banque publique.

C’est pourtant là que l’on invente(ra) la façon de produire de demain, au plus près des consommateurs. Ce sont pourtant ces entreprises là qui invente(ront) les nouveaux modèles d’affaires où les frontières classiques de l’entreprise sont redéfinies, où les clients sont tout à la fois initiateurs, concepteurs et vendeurs, où les frontières géographiques lointaines sont redessinées au seuil de votre porte.

C’est pourtant là que l’on est en train de réinventer les services publiques, que l’on amplifie les moyens de la citoyenneté, que l’on réinvente les façons de mettre en œuvre l’action publique.

Alors oui, François Hollande a fait une prestation sérieuse cette semaine et nous pouvons acter de la mise en d’œuvre de décisions sérieuses et nécessaires. Mais la boîte à outils ne suffira pas et il est nécessaire d’oser tracer les contours de nouveaux modèles et d’ouvrir les espaces de liberté nécessaires à leur expérimentation d’abord, de leur généralisation ensuite. Il faut aller plus loin, plus vite, plus fort.

 

3 thoughts on “Retour sur le rendez-vous de la semaine politique

  1. Comment sortir de la routine politique à la française ?
    FH doit vendre l’idée qu’il a 5 ans pour changer certains aspects du pays et que les autres élections n’ont rien à y voir d’où la nécessité d’une absence totale du cumul des mandats y compris dans le temps (max 2)
    Que l’avenir des TPE soit l’axe majeur est une certitude, encore faut-il être cru et que ce soit visible – La modestie n’a pas à être de mise et le fait que les patrons de TPE votent à droite ne doit pas être pris en compte –

  2. J’ai autour de moi pas mal de patrons de TPE qui ne votent pas systématiquement à droite loin de là. La plupart sont en attente d’une politique qui soit tout à la fois économiquement cohérente et proche des réalités sociales. Contrairement aux patrons des grandes entreprises, ils se cognent la réalité sociale en direct et sont assez proches proches de leurs salariés pour comprendre leurs difficultés (dont ils prennent d’ailleurs une part à leur compte puisque la première variable d’ajustement en cas de difficulté c’est souvent leur propre salaire).

    Les TPE et dans une certaine mesure les PME ont des patrons que le discours du MEDEF hérisse et que le bilan des dix ans UMP consterne. Ce sont des gens qu’on peut convaincre mais qui ne signeront pas de chèque en blanc.

  3. Pingback: Mediavox » Hollande a fait le boulot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Submitted in: Actualités, Crise, Economie, François Hollande, Personnalités, politique |