Bloggy Bag
twitter facebook rss

Seuls les canards en plastique couinent !

Lis moi avec webReader

Ouest France s’est fendu cette semaine d’un article au ton disons, particulier.

Partant du même constat que nous avions fait il y a quelques semaines, l’article rappelle l’élan du vote des primaires et la confiance que les électeurs avaient mis dans cette élection si particulière. Confiance pour l’heure déçue puisque qu’en dépit des cris au sommet d’EELV et des incroyables incohérences de la décision, la troisième circonscription du Finistère est toujours réservée à un écologiste, sans d’ailleurs être pour l’heure sûr que le candidat choisi parmi les cinq postulants impétrants sera EELV ou UDB. Rappelons pour le côté incohérent, les relations particulières entre notre président Jean-Yves Le Drian et Cécile Duflot qui l’a il y a peu qualifié d’escroc :


« Jean-Yves Le Drian, c’est un escroc“ par Europe1fr

N’oublions pas non plus qu’aux dernières cantonales, ces mêmes écologistes nous avaient gratifié du soutien de la corde du pendu. Mais soit, les écologistes ont parfaitement le droit de défendre des idées incompatibles avec les nôtres et donc de ne pas nous soutenir.

Mais pourquoi dans ce cas n’avons-nous pas le droit à la réciproque ? Étrange aussi sont les paroles ironiques du premier fédéral telles qu’elles sont rapportées dans cet article : « C’est vrai, l’histoire électorale démontre que c’est la circonscription que le candidat socialiste gagne à tous les coups ».  J’ignore si ces paroles sont exactes, si elles ont été déformées hors contexte, mais si c’était le cas, elles seraient triplement décalées.

  • D’abord parce qu’aucun militant de la troisième circonscription ne prétend que cette bataille sera facile (d’ailleurs il n’y a eu que deux candidatures déclarées à ce jour ce qui montre bien que tout le monde a bien mesuré la difficulté et l’importance de la tâche).
  • Ensuite que ce n’est pas exactement une bonne façon d’apaiser des tensions plus que légitimes lorsqu’on prétend occuper un poste de responsabilité à moins de vouloir reproduire en Finistère un modèle de baronnie dont nous étions jusqu’ici préservés.
  • Enfin parce que c’est une façon d’avouer que c’est ingagnable pour un candidat écologiste. Au moins nous serions d’accord sur ce dernier point…

Ceci dit, si ces paroles sont exactes, elles confirmeraient la position du premier fédéral qui n’est pas de défendre les intérêts des militants, et au-delà des sympathisants d’Iroise, mais de défendre la position de Solférino sur un accord national condamné (ouvertement ou pas) par à peu près tout le monde, y compris par Eva Joly dont on se souvient de la sentence cinglante amendée suite à une « mise sous tutelle« .

Et que pensent les Français de cet accord d’ailleurs ? Les citoyens de la troisième circonscription seraient-ils de vilains canards irascibles arque-boutés sur leur bout de lande ? Et bien à à 63% les Français désapprouvent l’accord sur le désaccord. Pire, 71% des sympathisants PS souhaitent son retrait ! Qu’est-ce que cela sera quand tout le monde aura effectivement lu et compris cet accord qui après le paragraphe MOX semble être truffé de perles comme (je cite Le Parisien) ce curieux passage sur l’ONU que certains dirigeants socialistes semblaient découvrir. « Ça n’avait même pas été suggéré », estime ainsi l’un des négociateurs du groupe de travail sur l’international. Pierre Moscovici, le directeur de campagne de François Hollande, a tenté d’éteindre l’incendie en précisant qu’il n’était « pas question de remettre en cause le statut de membre permanent de la France au Conseil de sécurité ni son droit de veto ».

À l’évidence, la position des militants d’Iroise est très représentative de celle des Français. À l’évidence la position des états-majors d’EELV et du PS n’est pas tenable. À l’évidence nous sommes devant un vrai problème de démocratie qu’il faut résoudre. Je ne suis pas sûr que le pataquès actuel soit suffisant pour empêcher François Hollande de gagner en 2012, mais il peut nous empêcher de gouverner puisque Solférino a mis le PS en situation de n’être pas sûr d’avoir une majorité à l’Assemblée Nationale. Comment alors gérer l’une des crises les plus grave de notre pays en temps de paix ?

Dans une situation où à l’évidence certains aspects nous demeurent inaccessibles, voici ce que je souhaite voir défendu mercredi prochain.

Nous n’aimons pas plus les oukases que les putschs et quelle que soit la décision finale, cette décision doit recevoir l’assentiment libre et éclairé des militants de la troisième circonscription.

Cette décision doit se faire dans l’intérêt des citoyens que le futur député est censé représenter. Les équilibres politiques viennent ensuite.

Cette décision doit permettre de mettre en place une politique qui réponde à quatre défis potentiellement mortels :

  • La rupture climatique ne pourra être gérée à coup de reculs malthusiens,  de bons sentiments naïfs et de doux rêves.
  • La rupture énergétique est liée à la gestion de la rupture climatique. La fin de l’ère pétrolière permet de diminuer plus rapidement notre empreinte* carbone mais à condition entre autre de pouvoir remplacer ce pétrole par de l’électricité dont une bonne partie est nécessairement à court et moyen terme, nucléaire.
  • La bascule démographique dont nous voyons quelques symptômes avec les problèmes de retraite mais aussi de déclassement des jeunes générations a besoin d’une audace réformatrice radicale. Là non plus il ne suffira pas de quelques bons sentiments ou de quelques anathèmes à destination des financiers.
  • Enfin, la numérisation de nos sociétés a de grandes chances d’amplifier la crise démographique et de transposer chez nous les crises d’origine démographique du bassin Méditerranéen : la numérisation étant le pendant de l’alphabétisation, les réseaux sociaux étant le pendant de la remise en cause de l’autorité issue de la structure familiale. La crise actuelle de cet accord sur le désaccord en est d’ailleurs une illustration puisque vous êtes en train de me lire.

Cette crise de la troisième circonscription du Finistère est plus qu’une péripétie militante. Elle est un marqueur du passage de l’ancienne démocratie à une nouvelle forme de démocratie. Elle est le prolongement de l’espoir porté par les primaires citoyennes. À chacun de choisir son combat et de le mener en conscience. Et vous, que ferez-vous ?

_______

* J’avais écrit emprunte, ce qui est un lapsus intéressant…

4 thoughts on “Seuls les canards en plastique couinent !

  1. Les derniers résultats du GIEC sont plus qu’alarmants : http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/monde/les-indices-du-changement-climatique-28-11-2011-1513953.php

    La barre des 2°C ne semble plus pouvoir être tenue (à ce seuil on se demandait comment gérer la situation) et nous semblons nous diriger vers 4°C si nous n’arrivons pas à agir sur le climat (et non plus seulement s’arrêter de rejeter des gaz à effet de serre).
    En clair, cela peut vouloir dire par exemple changer certains écosystèmes pour accélérer la captation de carbone. Mais pour faire cela, il faut avoir une majorité forte s’appuyant sur une réflexion scientifique appuyée et une maîtrise technologique qui n’admet pas l’approximation. Et aussi des politiques qui sauront aller dans ce sens.

  2. François Hollande a pris aujourd’hui ses distances avec l’accord électoral signé dans la confusion par le Parti socialiste et EELV en affirmant qu’il n’appliquera que les mesures « essentielles » s’il est élu président de la République.

    Autres extraits saillants :

    « Tant que je serai dans la situation d’exercer la responsabilité de mon pays, si les Français me la confient, il n’y aura pas de remise en cause unilatérale du droit de veto », a-t-il déclaré sur RMC Info et BFM TV ( http://fh12.fr/l/33045380 )

    « j’appliquerai les mesures qui me paraissent les plus essentielles ».

    « Cet accord, il existe, c’est un accord entre partis, moi je suis candidat à la présidence de la République »,

    http://www.lepoint.fr/fil-info-reuters/francois-hollande-prend-ses-distances-avec-l-accord-ps-eelv-28-11-2011-1401401_240.php

    Chacun pourra conclure qui, des sections socialiste de la 3ème circonscription ou des organes administratifs du PS, sont dans la même ligne que notre candidat et qui est le plus à même de défendre sa candidature.

    Cet accord n’a pas de sens, nous devons reprendre notre liberté électorale et citoyenne dans le respect des autres forces de gauche, mais pas plus et pas moins.

  3. François Hollande publie ce soir dans Le Monde une tribune sur la transition énergétique : http://fh12.fr/l/2a78d353

  4. L’incompréhension et le rejet de l’accord a gagné les Côtes d’Armor : http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Cotes-d-Armor.-Le-patron-du-PS-irrite-par-les-candidatures-ecologistes-aux-legislatives_40825-2015227——22278-aud_actu.Htm

    « Je constate pourtant qu’il y a des candidats écologistes partout, note Thierry Burlot. Dans ces conditions, je propose de ne réserver aucune circonscription et, dans le cadre d’un pacte républicain, le second se retire entre les deux tours au profit de celui qui a réalisé le meilleur score ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Submitted in: Info politique |