Bloggy Bag
twitter facebook rss

La première bonne nouvelle du XXIème siècle

Lis moi avec webReader

L’une des plus anciennes guerre de religion du XXème siècle semble être en passe de se terminer : l’Irlande du nord semble enfin avoir trouvé le chemin d’une paix durable.

Quel chemin parcouru par tous les peuples d’Europe pendant le siècle dernier : deux guerres mondiales, plusieurs guerres civiles (de Franco à Milosevic), des dictatures communistes… pour aboutir à une Europe qui semble enfin décidée à rompre avec son passé belliqueux. Pourtant, cela se fait dans une relative indifférence. Ainsi, la plus belle utopie du siècle passé, l’Union Européenne, a fêté ses 50 ans dans la discrétion, voire un certain pessimisme.

Etrange situation que la notre, et qui consiste à ne jamais se réjouir de nos succès, à se plaindre de tout et de tous en accusant l’autre de n’avoir pas fait dans le passé les choix qui nous préserveraient des maux à venir, ou pire, en choisissant à l’heure de l’élection les candidats les plus à même de faire perdurer la douce langueur monotone de notre masochisme aigri.
Une preuve ? Quels sont les grands débats de notre élection présidentielle ? Un nouvel élan pour l’harmonisation sociale du continent ? La reconquête européenne de son glorieux passé méditerranéen ? L’affirmation de nos ambitions universaliste et la régénération des grandes institutions mondiales telles le tribunal pénal ou l’ONU ? Non, juste l’utilité comparée d’un ministère dédié à la bonne définition de la nationalité avec l’intérêt d’avoir un drapeau à exposer à ses fenêtres…
S’occupe-t-on d’inventer une citoyenneté qui harmoniserait celles exercées au sein des régions, des pays et de l’Europe, qui fluidifierait l’exercice des pouvoirs régionaux, étatiques, supranationaux ? Non, on pérore sur les méthodes musclées de coercition des ” déviants ” et l’on cherche à segmenter la société en autant de corporations et de communautés qu’il y a d’intérêts myopes et mesquins.

L’utopie universelle et volontaire accouchée par les traumatismes d’un siècle de sang et de fureur est aujourd’hui étouffée par notre paresse satisfaite et notre pusillanimité non assumée.
Mais sortons de ces chamailleries de cours de récréation ! Nous avons la possibilité de nettoyer nos rues de la misère. Nous avons la chance d’avoir les moyens de préparer notre société au changement climatique. Nous avons les moyens de moderniser nos rapports sociaux et nos institutions. Nous avons l’opportunité de réconcilier toutes les générations de notre société. Il faut juste décider et accepter le changement, un changement volontaire et pacifié, une grande et belle nouvelle utopie pour ce siècle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Submitted in: International |