Un beau dimanche, une belle victoire

Lis moi avec webReader

J’ai pris une petite journée de décompression avant d’écrire ce post rapide.
Dimanche fut l’aboutissement d’un pari sur la possibilité de faire de la politique (un peu) autrement. Ce premier pas a été gagné haut la main, à la fois par sa réussite technique, la tenue des débats (quoi qu’en disent Copé et Morano les échanges les plus vifs n’ont rien eu à voir avec les crocs de boucher que certains « ténors » de l’UMP se promettent mutuellement), et plus encore par la réponse des Français et même la sagesse de leur verdict.

Alors bien sûr que les choses sont améliorables et qu’elles le seront, mais oui, je suis fier sur ce coup là, fier d’avoir quitté le café du commerce pour militer au PS, et fier d’avoir rencontré tant de sympathisants heureux d’être venus voter dans mon bureau (qui soit dit en passant, avec sa vue sur l’anse de mer, son lever de soleil à 8h30, la sortie des avirons, l’arrivée d’un trois mats à 12h et les enfants qui jouent sur la plage l’après-midi, arrive probablement sur le podium des bureaux de vote les plus sympas de France !).

Fier aussi d’avoir vu en soirée tous les candidats ensemble, fier d’avoir vu Martine Aubry reconnaître avec classe la victoire de François Hollande. Je suis maintenant heureux de retrouver les militants qui jusqu’à dimanche avaient fait d’autres choix que le mien, et particulièrement impatient de retrouver en particulier tous mes camarades socdems.

Politiquement, non seulement la gauche a redoré son blason dimanche, mais la droite a fait plus que perdre avec ses dénégations puériles. Depuis 10 ans, ils auront décidément été épouvantablement mauvais sur tout : économie, social, image de la France, respect de la République et maintenant respect de l’expression démocratique.

Primaires : le sens du vote de dimanche

Lis moi avec webReader

Arnaud Montebourg, Jean-Michel Baylet, Ségolène Royal, Manuel Valls. Les quatre candidats qui n’ont pas passé le premier tour de la primaire citoyenne ont appelé à voter François Hollande. Après une telle unanimité, et en affirmant haut et fort à la fois le respect du vote de chacun et la qualité de Martine Aubry, il serait fort étrange de ne pas voir François Hollande désigné demain.

Le vote du second tour est-il pour autant vidé de son sens ? Non, mille fois non.

La primaire citoyenne avait plusieurs ambitions.

D’abord donner la possibilité aux militants et sympathisants de gauche de choisir une ligne politique (tendance marxiste, libérale, social-démocrate, …) et affirmer leur préférence pour telle ou tel. De ce point de vue, le choix est clair : les votants se sont prononcés pour la ligne médiane social-démocrate et des personnalités modérées.

La deuxième ambition était de commencer la transformation de la vie politique en donnant la parole le plus tôt possible aux Français par un processus inédit. Avec 2,6 millions de votants, c’est un superbe résultat qui renvoie la droite à son archaïsme et ses jérémiades de cour de récréation. Ce deuxième point ne sera cependant complet que s’il est revalidé dimanche, et c’est bien pourquoi la mobilisation de demain est essentielle. Plus la participation sera forte et plus le message d’une attente de refondation de la politique et de la République sera puissant. Un pas a été fait avec les primaires, ne nous arrêtons pas en si bon chemin !

Enfin, la troisième ambition est de donner un élan formidable à la personnalité qui sera choisie dimanche. Un score étriqué serait insuffisant voire pénalisant alors qu’un écart conséquent serait une gifle cinglante à notre futur adversaire.

Une primaire, trois ambitions, une belle victoire de la démocratie à mettre au crédit de la gauche !

Primaires Hollande Aubry : un résultat prévisible et nécessaire ?

Lis moi avec webReader

Plus qu’un débat et quelques jours avant le verdict des primaires. Nous avons constaté dimanche que les résultats étaient marqués : un vrai premier devant une vraie deuxième devant un vrai troisième. Le podium de l’étape n’est pas contestable.

L’interrogation de ce début de semaine concernait surtout les choix des candidats évincés. À l’exception d’Arnaud Montebourg en situation de jouer une carte personnelle, le verdict est là aussi connu : Manuel Valls, Jean-Michel Baylet et Ségolène Royal, totalisant à eux trois 14% des votes, ont tous appelé à choisir François Hollande. En clair, si Arnaud Montebourg n’appelle pas à voter avec force et conviction pour Martine Aubry, le sort de cette dernière est scellée.

Voilà donc pour l’arithmétique, et j’entends bien l’objection qui consiste à avancer le fait qu’un candidat n’est pas propriétaire de ses voix. C’est tout à fait exact, mais on peut quand même admettre que lorsqu’un choix est clairement rendu public, les électeurs y portent une attention certaine. Par ailleurs les électeurs de Manuel Valls et de Jean-Michel Baylet se sentent idéologiquement plus proches de François Hollande. Le cas des électeurs royalistes est un peu différent dans le sens où ils sont émotionnellement très liés à Royal, alors même si à brûle pourpoint une majorité seraient plus tentée par Martine Aubry (64%) après l’appel à voter Hollande, les choses ont de grandes chances d’évoluer en sa faveur.

Il est d’ailleurs très intéressant de regarder le motif avancé par Ségolène Royal : « elle soutiendra au second tour François Hollande, notamment pour « amplifier » l’avance qu’il a prise dimanche dernier sur ses rivaux« . On trouve ici l’objet essentiel de mon billet du jour. Imaginons qu’Arnaud Montebourg soutienne avec force Martine Aubry (ce que je juge peu probable) et que cette dernière gagne in extremis dimanche. On se retrouverait avec la deuxième et le troisième du premier tour, gagnants contre le 1er plus le quatrième plus le cinquième plus le sixième. Reims en pire… On comprend alors mieux le sens su mot « amplifier » utilisé par Ségolène Royal : dimanche, la gauche a besoin d’un résultat qui soit logique, qui soit cohérent avec les tendances du premier tour, et qui ne souffre d’aucune contestation ou malaise. Si François Hollande avait eu contre lui une large coalition des ses adversaires, la défaite aurait pu être envisagée, mais ce n’est clairement pas le cas ici.

Le deuxième tour des primaires dimanche devra donc régler deux problèmes : trouver une majorité claire, mais aussi trouver une majorité qui puisse enterrer définitivement les problèmes passés. Au premier tour, les électeurs ont exprimé leurs préférences parmi un panel de candidats qui ont pu montrer leur valeur. Aucun n’a démérité, merci à eux. Au deuxième tour, nous votons pour plus qu’une personne, nous votons pour que la gauche ait un candidat incontestable à opposer à Nicolas Sarkozy, un candidat élu sans malaise, un candidat qui dès le résultat pourra entamer le travail de fusion de tous les courants autour de son nom.

Une victoire nette de François Hollande résout cette équation.

Une belle primaire

Lis moi avec webReader

Décidément, les temps sont durs pour les sarkozystes et l’ump ! 2,5 millions de personnes qui sont allés voter, avec autant de détermination que d’espoir, cela a de quoi rabaisser le caquet de certains. J’en profite pour adresser mes salutations à la mamie qui est venu à mon bureau de vote sans pouvoir mettre son bulletin dans l’urne : la pauvre était fort déçue, il est vrai qu’elle pensait que la primaire concernait aussi la droite et quand nous lui avons expliqué la terrible vérité, elle s’en est retournée fort marri…

Ce dimanche fut donc une victoire car le vote a eu lieu, a dans l’immense majorité des cas été bien organisé (un petit regret quand même pour les insulaires : pour eux il faudra améliorer le processus et réfléchir à un vote à distance), le débat a été intéressant et n’a pas donné lieu à des sorties de route. Ce premier tour restera comme une vraie victoire : celle de la reconquête du processus démocratique du peuple de gauche.

Le vote fut donc fort et massif. Autre élément de satisfaction, les écarts entre candidats sont marqués : pas de discussion possible, le premier a une nette avance sur la deuxième, qui elle-même a une nette avance sur le troisième. Certain (dont je suis) ont pu espérer une victoire dès le premier tour (49.9% pour FH dans mon village !), ce n’est pas le cas, mais cela procure tout de même un avantage notable : nous sommes bien dans un vrai processus de débat démocratique, la victoire se conquiert donc et n’est pas donnée. Le vainqueur ne sera pas sacré sans péril, il devra conquérir la gloire.

Nous aurons donc un second tour Martine Aubry / François Hollande.

MA a pour elle une image plus à gauche et une expérience ministérielle saillante, sa réussite en qualité de première secrétaire. Mais cela a son pendant : l’image plus à gauche signifie un élargissement au centre et un débordement vers la droite modéré plus que compromis (or c’est nécessaire pour gagner contre l’UMP), son passage de ministre l’a marquée comme « la dame des 35h », en qualité de 1ère secrétaire sa gestion de l’affaire Guérini fut très discutable. Ce dernier point pèsera sans doute lourd dans la balance des échanges avec Montebourg.

François Hollande a lui l’image de l’homme du consensus, une expérience d’élu mais pas de ministre, un long mandat de 1er secrétaire jalonnés d’échecs et de succès parfois retentissants. Là aussi, le négatif a son pendant positif : face à l’agité stérile de l’Élisée, Hollande donne la figure de la sérénité bienveillante et rassurante, il n’est relié à aucun scandale ou politique controversée, il est l’homme qui dans cette campagne est parti de zéro pour arriver en tête du premier tour.

Enfin, l’équipe de MA est politiquement moins cohérente que celle de FH. D’un côté un attelage Hamon/Emmanuelli, Fabius, Cambadélis et de l’autre les « légitimistes PS » associés aux sociaux-démocrates (Moscovici en tête). Valls a officiellement apporté son soutien à l’équipe de Hollande, soutien qui pèse plus de 5% et qui a la caractéristique d’être homogène (on peut supposer sans risque que la grande majorité des soutiens de MV suivront les consignes).

Côté AM*, ce sera sans doute plus compliqué. D’abord parce que c’est sans doute là que l’on retrouve le vote contestataire à gauche : fédérer la contestation est une chose, dire comment voter à des contestataires en est une autre. Ensuite parce qu’AM s’est vertement opposé à MA concernant Guérini : la rejoindre pourrait être vu comme se déjuger pour obtenir quelque chose. Enfin parce que dans le passé, AM a travaillé avec les sociaux-démocrates de Besoin de Gauche (Moscovici) contre les reconstructeurs de… Martine Aubry. Pas simple pour elle…

Enfin, concernant Ségolène Royal, je suis bien incapable de deviner ce que ses troupes feront. Politiquement ils en veulent à MA pour Reims, émotionnellement ils en veulent à FH pour sa vie privée avec SR. Je ne suis pas entièrement sûr qu’on les reverra dimanche au second tour mais j’espère qu’ils auront fait leur deuil d’ici 2012. On notera à son propos que je ne m’étais pas trompé sur le fait qu’elle aurait du mal à garder sa 3ème place contre Montebourg (pas la peine de payer des sondages, demandez moi…).

Conclusion.

J’ai choisi de soutenir François Hollande depuis plusieurs semaines déjà et je ne le regrette pas. Finalement, mon principal reproche vis-à-vis de Martine Aubry concerne sa façon de manager les gens, de leur parler. Elle est trop dirigiste pour moi, pas assez ouverte à la discussion, à la contestation et surtout à l’innovation. Or nous sommes dans une époque où la contestation monte et où l’innovation, le changement, la transformation sont nécessaires.

Et puis, il y a une dernière chose qui ne passe vraiment pas, et qui concerne la politique locale. Dans ma circonscription du Finistère (3ème circonscription – Iroise), Martine Aubry a décidé qu’il n’y aurait pas… de candidature PS à la législative au nom d’un accord arbitraire et obscure entre Solférino et EELV. C’est doublement insupportable : d’abord parce que si un candidat PS aurait des chances raisonnables d’être élu, un candidat écolo n’en n’a strictement aucune (en Iroise on est plutôt centre-droit, artisans, entrepreneurs et surtout agriculteurs), ensuite parce que cela m’agace suprêmement de me démener avec mes camarades pour réussir des primaires démocratiques pour la présidentielle et de me voir retirer ma citoyenneté pour la législative. Pour les législatives comme pour les présidentielles, je me bats pour plus de démocratie, pour refonder la gauche, ses idées comme ses pratiques. Dimanche fut une belle bataille, il est hors de question que nous nous arrêtions là !

____

* Je viens de m’apercevoir qu’AM (Arnaud Montebourg) était l’opposé de MA (Martine Aubry). Mais seul les cabalistes en tireront des conclusions…

Primaires citoyennes : les différents, les improbables et les acceptables

Lis moi avec webReader

Cette dernière semaine de campagne avant le vote me semble avoir quelque peu baissé dans son intérêt. Cela est sans doute dû au fait que puisqu’il s’agit d’une primaire interne à la gauche, les différences (bien réelles) entre candidats sont plus faciles à décrypter et qu’il faut une campagne plus courte pour situer chacun, surtout lorsque le socle programmatique part d’une base commune. Et peut-être aussi, hélas, parce qu’on a vu ressurgir les petites phrases stériles en lieu et place des arguments constructifs.

Qu’en retirer ?

Il est de bon ton au café du commerce de clamer haut et fort que « la droite et la gauche c’est pareil ». Cette sentence définitive perd vite de sa pertinence lorsque l’on constate l’écart entre un Montebourg bien ancré à gauche avec son improbable concept de démondialisation et un Valls que l’on donne comme le libéral de gauche de service (sans pourtant avoir à se mettre sous la dent un vrai symbole libéral d’ailleurs). Si on constate de tels écarts entre courants d’un parti, il est évident qu’entre partis la différence est encore plus marquée. Finalement, Valls aurait à mon sens gagné à aller au bout de sa démarche, comme Montebourg l’a fait. Je ne crois pas qu’un des deux ait une chance d’être choisi, au mieux semble-t-il, Montebourg peut-il arriver deuxième si la gauche radicale se mobilise comme un seul homme, ce qui n’est pas gagné car la coalition d’Aubry intègre Hamon et la vieille garde représentée par Emmanuelli en plus de Fabius et de quelques anciens de socialisme & démocratie (Cambadélis en tête). Voilà pour le groupe des « différents« .

Un deuxième groupe semble pourvoir être discerné des autres : celui des « improbables« . On y trouve Baylet, intéressant mais qui semble devoir irrésistiblement générer la question « oui et alors ?« . On a aimé l’entendre défendre l’Europe, on a aimé sa pointe d’accent, « oui et alors ? » On y trouve également Royal, partie très tôt pour refaire son retard et essayer de rejouer 2006 sur le même tempo, mais qui manifestement n’est plus en mesure d’avoir un discours qui accroche, qui interpelle.

Enfin dernier groupe, celui des « acceptables pour une majorité à gauche« , regroupant Aubry et Hollande. Tout deux peuvent être choisi et entraîner après la primaire l’adhésion capable de vaincre Sarkozy. Pourtant, le match semble fortement pencher pour Hollande, celui qui, contrairement à Aubry, a réussi à se présenter comme le présidentiable, et celui qui est perçu comme tel. Il est clair que s’il arrive en tête dimanche, voire largement, cela n’étonnera personne.

C’est ce que disent d’ailleurs les sondages. Ah les sondages, adulés par certains lorsqu’ils placent leur candidat(e) devant la photo, tout autant détesté lorsqu’il ou elle disparaît de cette photo ! L’argument de la manipulation est largement avancée. Je suis personnellement très vigilant concernant ces possibles manipulations, mais un sondage ne donne lieu à une manipulation que dans de rares circonstances parfaitement identifiables :

  • s’il est fait dans des conditions peu rigoureuses (sondage en ligne par exemple)
  • si la question est biaisée (ce qui n’est pas ici puisque la question est simple : « pour qui allez-vous voter »)
  • si le sondage est interprété dans un autre contexte ou si le sondage est publié dans une dynamique temporelle qui en change le sens (fait avant un grand discours par exemple et publié le jour d’après)

A l’évidence, les sondages publiés ces derniers temps ne tombent pas dans ces cas, et nous sommes suffisamment proches de l’élection pour les considérer comme prédictifs, c’est à dire de considérer qu’effectivement François Hollande reçoit l’assentiment d’une grosse proportion des Français qui iront voter dimanche. Une dernière chose permet de vérifier cette tendance, même si c’est une vérification indirecte : c’est la mesurer de l’intérêt des Français pour les différents candidats, en particulier ces dernières semaines. Or nous disposons d’un outil permettant de faire cela : ce sont les statistiques des recherches google.



Les recherches Google (restreintes à la France) confirment le fort intérêt créé par le premier débat, suivi d’un intérêt pour MA supérieur à FH pendant quelques jours avant que ce dernier ne repasse devant. Le deuxième débat a eu moins d’impact mais a cette fois clairement profité à Montebourg et Valls, le premier allant jusqu’à faire jeu égal avec l’intérêt pour Aubry. Même si les courbes de google vont plutôt dans le sens des sondages, on se limitera à regarder les tendances puisque le moteur de recherche ne mesure par définition que les mots cherchés, pas la motivation (recherche positive ou négative ?). En tout cas, les résultats ne permettent pas de constater un hiatus entre les recherches des internautes et le résultat des sondages.

Quoi qu’il en soit, dimanche participez à un moment démocratique exceptionnel : allez voter à la première primaire citoyenne de l’histoire de France.

Pour Jean-Jacques Urvoas c’est François Hollande !

Lis moi avec webReader

Jean-Jacques Urvoas vient de rendre officiel son soutien à François Hollande pour la primaire citoyenne.

Dans le Finistère la balance des grands élus penche maintenant très fortement en faveur de François Hollande (Patricia Adam, Maryvonne Blondin, François Cuyandre, Yvon Hervé, Annick Le Loch, Stéphane LeFoll, Jean-Yves LeDrian, Pierre Maille, Louis LePensec, Bernard Poignan, …)

La tendance est claire et puissante, il ne fait pas de toute que cela se traduira dimanche dans les urnes.

Primaires citoyennes : dès dimanche faisons gagner la gauche

Lis moi avec webReader

Venir voter massivement dimanche constituera une première victoire pour tous les Français qui ne veulent plus de Nicolas Sarkozy et de la politique UMP qui a plongé la France dans le gouffre où nous sommes aujourd’hui.

 

Voter avec force pour que, dès le premier tour, un candidat puisse se présenter sans ambiguïté comme le futur adversaire de Nicolas Sarkozy donnerait un signal magnifique, un signal de détermination et d’espoir.

 

Depuis son entrée en campagne, François Hollande s’est révélé comme étant le candidat rassurant, le candidat capable de fédérer autour de lui une équipe de gens responsables, travailleurs et compétents, le candidat des terroirs, le candidat de l’alliage entre détermination, réalisme et espoir.
Dimanche, votons nous aussi avec force et réalisme pour commencer à passer de l’espoir à la realité !

Primaires socialistes : vers un duel Hollande / Montebourg ?

Lis moi avec webReader

Va-t-on vers une clarification idéologique de la primaire socialiste ?

C’est une impression qui semble être confirmée par un sondage ce matin ( http://lci.tf1.fr/politique/primaire-ps-hollande-toujours-chouchou-des-sondages-6716628.html ).

Si Hollande est toujours largement en tête avec 44% alors que MA est deuxième à 28%, Arnaud Montebourg prend la 3ème place avec 11% d’intention de vote (devant SR à 9%, Valls 7%, Baylet 1%).

Montebourg est sans doute celui qui réussit, face à Hollande qui tient le rôle du présidentiable le plus plausible, à concilier la position idéologique la plus différente de FH et une visibilité médiatique correctement qualibrée.Il me semble que l’on pourrait s’acheminer finalement vers une question « Hollande ou Montebourg ? ».
Pour ma part, je ne crois pas une seconde que le concept de démondialisation d’AM tienne la route, mais au moins c’est un élément saillant et une originalité que les autres challengers ne présentent pas.

Je ne suis pas sûr non plus qu’il y aura besoin d’un second tour. On verra bien dans les semaines à venir si ma boule de cristal fonctionne toujours correctement.

A mes amis sociaux-démocrates : cette fois il faut choisir

Lis moi avec webReader

Pour la première fois depuis 4 mois, Dominique Strauss-Kahn a pu s’exprimer publiquement sur les accusations qui ont été portées contre lui. Il a donné des réponses étayées par le rapport du procureur de New-York, mais a surtout tiré les conséquences de cette situation, reconnaissant sans faux fuyant sa responsabilité morale, aussi bien vis-à-vis de ses proches que vis-à-vis des Français.

L’attitude de DSK était digne, empreinte à l’évidence d’un profond sentiment de douleur et de regret, les mots étaient précis. Précise également l’officialisation de sa décision de ne pas intervenir dans la campagne des primaires, décision que beaucoup de militants sociaux-démocrates avaient entérinée mais que certains hésitaient encore à accepter. L’heure n’est donc plus à l’attente ou à l’espoir d’une candidature qui n’est plus à l’ordre du jour. La deuxième partie de l’émission d’hier soir consacrée à l’économie montre combien le jugement de DSK est irremplaçable et quelle perte cela représente pour cette élection, mais il en est ainsi, Dominique Strauss-Kahn n’est plus dans la course à l’élection  présidentielle de 2012.

Si Dominique n’est plus en course, les idées qu’il porte ne doivent pas pour autant se retrouver sans voix et sans militants. Le courant socdem est puissant, l’espoir qu’il porte est largement soutenu par les Français en attente d’un renouveau. Il appartient donc à chacun et chacune d’entre nous de dépasser ces difficultés pour s’engager pleinement dans la campagne des primaires. J’ai pour ma part déjà choisi de rejoindre mes camarades de B2G pour François Hollande, mais je comprends tout à fait que certains hésitent et puissent faire un autre choix, portés par des motivations ou une réflexion qui ne regardent qu’eux. Quoi qu’il en soit, il nous faut choisir et quel que soit soit votre choix, nous nous retrouverons après la primaire dans la bataille pour la victoire de nos idées, pour apporter l’espoir et le renouveau à nos concitoyens.

J’étais samedi dernier au meeting de présentation des candidatures des 6 candidats du PS à Guipavas. Exercice intéressant et instructif.

À l’évidence, il sera plus que difficile pour les sociaux-démocrates de choisir A. Montebourg qui malgré l’éloquence de Gilbert Le Bris, soutient  l’orientation d’une démondialisation, terme aussi accrocheur que « mal choisi » (dixit G.L.B.). A vrai dire il était même coquasse de défendre un tel concept lorsque l’écran derrière les orateurs fournissait involontairement le parfait exemple de l’incohérence de ce concept. Essayez de « démondialiser » l’ordinateur et les services qui vous servent à lire ce post…

Axel Kahn défendant la candidature de M. Aubry a été intellectuellement brillant (qui aurait pu prétendre le contraire), Martine aurait pu largement bénéficier du pacte de Marrakech et de l’amitié réaffirmée de DSK, il n’en reste pas moins qu’elle s’est montrée un bien piètre manager vis-à-vis des militants sociaux-démocrates, manquant à plusieurs reprises les rendez-vous qu’elle aurait pu prendre avec nous. Par ailleurs, elle devra composer avec des courants qui d’Hamon/Emmanuelli à Cambadélis en passant par Fabius ont quand même des marques de fabrique très différentes. Pour ces raisons, MA n’a pas été mon choix mais je comprends ceux qui hésitent.

A Guipavas, l’intervention pour JM Baylet a été intéressante sur le fond, très européenne, mais je l’ai reçue plus comme une candidature de témoignage qu’autre chose.

Je ne pourrai pas dire grand chose de la candidature d’E. Valls car son représentant à cette réunion a raté son avion. J’y verrai le symbole d’une candidature affaiblie par son manque de représentativité locale, un discours que l’on aurait aimé entendre, et que l’on écoutera avec attention la prochaine fois.

Le représentant de S. Royal a été peut-être le plus décalé, jouant souvent sur l’empathie, pas forcément clair et trop politiquement convenu. SR n’a à l’évidence pas su se renouveler depuis 2007.

Restait donc Bernard Poignant pour François Hollande, qui a su prolonger le message d’un candidat qui apparaît comme le plus présidentiable de tous. Très peu de choses sur le programme lui-même ont été dites (tous défendent le programme du PS d’ailleurs), l’accent ayant été mis sur ses qualités d’homme d’État. Le discours ne serait pas original si les autres candidats avaient fait de même. Mais une césure est clairement apparue entre la candidature de François Hollande et celle des autres, ses challengers. Cela reflète l’opinion actuelle des Français, tous semblent l’avoir acté.

Voilà le résumé d’une sacrée semaine, avec un débat national, une rencontre régionale en ce qui me concerne, et la clôture faite par DSK. Le débat est dense, et les socialistes malgré les difficultés, ont donné une excellente image d’eux-même. Nous avons accepté les débats contradictoires et pour l’heure, nous prouvons aux Français notre valeur. J’appelle donc les derniers indécis des rangs socdem à entrer eux-aussi dans la bataille des primaires, et quel que soit leur choix, de défendre haut et fort nos idées à travers le ou la candidate qui représente à leur yeux le mieux ces idées. Je ne sais pas s’ils feront le même choix que moi avec François Hollande, mais peu importe, je suis certain que mi-octobre nous serons côte-à-côte pour répondre aux attentes des Français : virer l’ump et Nicolas Sarkozy, remettre le pays sur ses pieds et lui rendre son honneur et sa fierté.