Jusqu’ici tout va mal…

Lis moi avec webReader

noaa-avril-2014Pas le temps de s’apitoyer sur la défaite des européennes (c’est quand la dernière fois où les électeurs nous ont fait confiance sur cette élection ?) ni de  s’étendre sur la dislocation de l’UMP (quand l’argent est une valeur, on finit toujours par périr par l’argent). Quant au FN, même avec un marketing efficace et un relookage « sois propre sur toi et souris sur la photo« , il reste un parti dont la valeur principale est la détestation partagée de l’autre ce qui mène là aussi inévitablement à la dislocation (de la société en l’occurrence).

Non, ce qui me préoccupe aujourd’hui ce sont les dernières statistiques sur la bascule climatique. S’il ne reste plus grand monde pour nous expliquer que l’homme n’y est pour rien et que c’est un phénomène cyclique, cette bonne blague est maintenant à ranger au rang de l’anecdote au regard de ce que l’on constate.

Aux États-Unis, ce printemps a été le plus chaud depuis le début des prises de mesures, les records s’enchaînent et en France avril a été au 5ème rang des mois d’avril les plus chauds depuis 1900.

Les concentrations de CO2 dans l’atmosphère ont pour la 1ère fois de notre histoire dépassé 400 parties par million (ppm) contre 278 ppm au début de l’ère industrielle.

Dit autrement, il est plus que probable que l’on reverra des hivers avec des tempêtes qui ressemblent de plus en plus à des ouragans (drôle de mot sur nos côtes), que toutes les villes côtières vont devoir prendre des mesures soit pour protéger les constructions en front de mer, soit pour les évacuer, que l’on attend de voir si cet été va tourner au climat tropical ou désertique et s’il faudra renommer les pluies d’automne « mousson ».

Cette fois on y est. Si l’État continue à être paralysé il faudra s’en passer. L’époque a au moins cela de positif que c’est possible, les citoyens ont les moyens d’agir et de faire lorsqu’il y a carence. C’est peut-être cela la VIème République.

201404

________

Pour approfondir :

 

Une rentrée très militaire

Lis moi avec webReader

syrie-masque-a-gaz-arme-chimiqueEn partant en vacances, je ne m’imaginais pas revenir dans un contexte marqué par les bruits de bottes valsant grotesquement sur une musique internationale peu glorieuse.

Les lois internationales, les valeurs démocratiques et l’image que nous voulons donner à la France sur la scène internationale nous poussent à réagir à l’utilisation à grande échelle de gaz de combat en Syrie, qui plus est contre la population.

Comme le régime syrien est plus que fortement soupçonné et que pour cette fois les faits semblent bien être ce qu’ils paraissent être, nous sommes en face d’un crime de guerre perpétré par un criminel clairement identifié.

Comment dans ce cas ne pas réagir, ne pas aller au-delà de protestations de pures formes sans s’humilier et perdre la face, ou pire, prendre fait & cause pour un régime criminel ? Nombre de pays ont choisi la voie de la honte silencieuse, le Royaume Uni a de façon incompréhensible entaché son image et l’Amérique prend le risque de s’échouer sur les récifs de sa politique interne.

Dans ce triste tableau international, la France se retrouve bien seule (comme au Mali tient donc) pour défendre le droit internationale et essayer de limiter les souffrances du peuple syrien. Certains en profitent pour se gausser, tourner cela en ridicule et chercher à polémiquer.

Le ridicule dans le fait de se retrouver isolé dans cette histoire concerne ceux qui sont absents, pas la France. La Syrie tient une grande place dans l’histoire Méditerranéenne et Européenne, voire l’histoire occidentale. C’est la terre des Amorrites, très ancienne civilisation, c’est aussi le chemin de Damas de Saint Paul pour la chrétienté, c’est la civilisation qu’on découvert les croisés, c’est le protectorat français, et bien d’autres choses encore. La Syrie fait partie de l’histoire Européenne, elle mérite plus d’attention des Européens qu’un voile plus ou moins pudique destiné à protéger sa très bourgeoise tranquillité. L’année prochaine nous entrerons en campagne pour les élections européennes mais si l’Europe est incapable d’être forte et coercitive sur un tel événement, il serait plus décent de compléter son album pokemon plutôt que de prétendre défendre un projet politique européen lors de cette élection !

Le ridicule est également en voie d’impacter Obama qui a toutes les raisons d’agir, en a les moyens mais qui se trouve mis à mal par la soupe politique américano-américaine et réussit au passage à être indélicat avec le seul allié qui se révèle fiable dans cette histoire : la France. John Kerry a opportunément rappelé que la France était son « oldest allies « . Alors oui, nous sommes bien un pays ami des États Unis, mais l’indélicatesse et les hésitations américaines sur la Syrie ajoutées à l’affaire Prism d’il y a quelques semaines nous poussent à nous demander si les américains sont toujours les nôtres, hélas… Espérons qu’ils retrouveront le sens de la droiture et ne perdront pas celui de l’honneur eux aussi.

Autre question, celle du débat ou non au parlement. La guerre n’est pas exactement un exercice démocratique et c’est sans doute pourquoi notre constitution sort ce cas de l’exercice démocratique. Le rythme et les conditions de la guerre ne sont pas conciliables avec celui du parlement. Ceci dit, puisque du côté rythme une éventuelle intervention en Syrie est déjà hors du chemin le plus efficace, il me semble que l’on peut et que l’on doit engager un tel débat, exposer solennellement les faits et les preuves, définir une position claire et entendre les objections éventuelles du parlement. Faut-il voter pour autant ? À mon sens non. Pour une action de guerre, la responsabilité incombe seule au chef de l’État et des armées, elle ne peut se diluer. Là est bien la dureté de la charge. Chef de l’État n’est pas un job sympa permettant de vivre dans les ors de la République, c’est une responsabilité qui vous amène parfois à décider de la vie ou de la mort des hommes, de la souffrance des peuples. Les parlementaires ont été élus pour voter des lois, pas pour assumer les actes liés à une guerre.

 

Cahuzac, la vérité et la part des médias

Lis moi avec webReader

Beaucoup de bruit ces derniers jours autour des différentes publications de Médiapart sur Jérôme Cahuzac. Pour l’heure, j’ai beaucoup de mal à me forger une conviction définitive, et je ne pense pas être le seul.

Médiapart s’est jusqu’ici montré très combatif dans différentes affaires et scandales, avec des enquêtes généralement bien ficelées. Ceci dit, l’exercice est périlleux et ce n’est pas parce qu’on n’a pas fait d’erreur manifeste dans le passé qu’on n’en fera pas à l’avenir. Les informations concernant Jérôme Cahuzac soulèvent légitimement quelques questions.

Tout d’abord, l’élément principal à ce jour, l’enregistrement téléphonique, aurait été fait dans des circonstances assez extraordinaires. Jérôme Cahuzac aurait par inadvertance rappelé un député (lequel ?) sans s’en apercevoir, ce dernier n’aurait pas décroché ce qui aurait entraîné la mise en route du répondeur, Cahuzac n’aurait pas entendu le message du répondeur et le bip, du coup, le répondeur aurait enregistré une conversation. Par ailleurs, il n’est pas possible pour l’instant d’affirmer que l’une des voix que l’on entend dans le message rendu public est bien celle de Cahuzac. Rien n’est impossible, mais si médiapart n’a que cela pour étayer son article, il est évident que cela ne peut en aucun cas tenir.

L’autre élément « à charge » concerne un voyage de Jérôme Cahuzac en Suisse censé lui permettre de clore son compte chez UBS. L’intéressé reconnait bien ce voyage mais ajoute que cela n’avait rien de secret ou de privé, preuve en est que le voyage a été payé par l’assemblée. Côté discrétion on fait mieux !

On attendra donc la suite pour savoir si cette histoire est fondée ou non. En attendant, je pense que Jérôme Cahuzac a bien réagi en portant plainte immédiatement, que les éléments présentés actuellement ne sont pas assez crédibles pour qu’il se mette en retrait du gouvernement, mais que si d’autres éléments, probants cette fois, devaient apparaître, alors il devrait le faire. En attendant, il conserve la confiance du gouvernement, de l’assemblée et des socialistes, dont la mienne.

Ceci dit, question subsidiaire, si gros bobard il y a, à qui profite-t-il ? Jérôme Cahuzac est ministre du budget et l’on parle ici d’une affaire de paradis fiscal. Aussi vrai que 1 + 1 = 2 francs suisse, ceci me semble être un excellent mobile pour dézinguer un ministre et pour lancer un avertissement à ses successeurs. On passe alors de l’affaire crapoteuse à l’affaire d’État de dimension internationale. Les paradis fiscaux sont une plaie, ils sont une des sources de pauvreté et de financement criminel. Ils doivent être combattus, mais certes pas comme cela a été fait (ou plutôt tenté) jusqu’ici. La puissance financière des gens qui se cachent derrière ces paradis représente une menace directe contre la souveraineté des États, parfois d’ailleurs avec leur complicité ! Ils doivent être traités comme tel avec les moyens ad hoc. Une telle lutte ne doit par ailleurs pas reposer sur les seules épaules d’un unique homme pour que les criminels visés sachent bien qu’une arnaque médiatisée ou une balle ne les sauveront pas.

Etat Palestinien : l’événement de cette fin d’année

Lis moi avec webReader

Je salue à titre personnel le vote des 138 États ayant accepté la Palestine comme État observateur à l’ONU.

Ce vote ne résout bien évidemment pas les problèmes de la région et n’est pas un traité de paix et de stabilité. Mais, prenant la suite du mouvement révolutionnaire du bassin méditerranéen, c’est une étape qui marque un progrès obtenu par la diplomatie et pas par les armes.

Je sais aussi que ce vote n’est pas reçu comme une bonne nouvelle pour une bonne partie de la population israélienne. Pourtant, je suis sûr, comme d’ailleurs un certain nombre d’Israéliens, que c’est un vrai pas positif dans le bon sens et que l’histoire qui s’écrit à partir de ce jour le sera sur un mode plus positif.

Réserve fédérale US : un casse contre la démocratie de… 7770 milliards de dollars !

Lis moi avec webReader

Le 28 novembre dernier, l’agence Bloomberg a publié un article qui aurait dû avoir un retentissement cataclysmique. Le silence qui s’en est en fait suivi est fort instructif…

Les faits.

Dans cet article Bloomberg révélait qu’à côté du plan Paulson officiel de la Fed (700 milliard de $), la banque centrale américaine ( la Fed) avaient mis en œuvre entre 2007 et 2009 un second plan hors de toutes procédures et de tous contrôles démocratiques. Ce second plan s’élève à 7 770 milliards de $US ! Pour donner un ordre d’idée, la dette publique de la France est de l’ordre de 2300 milliards de $.

L’information n’a pu être trouvée puis révélée qu’à l’issue d’un procès intenté par Bloomberg et Fox news contre la Fed et Clearing House (lobbyistes bancaires) pour obtenir la publication des comptes de ce plan jusque là secret.

Les principaux bénéficiaires de ce plan sont six des plus grosses banques américaines qui ont reçu 460 milliards de dollars de prêts de la Réserve fédérale (qui représente à peu près trois fois ce qui leur ont été versés avec par le plan Paulson) à un taux extraordinairement avantageux (0.01%).

 

L’analyse.

Depuis le printemps, la finance mondiale pilonne les États Européens, aidée en cela par la nouvelle gouvernance du FMI, l’impéritie coupable des gouvernements et le manque « d’impertinence » des médias. Il est vrai qu’aux États Unis Bloomberg et Fox ont dû aller jusqu’au procès pour faire leur enquête, mais ils ont eu le courage de faire leur job. On attend des médias français en particulier, qu’ils s’émancipent, osent, contestent au nom de la vérité, au nom de la démocratie.

À la lumière de l’affaire Fed, il apparaît clairement que ce pilonnage n’est qu’une opération de déstabilisation destinée à laisser aux EU le temps de les sauver du naufrage financier.

À la lumière de ces révélations, il apparaît clairement qu’une partie au moins du système financier ne tient plus que par des négociations d’arrière-court. En conséquence, la nationalisation des sociétés qui ont le plus fauté ou sont les plus fragiles, doit être actée dans les statuts puisqu’à l’évidence elle l’est dans les faits !

Il faut accepter d’annuler les remboursements des dettes des états les plus fragiles pour les 2 ou 3 années à venir.

Il faut accepter de ré-échelonner la dette des états solvables mais en difficulté.

Il faut accepter que les banques centrales des états reprennent le total contrôle de création monétaire et le rachat de créances.

___________

sources :

Hollande / Sarkozy : lequel voulez-vous ?

Lis moi avec webReader

Allez, la comparaison est un tantinet partisane (oh si peu !), mais l’actualité nous a donné l’occasion de voir François Hollande et Nicolas Sarkozy intervenir lors de deux événements fortement médiatisés.

Et c’est éloquent !


Discours d’investiture : les moments clés par francoishollande


G20 : Sarkozy face aux « suplices chinois » par LePostfr

Pour ceux qui penseraient que ceci n’est qu’un artifice de montage, observez l’attitude générale de Nicolas Sarkozy lors de cette conférence de presse du G20. Regard éteint, élocution souvent hésitante, phrases encore plus saccadées que d’habitude et même parfois des réponses où le début de la phrase n’a rien à voir avec la fin. L’image d’un homme usé jusqu’à la corde.

Politique internationale

Lis moi avec webReader

Ces derniers jours ont été particulièrement intenses en matière de politique internationale.

Commençons par l’entrée de la Palestine à l’UNESCO. La mission de l’organisation internationale est de « contribuer au maintien de la paix et de la sécurité en resserrant, par l’éducation, la science et la culture, la collaboration entre nations, afin d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». Alors je sais bien que certains États n’ont pas apprécié cette reconnaissance, que les États-Unis ont eu la mesquinerie de retirer leur contribution financière, mais pour ma part, je vois là une très bonne nouvelle. Cela ne résout pas le problème de la souveraineté d’un État Palestinien sur un territoire qui reste à préciser, mais cette décision permet de reconnaître l’évidence : il existe bien un peuple palestinien qui a une culture et qui, lui comme les autres, a aussi droit à l’éducation, la science, le respect et la justice. Cette reconnaissance ne va pas faire disparaître le conflit avec Israël, mais cela ne va pas non plus l’aggraver. Quelques instants de considération, de retenue et de recul ne peuvent qu’être salutaires et bénéfiques, aussi bien pour les Palestiniens que pour les Israéliens. Les valeurs portées par l’Unesco me semblent ouvrir la possibilité d’un tel moment.



Autre épisode international marquant, l’annonce d’un referendum en Grèce. Voilà une annonce surprise qui remet les choses en perspective. D’abord, oui la Grèce est largement fautive et responsable de sa situation actuelle, et oui les créanciers, États ou sociétés privées, sont tout à fait fondés à être fort mécontents de cette annonce qui a toutes les chances d’aboutir à un rejet des dernières décisions concernant la dette grecque. C’est vrai, comme il est vrai que le peuple grec est souverain et qu’en conséquence, il a parfaitement le droit de prendre ses décisions, fussent-elles a priori mauvaises. Les marchés doivent s’effacer devant la souveraineté des peuples. Je ne crois pas, à titre personnel, que le rejet du plan sur la dette grecque serait une bonne chose, et je souhaite que les Grecs prennent en considération leurs alliances et engagements au sein de l’Europe, et qu’au-delà de leurs malheurs, une mauvaise décision entraînerait toute l’Europe dans un ensemble de problèmes encore plus graves dont ils seraient responsables, mais encore une fois, ils sont souverains et nous sommes nous aussi coupables de pas mal d’erreurs, à commencer par le fait de ne pas avoir réussi à créer une souveraineté européenne commune, une citoyenneté européenne. Je regrette également qu’à force de cupidité et de cynisme, il n’existe plus d’autorité morale exemplaire capable de persuader chacun de faire les efforts nécessaires. Le système financier est largement responsable de la situation actuelle mais passé la tempête de 2008-2009, il a repris le « business as usual« . Les responsables politiques, au premier chef desquels on trouve le gouvernement français actuel, ont, pendant des années et encore jusqu’à il y a peu, joué avec la dette (souvenez-vous de la bonne dette de Sarkozy). Que le plus vertueux s’avance, parle vrai, et les peuples le suivront. Mais qu’entendrons-nous au G20 ?

Décidément, la Méditerranée est en effervescence, et balance depuis un an entre espoirs et craintes. Mon diagnostic n’a pas changé : il se passe à mon sens quelque chose de particulier et de spécifique dans le bassin méditerranéen. Il n’y a pas d’un côté les révolutions tunisiennes, libyennes, égyptiennes, de l’autre des soubresauts syriens, des contestations grecques, des indignés espagnols, et au milieu l’éternel désordre israëlo-palestinien. Non, il y a là un bassin pluri-millénaire qui s’est approprié les moyens modernes de communication et qui cherche à réinventer l’exercice de sa souveraineté. L’ancien monde est à l’agonie, le nouveau cherche à naître. Il nous faut des gouvernements capables de comprendre cet instant particulier et capables de s’engager dans une transition aussi douce et maîtrisée que possible. Vivement 2012 pour qu’en France au moins, on en finisse avec ceux qui nous ont mis dans le mur.

Où est passée la bonne dette ? Qui doit-on ruiner maintenant ?

Lis moi avec webReader

Autant prévu que redouté, les États Unis ne sont plus un pays où l’on peut acheter des bons du trésor les yeux fermés. La perte de leur meilleure note est plus psychologique qu’autre chose, mais la finance mondiale qui faisait gris mine ces dernières semaines s’offre un plongeons supplémentaire en eau froide.

La cause de la défiance : la dette bien évidemment. Fini de s’amuser avec la « petite » dette grecque de 350 milliards d’euros, on s’intéresse maintenant aux plus de 14 000 milliards de dollar américains (soit environ 10 000 milliards d’euro). Nulle doute qu’avec nos près de 1600 milliards et une progression toujours pas maîtrisée, notre tour ne devrait pas tarder. Alors oui la crise y est bien pour quelque chose car il était nécessaire de soutenir l’économie et certaines sociétés qui se sont trouvées temporairement à court de liquidité. Oui, mais cela ne doit pas nous faire oublier la faute originelle de la droite qui a délibérément choisi de se financer à crédit, sans chercher d’autres voies. Rappelons-nous la théorie de Nicolas Sarkozy de « la bonne et mauvaise dette ».

Contrairement au PS dont les théories keynésiennes posent comme postulat que la dette est l’ennemie de la gauche, le gouvernement sarkofillon et l’ump ont délibérément choisi cette voie de la dette, pour nous amener là où nous sommes actuellement, ignorant par incompétence ou aveuglement idéologique que cette voie n’offrait aucun échappatoire en cas de problème. L’accident était inévitable.

Aujourd’hui, il est urgent de répondre à une double question :

  • comment payer ce que l’on doit ?
  • comment reprendre sa liberté financière vis-à-vis des marchés ?

Augmenter les taxes et impôts ou leur assiette (c’est-à-dire le nombre de personnes qui les paient), diminuer les dépenses, « manger » la dette par une inflation importante, refuser purement et simplement de payer. Le panel de solutions est connu, plutôt que de nier le problème il faut soit que ce gouvernement fasse pour une fois ce qu’il faut ou qu’il démissionne et rende rapidement les clés, reconnaissant son incroyable incompétence, abandonnant une politique vieille de presque 10 ans, politique qui à l’exception d’une année n’a jamais réussi à remettre la dette de notre pays dans la bonne direction.

La gauche est décidée à faire ce qu’il faut, et à la différence de la droite, l’expérience passée (1997-2002) montre qu’on peut lui faire confiance pour que cela soit aussi juste que possible et surtout, efficace.

Mais second point, comment reprendre sa liberté vis-à-vis des marchés, car on peut bien tempêter contre les financiers, si l’ump avait fait le choix d’avoir le choix, le rapport de force serait différent. En 1997 le gouvernement Jopin sous la direction de Dominique Strauss-Kahn a qualifié la France pour l’euro et nous avons choisi l’intégration européenne : il est temps d’achever le travail massacré par la droite : l’Europe doit se doter d’un organe de gouvernance dont le rôle est de veiller à harmoniser les éléments financiers structurants de l’Union, et cet organe doit pouvoir relever le défit d’agir selon des choix politiques démocratiques au niveau européen. Par ailleurs, on remarquera que des pays comme le Japon sont beaucoup plus endettés que nous mais sont moins « chahutés » par les marchés ; il y a une raison simple à cela : ces pays financent majoritairement leur dette en interne. Il me paraît donc souhaitable de réfléchir sur la possibilité d’un emprunt national forcé : transformer une partie de l’épargne des Français en emprunt remboursable à court terme (moins de 5 ans) à un taux d’intérêt à fixer. Cela me paraît être une des formes les moins douloureuses de contribution au sauvetage financier de notre pays.

La droite sarkozyste a échoué parce qu’elle a choisi depuis 10 ans une très mauvaise politique économique. Que les mois avant l’élection vont être longs et douloureux pour les Français ! Si Nicolas Sarkozy veut réussir ne serait-ce qu’une chose dans son épouvantable mandat, que ce soit sa démission.

Justice : la République Française vs Lagarde

Lis moi avec webReader

Après le rapport de la cours des comptes concernant la gestion de l’affaire Tapie par madame Lagarde :



Après la demande des Députés de l’Assemblée Nationale :

Après la demande du procureur de la cours de cassation, la cours de justice de l’État a décidé d’ouvrir une enquête sur la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, en requalifiant les motifs de l’enquête, passant d’une enquête pour « abus d’autorité » à une enquête pour « complicité de détournement de biens publics et complicité de faux ». Les faits retenus sont beaucoup plus graves car passibles de 10 ans de prison et 150 000 euros d’amende, contre 5 ans de prison et 75 000 euros d’amende pour « abus d’autorité ».

Cette ouverture d’enquête n’est pas une surprise, mais les motifs le sont et renforcent la gravité et l’impact des accusations. Nous sommes ici devant une affaire d’État, ayant des retombées internationales et allant porter un grave préjudice à la France à cause de l’incroyable maladresse de Nicolas Sarkozy.

Christine Lagarde a été nommée au FMI suite à la démission forcée de Dominique Strauss-Kahn accusé par une personne dont la crédibilité a été mise en doute par le procureur de NY en charge de l’affaire suite à des mensonges proférés sous serment. Bien qu’ayant accès à des informations qui auraient pu permettre de contrer les rumeurs médiatiques qui ont construit une culpabilité médiatique sur des éléments erronés, le gouvernement n’a pas cherché à rétablir les faits, affichant au contraire un silence officiel qui lui permettait d’éliminer un candidat de premier ordre pour 2012 et de proposer la candidature de Christine Lagarde au FMI.

Christine Lagarde est ici poursuivie par la République Française suite à un travail approfondi de la cours des comptes dont le rapport a été repris par les députés puis le procureur de la cours de cassation. Les différents corps de l’État n’ont agi ni à la légère, ni à la va-vite ce qui met Christine Lagarde dans une situation particulièrement difficile et nécessitera toute son énergie pour sa défense. A la différence du cas DSK, nous ne sommes pas ici dans une situation parole contre parole, d’un individu contre un autre.

Le gouvernement français, Nicolas Sarkozy en tête, a choisi non seulement de ne pas défendre l’image de la France dans l’affaire Strauss-Kahn, mais pire encore, a délibérément pris le risque d’aggraver les choses en proposant à la présidence du FMI une personne qui se retrouve aujourd’hui accusée de faits passibles de 10 ans de prison. En somme, et même si comme cela semble possible les charges devaient être abandonnées par la justice américaine dans l’affaire DSK, l’image de la France ne pourrait être restaurée par la faute impardonnable de Nicolas Sarkozy, l’instruction du cas Lagarde prenant du temps et étant étayée par des éléments particulièrement solides.

Jusqu’à l’aboutissement de la procédure, Christine Lagarde est présumée innocente, mais à l’évidence, aux yeux du monde la France en la personne de son président a commis une faute lourde.