Bloggy Bag
twitter facebook rss

PS : les faits

Lis moi avec webReader

Juste avant le début du congrès, quels sont les faits ?

Le site du PS donne à ce jour les seuls résultats faisant foi :

– motion E (Collomb-Royal) : environ 29%

– motion A (Delanoë-Hollande) : environ 25%

– motion D (Aubry-Fabius) : environ 25%

– motion C (Hamon) : environ 19%

– motion B (pôle ecologique) : entre 1,5 et 2%

– motion F (utopia) : entre 1,5% et 2%

En synthèse, aucune motion n’est majoritaire à elle-seule, et même en regroupant deux motions, la majorité est trop faible pour imposer légitimement le changement profond dont le PS a besoin.

Si l’on reste dans une logique majoritaire Vème République, c’est la motion E qui devrait constituer une coalition. Hélas, cette motion est aussi celle qui cristallise le plus d’opposition et son socle est particulièrement faible dans une telle logique.

La logique du consensus voudrait que la majorité se construise autour des listes acceptables après son choix prioritaire. Hélas le mode d’élection du PS ne permet pas de savoir qui parmi les motions A, B, C ou F est consensuel (c’est d’ailleurs une source de réforme du mode électif du PS).

En filigranne, le départ de Mélanchon introduit une dynamique qui pourrait rendre caduc le résultat de ce vote puisqu’elle pourrait modifier profondément l’électorat du PS en le privant de ses forces de gauche radicale. Nous passerions alors d’un PS “quatre quarts” à un PS “trois tiers”. Dans un PS trois tiers, la problématique est différente puisque le regroupement de deux listes donne une majorité qualifiée de deux tiers là où la situation actuelle ne donne qu’une majorité étriquée d’environ 50%.

Une seule conclusion d’impose : en temps qu’organisation démocratique, le PS est actuellement sans majorité légitime. Si on conçoit le parti comme une écurie présidentielle, le PS est ouvert à qui le prendra, mais le prendra de force et avec dès le départ un conflit ouvert. La seule solution raisonnable à mes yeux si l’on veut conserver provisoirement un parti socialiste dans sa forme actuelle tout en gardant l’espoir de le réformer, est de choisir une direction organique qui aura pour seul but de réformer le fonctionnement du parti et d’essayer une dernière fois de produire un congrès capable de dégager une majorité claire d’ici un an.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Submitted in: Congrès 2008, politique |