Bloggy Bag
twitter facebook rss

Tragédie grecque, Comédie européenne

Lis moi avec webReader

pericles

Un vent de panique souffle depuis hier en Europe.

Alors que les spéculateurs étaient occupés depuis plusieurs mois à retirer l’argent du coffre-fort grec dont la porte avait complaisamment été laissée ouverte par l’indigence des dirigeants européens, les choses se sont accélérées hier au moment où les agences de notation dont l’aveuglement se confirme décidément, se sont soudain aperçu de l’ampleur du problème. À quoi servent-elles en vérité s’il faut plusieurs mois d’activisme spéculatif pour qu’elles s’aperçoivent d’un problème majeur ?

Mais ce qui me sidère le plus, c’est de découvrir à quel point l’Europe politique est comateuse.

Que fait Merkel ? Elle s’occupe de ses élections régionales et prend bien soin d’avoir un bon discours politique populiste : en substance “pas d’argent allemand pour ces grecs inconséquents” oubliant par là-même que la dette grecque était largement détenue par les banques allemandes qui risquent gros dans l’histoire, et que l’Europe est un projet solidaire.

Et notre bon président ? Peut-être inspiré par la tragédie Troyenne, il nous joue Paris enlevant Hélène et a emmené Carla en voyage, largement privé, en Chine. Pourquoi donc se préoccuper d’une situation où il n’a pas réussi jusqu’ici à montrer qu’il se sentait particulièrement concerné et volontaire ? Peut-être est-ce Guaino qui a réussi à le convaincre que là aussi, il s’agissait d’une bonne dette ?

Et au final, qui voit-on s’activer pour sauver la Grèce ? Le FMI, Dominique Strauss-Kahn en tête. Cette institution, honnie parmi toutes, est la seule aujourd’hui qui réponde présent et s’active sur le champ de bataille. Conscient de l’ampleur de l’incendie, DSK a même proposé d’apporter 13 milliards supplémentaires de prêt.

Étonnant au passage de constater que cet organisme qui fut naguère le fossoyeur de bien des économies avant d’opérer une réforme radicale avec DSK, se propose de prêter à un taux de 3.5% alors que les marchés en sont à près de 18% et que la France, notre pays, va le faire à 5% (alors qu’elle emprunte à moins que cela), tout en pressant la Grèce de lui acheter de l’armement (info entendue sur BFM recoupée ici) ! Encore une fois, la politique de Sarkofillon fait honte à notre pays !

Dominique Strauss-KahnÉtrange retournement de situation pour Dominique Strauss-Kahn écarté par les socialistes en 2006, proposé à la présidence du FMI par Junker en 2007, et qui revient sur la scène européenne comme dernier recours des grecs (même si pour l’heure ils déclarent vouloir plus de l’aide des européens à 5% sous d’étranges conditions que de l’aide à 3,5% du FMI), mais au-delà, comme seul liant de l’unité européenne dont le couple franco-allemand n’est plus qu’un vieux souvenir !

Il y a une blague qui circule sur cette situation : “quoi qu’il arrive en 2012, DSK dirigera la France, soit comme Président de la France, soit comme Président du FMI”. Je préférerais la première option cela signifiera que nous aurons encore notre souveraineté malgré l’incurie de Sarkozy et de l’UMP.

En attendant, DSK est un peu seul sur le champ de bataille grec, j’espère qu’il pourra trouver une autre issue à cette version moderne de la guerre du Péloponnèse.

One thought on “Tragédie grecque, Comédie européenne

  1. admin on said:

    1.

    Complément d’information sur la crise grecque : http://www.agoravox.fr/actualites/europe/article/l-effondrement-de-l-euro-est-70117

    Comment by Bloggy Bag — 28 April 2010 @ 4:06 pm
    2.

    “même si pour l’heure ils déclarent vouloir plus de l’aide des européens à 5% sous d’étranges conditions que de l’aide à 3,5% du FMI)”

    Peut-être craignent-ils que le FMI soit moins conciliant que les partenaires européens quand il va falloir mettre en œuvre et appliquer sans états d’âme le plan d’austérité pour ne pas dire rigueur que leur situation leur impose d’urgence. les Grecs ne pourront pas continuer à vivre comme ils l’ont fait depuis leur entrée en Europe, ils sont entrés en trichant sur leurs comptes, ont fait payer à l’Europe leurs JO et on n’a pas encore fini d’éponger cette dépense mégalo; mais à leur actif, à Bruxelles il y a longtemps que tout cela se savait (les bruits de couloirs ne sont pas fait pour les chiens) donc on est aussi coupable qu’eux d’avoir laisser filer cette situation maintenant il faut payer et ce n’est pas fini, d’autres suivront.

    Comment by Citron pressé — 29 April 2010 @ 11:51 am
    3.

    D’autres suivront… dont nous !

    Comment by Bloggy Bag — 1 May 2010 @ 3:41 pm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Submitted in: Crise, Dominique Strauss-Kahn, Economie, FMI |