Bloggy Bag
twitter facebook rss

Free Mobile dans ma boule de cristal numérique

Lis moi avec webReader

J’adore lorsque ma boule de cristal me permet de deviner l’avenir !

J’essaie régulièrement d’alterner les articles d’humeur (politique) et les articles plus fouillés. Il y a quelques temps, j’ai écrit deux articles concernant l’économie numérique, un sur la faillite de Paru Vendu, et un sur l’arrivée de l’économie numérique. Dans ce dernier, j’écrivais en particulier ceci « si en plus on réussit à introduire une entrée gratuite avec un modèle freemium, alors c’est l’économie marchande elle-même qui gère directement le problème de la pauvreté d’une partie de la société. »

Même en ayant fait quelques efforts de pédagogie, je me doute bien que le fond n’était pas forcément d’une clarté à toute épreuve et accessible à tous. Heureusement, le patron de Free, Xavier Niel vient aujourd’hui de rendre public l’offre de téléphonie mobile de sa société, et comme c’est un grand professionnel qui connaît parfaitement l’économie numérique, il a bâti une stratégie incluant un tel modèle freemium et comme en plus il est commercialement malin, ce freemium cible particulièrement les gens les moins fortunés à travers l’offre de téléphonie « RSA ».

Or cette offre illustre parfaitement ma citation précédente.

Récapitulons :

  1. l’économie numérique permet naturellement de créer une entrée de gamme réellement gratuite
  2. si le modèle économique est correctement bâti, l’offre globale gratuite et payante (premium) est rentable (modèle freemium) et permet aux entrepreneurs de prendre à leur charge et sans impact financier une partie de l’aide sociale
  3. ce modèle n’est a priori possible qu’avec du numérique pur ou au mieux en associant bien physique et services numériques (économie dite quaternaire)
  4. c’est ce qu’à réussi semble-t-il à faire ici Xavier Niel avec la téléphonie mobile, il ne reste plus qu’un dernier effort à faire pour rendre gratuite la box.

Alors que certains en sont encore à chercher à arrêter la mondialisation, à parler ré-industrialisation sans en expliquer ni le coût ni la faisabilité, des entrepreneurs bien français sont en train de construire l’économie capable de résoudre nos problèmes et de nous sortir du trou de la meilleure des façons possibles. Mais il nous faut encore et toujours expliquer ce qu’est cette révolution numérique, ce qu’elle apporte de bien et de mal, et préparer nos concitoyens à un des plus grands changements intellectuels, économiques et philosophiques que nous ayons jamais eu à appréhender.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Submitted in: Actualités, Economie, Info politique | Étiquettes : ,