La refondation démocratique a déjà commencée

Lis moi avec webReader

Refondation démocratique et républicaine

Il circule actuellement une pétition exprimant un refus du statut de première dame. Au-delà des agitations plus ou moins stériles que cela peut susciter, cette pétition est un vrai sujet de réflexion et de constat pour notre système politique.

Première dame ou l'institution de la femme comme second rôle ?

La première réflexion concerne le constat qu'en se focalisant sur cette idée de statut de première dame, dans la République française il y a l'idée que l'on n'élit pas qu'un individu mais un couple et que dans ce couple l'homme est le chef de l’État et la femme sa chargée de mission. Ce non-dit me paraît choquant pour plusieurs raisons :

  • À l'exception de l'expérience étrange du binôme paritaire des élections départementales, le suffrage universel s'applique à un individu et il n'est fait mention à aucun moment de liens familiaux pour l'élection.
  • Avec ce projet, on lie implicitement une fonction élective et des liens familiaux, de type hétérosexuel avec mâle dominant. Étrangement la contractualisation de ces liens n'est plus un pré-requis.
  • Le second membre du binôme se met forcément au service de la notoriété que lui offre sa situation de conjoint et doit donc œuvrer pour un objectif assez flou mais implicitement important.

Que de non-dits pour une fonction qui n'a aucun intérêt démocratique et qui n'est pas nécessaire au bon fonctionnement de la République ! Il existe bien quelques cas où le statut du conjoint doit être précisé comme le protocole des visites internationales mais à part cela la République n'a que faire des liens familiaux de ses élus. Et même dans ce cas, s'il faut un cadre juridique et un budget, une mission sous la tutelle des affaires étrangères permettrait d'avoir un contrôle républicain sur les objectifs et les moyens.

Et cela aurait pu en rester là si le gouvernement actuel n'avait pas voulu faire de ces liens familiaux un sujet politique en interdisant d'employer un membre de sa famille dans le cadre d'un mandat parlementaire. Outre le fait que cette décision est discutable (limite de la définition du cercle familial d'interdiction, ségrégation à l'embauche, licenciement pouvant être jugé abusif, pas de progrès sur le contrôle des activités, ...), elle entre ici en conflit avec ce statut du conjoint présidentiel. On ne peut pas interdire des emplois familiaux d'un côté et les sanctuariser de l'autre.

Montée en puissance des contre-pouvoirs numériques

Un deuxième élément semble apparaître avec la pétition en ligne contre le statut de première dame. À ce jour 300.000 signataires ont exprimé un refus contre ce statut.

L'important ici n'est pas d'examiner leurs motivations mais bien de constater la valeur de cette démarche qui se fait dans un cadre reconnu par la constitution (le droit de pétition) mais aussi par la charte des droits fondamentaux. L'expression de plusieurs centaines de milliers de personnes est facilité par la montée en puissance des services numériques comme change.org. Ces services permettent à chaque citoyen de s'emparer d'un sujet et d'émettre un souhait adressé aux élus. Ce mécanisme d'expression démocratique n'était pas possible à ce niveau il y a encore quelques années et il n'est plus possible de le considérer comme insignifiant. Mais cela signifie aussi que le mécanisme actuel de représentativité démocratique perd de sa puissance au profit d'une expression plus directe. La situation actuelle est un vrai cas d'école : que doit-on prendre en compte ? Un parlement avec une majorité à la fois pléthorique, indigente et mal élue ou l'expression claire de plusieurs centaines de milliers de voix ? Un référendum a-t-il toujours plus de poids démocratique que ces pétitions massives ?

À titre personnel, je ne défends pas l'idée d'un pouvoir législatif directement exercé par les citoyens, entre autres parce qu'on constate bien avec les ratés de la majorité actuelle qu'il est nécessaire d'avoir des compétences législatives et du recul pour bien légiférer. Or la démocratie directe n'apporte pas ces garanties. Cependant, on ne peut pas ignorer une expression forte et claire des citoyens sur un sujet donné.

Le pouvoir médiatique est lui clairement passé aux mains des citoyens, on le constate encore ici avec le fort relais de cette pétition sur les réseaux sociaux. Il faut améliorer la maturité médiatique des citoyens, mais je ne vois pas d'obstacle au fort développement de l'appropriation des médias par les citoyens.

Le pouvoir judiciaire ne doit pas à mon sens passer aux mains des citoyens. On risquerait presque à coup sûr de tomber dans des excès d'émotions et d'aboutir à des lynchages. Cependant, deux pistes nouvelles sont à explorer :

  • introduire un certain niveau de légitimité démocratique au pouvoir judiciaire ce qui lui permettrait de mieux garantir son indépendance face au pouvoir exécutif
  • examiner la question de l'introduction de l'intelligence artificielle dans l'analyse de faits délictueux de façon à donner un premier niveau de jugement.

Enfin le pouvoir exécutif lui-même, en particulier les exécutifs locaux doivent pouvoir tirer de grands avantages d'une démocratie directement exercée par les citoyens. Comme pour le droit de pétition, ce dernier point peut probablement commencer à être exercé sans attendre que le gouvernement réussisse à comprendre de quoi il retourne. Les moyens numériques sont déjà en partie là, il appartient aux citoyens de se les approprier.

Choisir son destin

Lis moi avec webReader

Je pleure sur les cendres du grand pays qui fut le nôtre.

Certes, nous ne pouvions pas espérer rester en marge de la convulsion épileptique qui parcourt le monde depuis plusieurs années, mais oh combien il est douloureux de voir une partie de l’aristocratie française et du miroir populaire qui la soutient sombrer dans une aliénation totale du sens moral et de toute dignité.

La cinquième République aura finalement mis moins de cinquante pour accoucher d’une élection mort-née pourrissant et se décomposant au fil des semaines devant des Français médusés. Cette République a été bâtie pour des hommes forts capables de se projeter loin à l’horizon. Des hommes qui ayant connu la guerre savaient le coût de la faiblesse de l’âme, des convictions et de la main qui tremble. Pourtant, au fil du temps, les ambitions des uns ont fini par prendre le dessus sur l’ambition collective de tous. Au fil du temps les esprits qui osent et construisent ont été remplacés par les insipides gestionnaires des carrières et de l’instant.

Pas étonnant alors que de la pourriture la bête immonde ressurgisse plus forte que jamais, qu’elle soit à une longueur de lâcheté du trône républicain qu’elle rêve de prendre et de brûler depuis si longtemps.

Pas étonnant alors que le poison paralysant de l’énarquie n’ait fini par stériliser le débat politique créatif au nom de l’unique solution en toute circonstance, de l’incontournable conformisme de toute réponse. Le poison a tué l’épine dorsale de la révolte et de la résistance avant de répandre la gangrène au sein des forces vives de la République.

Et tout ceci arrive en ce temps précis où la furie du changement climatique tue et menace de tuer plus encore. Ceci arrive en ce temps où l’homme triomphant accouche de machines et d’intelligences artificielles plus efficaces que lui. Ceci arrive précisément à l’instant où nous vivons dans un monde qui n’existe plus, nous qui ne sommes déjà plus vraiment Homo Sapiens sans être déjà de nouveaux humains dans ce maelström.

Nous n’avons pas su nous préparer à affronter ce changement, et c’est plus que regrettable. Mais nous ne pouvons pas pour autant fermer les yeux et baisser les bras. Non il n’est pas acceptable de céder devant le fascisme. Non il n’est pas acceptable de renoncer à tous nos principes moraux. Non il n’est pas possible de s’en remettre à la froide et lisse mécanique de la pensée préformatée.

Nous n’avons pas dans cette élection le candidat évident, supérieur, sans tâche et auréolé d’actes glorieux. Les actes passés peuvent même peser sur le jugement présent que nous portons. Mais lorsque le passé n’est pas infamant, alors c’est bien sur l’avenir qu’il faut se concentrer.

Il nous faut reconstruire une nouvelle République, non pas parce que cela serait intellectuellement intéressant, mais bien parce que l’odeur de la pourriture de la cinquième République nous rappelle à quel point nous sommes près de la tragédie nationale.

Et au-delà de la République, c’est toute la société qu’il faut maintenant s’apprêter à reconstruire. Par quelle aliénation de l’esprit peut-on croire que l’on va éviter la destruction de l’emploi humain alors que l’économie numérique a déjà commencé à faire exploser les chaînes de valeur, qu’un robot construit en quelques jours une maison, que l’IA constitue et traite des dossiers complexes mieux que des spécialistes ? Rien de ce qui fait notre société quotidienne ne tient plus, nous devons acter du changement de monde.

Pour autant, ne cédez pas aux pulsions destructrices. Ne vous reniez pas. Ne renoncez pas à donner à nos enfants un avenir à la hauteur de la grandeur passée de la France. Il n’existe pas d’homme parfait pour porter nos espoirs et construire l’avenir, mais il existe au moins un petit homme qui ose porter de grandes idées en phase avec ce que nous vivons. L’avenir n’est pas écrit car personne n’a l’expérience d’une telle situation. Mais il peut être écrit si nous faisons face avec force et conviction. Révoltez-vous, luttez !

IBM Watson

Robot imprimante 3D

Les cartes sont redistribuées

Lis moi avec webReader

La victoire de Benoît Hamon à la primaire citoyenne redistribue profondément les cartes d’une présidentielle que les forces conservatrices voulaient verrouillée d’avance.

Loin du naufrage annoncé, cette primaire a vu le peuple de gauche se mobiliser fortement entre le premier et le second tour pour atteindre environ 2 millions de votants. Le résultat final est clair avec un rapport 59% / 41% en faveur de Benoît Hamon. Il n’est pas contesté et Manuel Valls a eu le grand mérite de reconnaître clairement la victoire de Benoît Hamon. Il l’a fait avec dignité et sens du devoir, ce qui le caractérise parfaitement. Je l’ai soutenu pendant cette campagne, comme militant je le remercie et comme je l’avais d’ailleurs écrit, je soutiendrai désormais sans problème Benoît Hamon.

Mais au-delà de cette primaire, l’impact politique est très important. Il n’est désormais plus possible de raconter que le candidat issu de cette primaire n’a aucune légitimité face à Jean-Luc Mélanchon ou Emmanuel Macron. Ces deux adversaires pourront bien raconter ce qu’ils veulent, tous leur soutiens revendiqués sont moins nombreux que les 1,2 millions de votants de Benoît Hamon (ajouté au report des voix des autres votants de la primaire). On a toujours tord de se soustraire à la démocratie !

Cette victoire sans discussion permet aux électeurs les plus à gauche de se repositionner autour du programme de Benoît Hamon. Mais au-delà, il permet aux électeurs des classes populaires défavorisées qui étaient depuis longtemps partis à l’extrême droite, de se reposer la question de savoir qui du clan Lepen qui pollue la vie politique française de puis plus de 50 ans ou d’une nouvelle offre politique singulière issue du PS est la plus à même de les sortir de leurs difficultés quotidiennes.

Quant à l’autre alternative, on ne peut que paraphraser Jean d’Ormessons et refuser de participer au bal des cocus. La primaire de droite a montré que leur électorat voulait un projet conservateur marqué à droite. La primaire de gauche vient de montrer que le peuple de gauche voulait un projet réformateur marqué à gauche. Le discours consistant à dire le contraire est à l’évidence soit erroné, soit un mensonge.

En dehors de l’instinct de conservation d’un groupe hétérogène qui perçoit l’immense changement sociétal en cours et le refuse pour préserver un monde où il se sent bien, tout le reste de la société demande un président capable d’oser construire un nouveau monde. Avec un horizon comme le revenu universel ou une sixième république, Benoît Hamon ose aller vers ce nouveau monde et aucun autre candidat n’a affiché une telle ambition.

En politique, j’ai toujours été sensible aux idées de Michel Rocard, comme B. Hamon et M. Valls d’ailleurs. Je suis entré en politique comme militant social-démocrate et j’ai participé en son temps aux réflexions sur le manifeste de socialisme & démocratie. Aujourd’hui, je vois que certaines des idées discutées à l’époque avec mes camarades (comme le revenu universel) sont tout à fait compatibles avec celles de l’aile gauche du PS. Et le lien me semble bien être la méthode réformiste du rocardisme. Dans un monde qui explose complètement, nous n’avons d’autre choix que de réussir une fusion des idées et des énergies de la gauche. Les affrontements passés ne nous seront d’aucune utilité, pas plus que les certitudes liées à un monde qui n’existe déjà plus. Il faut retravailler ensemble, avec nos différences, pour réussir ce monde radicalement différent. En soutenant Benoît Hamon, je ne renie rien de mes combats socdem mais je veux travailler pour la re-construction d’une France en phase avec les défis du millénaire et les attentes plus qu’inquiètes des Français.

La candidature Mélanchon est une aventure individuelle conservatrice.

La candidature Macron est une candidature opportuniste au service d’un monde qui tel l’ancien régime, refuse l’inconnu de la bascule dans une ère qui s’impose à nous. Qu’ils relisent Tocqueville.

La candidature Fillon est bâtie avec les fils de la rancœur et de l’argent, ce qui est incompatible avec la probité gaullienne affichée. L’affaire Pénélope et la faiblesse des arguments avancés laissent penser que cela ne peut pas bien finir pour François Fillon.

Enfin, la candidature Lepen fille ressemble de plus en plus à la candidature de la dernière chance d’un clan qui n’a eu à offrir à la France que le seul projet de l’éructation et la haine de l’autre.

Toutes les dernières élections en Europe et aux Etats-Unis nous disaient que notre élection présidentielle serait elle aussi une élection pleine de surprises. À quelques mois du premier tour de la présidentielle, la primaire citoyenne vient d’accoucher d’un candidat surprise avec un programme totalement inédit.

Avec Benoît Hamon, le chemin vers la victoire de la gauche est plus qu’ouvert.

Sondages contre statistiques internet : observatoire des présidentielles

Lis moi avec webReader

L’élection de Trump ayant montré que les statistiques internet avaient une valeur prédictive très supérieure aux sondages, cette page permettra de suivre l’évolution de la campagne pour E. Valls, F. Fillon, E. Macron, A. Montebourg et M. Lepen aux élections présidentielles.

Les autres candidats n’apparaissent pas pour cause de résultats trop faibles.

Les résultats sur 30 jours glissants avec un décalage de quelques jours (4) par rapport à la date de visualisation


Les résultats sur 7 jours glissants en temps réel


Primaires de gauche sur le mois de janvier



Google avait prédit l’ordre d’arrivée.

23 janvier 2017

Google avait encore prédit l’ordre d’arrivée : Hamon, Valls et Montebourg. Tout au long de la journée du 22 janvier (avant les premiers résultats de 19h), les recherches des internautes indiquaient clairement ce qui allait être le résultat et même le cas Pinel ne perturbait plus l’interprétation des statistiques.

Pour le second tour, Hamon et Valls ont été naturellement conservés mais nous avons ajouté Mélanchon en élément de comparaison puisque c’est à gauche l’adversaire du futur vainqueur de la primaire.

En tout cas, entre les sondages et les statistiques google, Google a encore gagné à plate couture.

21 janvier 2017

Un jour avant le 1er tour des primaires de la gauche, deux candidats semblent d’être détachés en matière d’intérêt de recherche pour les internautes : M. Valls et B. Hamon. Le premier a bénéficié d’un fort effet d’actualité avec son agression. Bien qu’un peu en marge du débat politique, on peut supposer que ce mouvement lui profitera au final. Quant à B. Hamon, il bénéficie probablement de l’effet de ses propositions en rupture. Il est difficile de voir qui est vraiment le 3ème candidat : S. Pinel est à cette place mais il y a toujours le doute sur le fait que les internautes cherchent quelque chose sur son programme politique ou quelque chose sur la défiscalisation.

Concernant l’ensemble des candidats, on mesure combien l’intérêt global est faible à travers le fait que l’actualité de l’agression de Valls a réussi à écraser pendant plusieurs jours les recherches des autres candidats. M. Lepen semble entamer un début de remontée.

16 janvier 2017

Une courbe à 90 jours glissants à été ajoutée pour comparer les recherches web entre les primaires de la droite et de la gauche. Après le deuxième débat, la primaire de gauche ne génère pas la croissance constatée pour celle de droite. Mais en fait, c’est tout le débat politique qui semble se dérouler dans une certaine apathie. Si E. Macron est un peu au dessus des autres, on constate qu’il est à moins de 10% du score maximum de recherche internet  pour F. Fillon fin novembre (NB : Mélanchon n’apparaît toujours pas car bien en dessous de B. Hamon dans les recherches).

Dit autrement, si le premier tour avait lieu dimanche, la courbe d’E. Macron donne l’illusion qu’il a la meilleure chance d’être au second tour et qu’il pourrait se retrouver contre n’importe lequel des autres candidats apparaissant sur ce graphique. Ceci est au bémol non négligeable près que Valls ou Hamon bénéficieront du report des voix de la primaires et qu’en conséquence, c’est bien le candidat issu de cette primaire qui pourrait finalement virer en tête à l’issue du premier tour de la présidentielle même avec un report moyen de voix à gauche. Résultats tout à fait inattendus remontés par les recherches des internautes…

NB : le pic de S. Pinel est difficile à interpréter (à nouveau à cause du « parasitage » de la loi Pinel – les résultats ne sont pas filtrés et corrigés).

5 janvier 2017

En ce début d’année, la situation est extrêmement confuse et les courbes à 7 jours n’arrêtent pas de se croiser. On notera le retour de F. Fillon qui a sans doute fait l’erreur de perdre sa dynamique des primaires et qui se retrouve au même niveau que les autres.

Du côté des primaires, le trio Valls / Hamon / Peillon semble devoir prendre l’ascendant sur les autres.

27 décembre 2016

Juste avant la fin d’année, l’intérêt des recherches des internautes se portent sur 4 prétendants : E. Valls, F. FIllon, E. Macron et M. Lepen. Les courbes à 7 jours se croisent allègrement en fonction de l’actualité du jour.

A. Montebourg semble décroché il est remplacé par B. Hamon qui fait un meilleur score de recherche.

Il faut noter que parmi les 4 candidats, le cas E. Macron devient complexe à analyser car c’est lui qui regroupe le plus de recherches « négatives ». De plus ces recherches négatives sont de nature variée. À ce stade, aucun filtre n’est appliqué mais il est probable que la nature prédictive sur E. Macron est sur-estimée par les courbes brutes.

Un graphique regroupant les candidats de la primaire de gauche les plus google-sés a été ajouté. Le cas de S. Pinel est sans doute sur-estimé à cause des recherches sur la loi qui porte son nom.

Il faut noter que JL Mélanchon est toujours aussi inexistant dans les statistiques de recherche ce qui est une vraie interrogation par rapport aux sondages.

Au démarrage de ce suivi (07/12/16), sur 30 jours glissants l’ordre des candidats est

  1. F. Fillon (bénéficie de l’effet primaire à droite)
  2. E. Valls (1er sur 7 jours glissants)
  3. E. Macron
  4. M. Lepen
  5. A. Montebourg

On notera que F. Fillon et E. Valls ont réussi le lancement de leur campagne en terme de notoriété, que celui de E. Macron a été noyé par la primaire à droite.

Contrairement à ce que disent les sondages, à ce stade JL Mélanchon est inexistant en terme de statistiques de recherche.

Et si l’élection avait lieu dimanche, le vainqueur serait…

Lis moi avec webReader

Je me relance cette semaine encore sur la prédiction de vote en me basant sur une analyse simple des données google. Pour pimenter un peu les choses, j’ai choisi d’ajouter deux candidats déclarés qui ressortent un peu des statistiques : E. Macron qui est effectivement en campagne et M. Lepen qui est candidate mais pas en campagne.

Il est à noter que les autres candidats déclarés sont « écrasés » statistiquement parlant (JL Mélanchon et A. Montebourg pour ne citer qu’eux).

Pour affiner un peu les choses, il a été nécessaire de supprimer des recherches fortes mais non liées à la campagne pour A. Juppé, E. Macron et enfin le cas de M. Lepen résiste un peu à l’analyse simple qui est faite ici car ce nom recouvre l’ensemble des recherches sur le clan Lepen et pas sur la seule candidate.

Ni F. Hollande ni E. Valls qui font l’objet de recherches google importantes n’apparaissent ici car ils ne sont pas (encore) candidats et en plus les résultats sont perturbées par leurs fonctions respectives.

Et les résultats pour dimanche seraient…

election-novembre-2016

Premier tour des primaires à droite : le tiercé gagnant ?

Lis moi avec webReader

Allez, je vais prendre un peu de risque. Vu qu’en matière de prédictions électorales les élections américaines ont montré que le web donnait de meilleurs résultats que les sondages, je suis allé chercher les stats de recherche des internautes histoire de voir si en 5mn on pouvait deviner le résultat des primaires de la droite.

A priori, Fillon sera en tête dimanche. Pour le deuxième, c’est moins sûr car sur ces derniers jours, Sarkozy et Juppé se croisent. De plus, si Fillon a très peu de recherches « négatives », les recherches sur Sarkozy et Juppé sont teintées de pas mal de frite, Takieddine et autres prisunic…


Le crépuscule de l’intelligence

Lis moi avec webReader

maxresdefaultGrèce, Espagne, Italie, Royaume Uni, Islande, pays de l’Est, Turquie, Irak/Syrie et maintenant États Unis.

Toutes ces zones du monde dont la liste n’est hélas pas exhaustive, ont en commun d’avoir fait d’étranges choix de gouvernement depuis quelques mois ou au plus quelques années. Il y a bien sûr une énorme différence entre le proto-état Daesh et le parti pirate en Islande, mais dans tous les cas ces pays ont évolué vers des choix politiques qui à l’évidence ne vont pas dans le sens de solutions pouvant rationnellement permettre de construire l’avenir de façon sereine.

Les peuples semblent vouloir choisir ou a minima accepter des gouvernements souvent brutaux du moment que cela marque une cassure avec leur présent.

Certes, il s’agit dans tous les cas de se débarrasser d’une classe politique jugée illégitime, une classe politique qui au fil du temps semble s’être changée en aristocratie de plus en plus fermée. Mais pas seulement.

Le pari de cette classe dirigeante était sans doute que les progrès, objectifs, qu’ils apportaient à leur peuple seraient suffisants pour les maintenir au pouvoir. Et ces progrès ne sont ni nuls ni négligeables. L’espérance de vie planétaire a largement augmentée (+6 ans ces 12 dernières années), grâce à internet il n’est plus impossible d’avoir un accès universel à la connaissance, le développement économique a enrichi de plus en plus de peuples, et la liste pourrait encore être longue.

Alors pourquoi rejeter si brutalement un personnel politique certes impopulaire mais loin d’être inefficace ?

Plusieurs éléments sont évidents :

  • il y a eu progrès certes, mais en même temps explosion des écarts inégalitaires
  • l’accès universel à l’information et la connaissance va de pair avec une plus grande autonomie d’analyse et donc de choix
  • l’écart entre le discours markettée et la réalité vécue et perçue au quotidien a atteint un tel point qu’elle tend à devenir une crise schizophrénique

Mais à mon sens, il y a encore au moins un autre élément extrêmement puissant qui est le vrai déclencheur de ces choix destructeurs de gouvernants. Les peuples comprennent ou perçoivent parfaitement que le monde dans lequel ils ont vécu jusqu’ici est au mieux en train de mourir et très probablement déjà mort. Il ne s’agit pas là d’une évolution conceptuelle mais d’une réalité très triviale et sensible.

Dans un monde d’hyperconnectivité, la notion de vie privée et probablement d’individu disparaît. Personne n’a jamais vécu quelque chose de semblable.

Dans ce mode de biologie avancée, un enfant ne nait plus de deux parents mais potentiellement de 6 (deux parents légaux, une mère porteuse et potentiellement trois parents génétiques). Ceci en attendant qu’une greffe d’utérus puisse être fonctionnelle chez un « homme ».

teaserbox_40464574Dans ce monde à la technologie triomphante, les champions d’échec et de go sont des machines, tout comme les meilleurs spécialistes diagnosticiens. Et ces intelligences greffées sur des robots sont maintenant en train de rendre réel ce qui n’était que science-fiction. La bonne vieille bagnole qui gonflait d’orgueil James Dean n’existera plus dans quelques années.

Dans ce monde au climat vacillant, on ne produira bientôt plus le même vin à Bordeaux et les blés de la Beauce seront bientôt remplacés par des orangers.

Et la liste pourrait être encore longue…

Que ce soit conscient ou pas, l’homme de la rue sait que le monde de demain n’est pas celui qu’il connait et il constate que les gouvernements actuels sont incapables de lui parler de cet avenir. Comment dans ce cas ne pas choisir ceux qui au moins lui disent qu’ils ont un projet pour demain, même lorsque c’est à l’évidence peu crédible. Peu crédible c’est toujours mieux que rien du tout !

Et en France ? Comme partout ailleurs, on se convint qu’aux futures élections cela sera comme d’habitude et que les discours extrémistes, excluants, violents, obscurantistes autant que complètement stupides ne passeront pas. Pas chez nous, pas ici ! Mais en quoi proposons-nous  une alternative différente de ce qui s’est passé ailleurs ? En quoi Juppé / Sarkozy, Hollande ou autres Macron sont-ils différents d’Hillary Clinton ?

Battre le clan Le Pen aux futures élections est simple et plutôt facile. Il suffit juste de présenter des candidats inattendus (à défaut d’être neufs) et de dire comment on va construire ce monde qui de toute façon changera de gré ou de force.

Il faut parler survie climatique.

Il faut parler survie de l’individu et de sa vie privée.

Il faut parler place des personnes dans un monde du travail où la machine et l’IA le surpasse.

Il faut faire ensemble les choix de l’avenir d’Homo Sapiens.

Il faut dire que l’on va ensemble affronter l’avenir et qu’on ne laissera tomber personne.

Il faut avouer que personne ne sait comment construire ce demain, mais qu’avec le courage, l’intelligence, le profond sens de l’intérêt commun on a une chance de réussir. Il n’y a pas de retour en arrière possible, autant se donner toutes les chances en commençant par ne pas choisir le crépuscule mais en recherchant où se lève le soleil.

Moi président, je mettrai en place l’Allocation Citoyenne Universelle

Lis moi avec webReader

Oui sans restriction à l’Allocation Citoyenne Universelle

Ecoutez-nous !Manuel Valls vient d’ouvrir un chantier de fusion des allocations appelé revenu universel.

Ce chantier est un premier pas en direction de ce que j’avais appelé l’ACU (Allocation Citoyenne Universelle) qui s’appelle également dans des versions proches le revenu de base.

Voici enfin un débat qui s’ouvre et mérite mille fois d’aboutir à quelque chose de concret. Et ce débat s’ouvrant en préambule d’une campagne électorale qui s’avance, je vous le déclare tout net, je voterai sans hésitation pour tout candidat qui s’engagera à mettre en œuvre cette mesure dans les deux premières années de son mandat (exception faite des candidats non respectueux des valeurs républicaines naturellement).

Quelques précisions

Tout d’abord, sur le vocabulaire (nous sommes en France c’est important !)

  1. je préfère mille fois le mots allocation à revenu. Le second est plus connecté « résultat d’un travail » que le premier, or à mon sens, cette mesure doit être clairement détachée de la notion de travail.
  2. Pourquoi citoyenne ? Cette mesure se doit d’être la contre-partie et le socle de la citoyenneté. Affirmer que la citoyenneté peut librement s’exprimer lorsque l’on doit chaque jour se battre pour assurer sa survie est un mensonge. Affirmer que la citoyenneté a un sens lorsqu’on est dans l’impossibilité d’avoir un minimum d’information est un mépris. De même la citoyenneté ne peut s’exprimer pleinement lorsque l’on n’a pas la possibilité de se déplacer ou de se loger. La citoyenneté a un prix et ce prix serait clairement payé par l’ACU.
  3. Pourquoi universelle ? Si tout les citoyens sont égaux alors il ne peut y avoir d’autre distinction que la possibilité d’en jouir. Les seuls cas particuliers à traiter seraient donc ceux des mineurs ou adultes sous tutelle.

Comment cela fonctionnerait ?

Toutes les cotisations sociales obligatoires actuelles (hors maladie) serait collectées à l’identique mais redistribuées de façon identique entre chaque citoyen. Il semblerait que cela signifierait dans la pratique un montant entre 800 et 1000€ / citoyen et par mois.

Les modalités d’utilisation de cette somme pour les citoyens mineurs ou sous tutelle seraient à définir.

L’ACU serait soumis à l’impôt sur le revenu et on pourrait imaginer un système qui permette à qui le souhaite de renoncer provisoirement à percevoir l’ACU au bénéfice de fondations ou d’œuvres caritatives.

On notera que ce système permettrait de faire des économies à la fois par la reprise d’une partie des sommes via l’IRPP mais aussi et surtout par l’immense simplification administrative qu’il sous-tend.

Y-aurait-il des perdants par rapport au système actuels ?

Oui pour toutes les personnes touchant des allocations indexées sur leur cotisations passées (chômage, retraite, …).

Ceci pourrait être contrebalancé par une assurance complémentaire souscrite à titre personnel ou collectif (comme pour les retraites des cadres par exemple).

Qui seraient les gagnants certains d’un tel système ?

Les jeunes générations actuelles seraient les grandes gagnantes puisqu’elles pourraient arriver à l’âge actif avec un patrimoine là où elles n’ont aujourd’hui droit qu’à un immense mensonge sociétal, aux désillusions et à notre mépris plus ou moins honteux.

Par ailleurs, plutôt que d’espérer un travail alimentaire qu’elles ne trouvent pas, ces jeunes générations pourraient construire leur propre moyens de subsistance en fonction de leurs dons et aspirations. Il y a là la source d’un immense mouvement libérateur et créateur par le travail et plus une aliénation par ce même travail !

L’ACU redéfinit une vision constructive et positive de la société en privilégiant ceux qui sont porteurs de l’avenir et plus ceux qui sont héritiers du passé, mais en prenant bien soin de mettre en place un puissant outil de solidarité.

Conclusion

Notre société est malade est cela dure depuis des décennies. Les immenses et profonds changements en cours condamnent définitivement un modèle social Français qui a fait honneur à la France mais dont il faut acter la fin. L’Allocation Universelle Citoyenne est sans aucun doute la première pierre du nouveau modèle que nous devons collectivement rebâtir. Je note la très grande évolution entre les discussions que j’ai pu avoir sur le sujet il y a plus de 10 ans et aujourd’hui.

La France est mure pour reconstruire son modèle et son contrat social à partir de l’ACU et nous entrons en phase électorale. Alors comme moi, je vous invite à proclamer Moi président, je mettrai en place l’Allocation Citoyenne Universelle !

Les compteurs Linky vont arriver à Plougonvelin

Lis moi avec webReader

Linky s’invite à Plougonvelin (et ailleurs !)

linky-compteurVu le peu d’information fait par la municipalité, vous ne savez peut-être pas que les nouveaux compteurs Linky vont être déployés par ERDF sur la commune de Plougonvelin en remplacement des compteurs actuels. Or ce déploiement qui a déjà commencé dans d’autres communes de France (mais aussi d’autres pays avec des appareils équivalents) posent des questions et génèrent un débat de plus en plus important.

Qu’est-ce qu’un compteur Linky ?

Linky est un compteur électrique qui comme tous les compteurs électriques a pour objet principal de relever votre consommation d’électricité. La nouveauté est ici que ce compteur est doté de possibilités de communication extérieures à la maison est d’un ensemble de fonctions telles que le relevé et le suivi de consommation à distance, le changement de puissance, …

Pour réaliser ces fonctions, le compteur est capable de communiquer vers l’extérieur de l’habitation mais également dans le logement à travers vos fils électriques par une technologie dite CPL (Courant Porteur en Ligne).

Quels sont les avantages annoncés ?

ERDF met en avant des avantages clairs comme la facilité de gestion (mise en route, relevé de consommation) et d’autres qui sont plus sujet à caution (développement des énergies renouvelables, satisfaction client).

Quels sont les problèmes avérés ou potentiels ?

Potentiel : dangerosité des ondes générées par le CPL

La technologie CPL existe depuis longtemps mais n’est pas largement utilisée dans les habitations. De façon objective, le CPL génère des ondes mesurables classées comme potentiellement novices. À ce stade, nous n’avons pas encore assez de recul pour savoir si oui ou non les compteurs Linky pourraient avoir un impact sur la santé. Les personnes électro-sensibles auront par contre à souffrir de façon certaine de cette installation.

On relèvera cependant, qu’à moins de faire signer une décharge, si ce risque devait se réaliser d’ici quelques années, ERDF se trouverait probablement face à quelques dizaines de millions de plaintes pour mise en danger de la vie d’autrui.

Potentiel : augmentation du prix de l’abonnement

Dans un faible nombre de cas, l’installation d’un compteur Linky peut aboutir à obliger l’abonné à augmenter la puissance de son abonnement (et donc d’alourdir sa facture).

Potentiel : risque d’incendie

Lors de l’expérimentation, il y a eu 8 cas recensés d’incendie pour 300 000 compteurs installés. Ceci est faible mais pas nul.

Potentiel : risque de surveillance policière

« L’écoute » des circuits électriques d’un domicile est a priori possible mais la nouveauté du dispositif la place probablement dans une zone grise du droit qui sera sans doute rapidement précisée. Il est cependant clair qu’un État autoritaire voire totalitaire disposerait d’un moyen intrusif puissant de surveillance à vaste échelle.

Avéré : cela a un coût pour l’utilisateur

Le remplacement des compteurs actuels dont l’immense majorité peut encore fonctionner pendant des dizaines d’années n’est bien sûr pas gratuit. Si ce coût n’est pas facturé directement, il sera naturellement répercuté d’une façon ou d’une autre.

Dans un second temps, la question de la réduction du coût de gestion (relevé des compteurs, etc…) répercuté par une baisse du prix de l’abonnement se pose.

Avéré : ces compteurs sont piratables

Comme tout système informatique connecté, il est possible de pirater ces appareils. Des pirates allemands en ont fait la démonstration sur des équipements équivalents. Ils ont en outre démontré que grâce à ce type de compteur, il était non seulement possible de connaître les habitudes des habitants mais également le type de biens électriques qu’ils possédaient.

Enfin, au-delà de l’utilisation de ces compteurs, on sait qu’il est possible de prendre la main sur un système informatique connecté, mais aussi de le détruire par différents moyens (création de surtensions, mouvements mécaniques répétitifs ou antagonistes, etc…).

Autres conséquences possibles d’un accès pirate : il est possible de connaître vos habitudes de consommation et de revendre les fichiers ou encore de savoir si vous êtes présents dans votre domicile ou pas et de planifier des cambriolages.

Avéré : l’intérêt pour le consommateur est nul

L’abonné ne demande rien quant à son compteur et Linky ne lui apporte vraiment pas grand chose.

Et alors ?

Le Canada a fait machine arrière sur l’installation de ce type de compteur.

Le refus d’installation des nouveaux compteurs monte en puissance. Certaines communes ont pris des arrêtés municipaux pour interdire leur installation. La validité juridique de ces arrêtés n’est à ce jour pas claire.

Concernant les habitants, certains se sont organisés pour interdire aux installateurs de stationner dans les rues et comme ils n’ont pas le droit d’entrer dans un logement privé, l’accès à un votre domicile n’est en rien une obligation.

En tout état de cause, les communes ont un vrai rôle à jouer, ne serait-ce que par la diffusion d’une information digne de ce nom.

Pour y voir un peu plus clair, nous vous proposons de visionner la vidéo ci-dessous et de remplir ce questionnaire.

Merci d’avance.

Choir et déchoir

Lis moi avec webReader

ctwa9eoweaeakum_1Cette année 2015 a ressemblé à une traversée dans une mer houleuse parsemée d’écueils. Le voyage ne fut pas sans peine et sans douleur, mais nous pouvions espérer retrouver un peu de calme et de paix au sein de nos foyers pendant les quelques jours des fêtes de fin d’année.

Au lieu de cela, le gouvernement a décidé fort inopportunément de s’inviter au repas avec une proposition plutôt indigeste : élargir la déchéance de nationalité et l’inscrire dans la réforme constitutionnelle qui a été promise pour répondre aux derniers attentats de Paris.

La nationalité, un droit universel

L’article 15 de la déclaration des droits de l’Homme qui sert de préambule à notre constitution stipule sans ambiguïté que la nationalité est un droit fondamental et universel attaché aux individus. Un individu ne peut pas ne pas avoir de nationalité (être apatride).

La nationalité est également attachée à la liberté puisqu’un individu ne peut pas être privé du droit d’en changer.

Actuellement, l’article 25 du code civil permet d’envisager une déchéance de nationalité pour un certain nombre de raisons « graves » (bien que peu précises). Depuis la loi Guigou de 1998, seuls les binationaux depuis moins de 15 ans maximum peuvent être déchus de leur nationalité. En environ 25 ans, un peu plus d’une vingtaine de déchéances ont été prononcées.

La proposition gouvernementale s’inscrit donc dans un contexte où il n’y a pas de lacune du droit, pour un nombre de cas éventuels très restreints. Elle n’aurait en outre aucun effet concret permettant de résoudre les problèmes posés par les actes terroristes qui pourtant sont la motivation première de cette proposition : les individus concernés ont pour but ultime de se suicider en commentant leurs actes, dans un tel contexte la menace d’une déchéance de nationalité est dérisoire voire ridicule.

L’idée de la déchéance heurte les les idéaux de gauche puisqu’elle introduit une différence de statut et de droits, donc une inégalité, entre Français. Si cette inégalité peut être jugée acceptable pour une durée transitoire pour les naturalisés, rien ne justifie qu’un Breton ou un Corse de naissance soient demain déchus de leur nationalité et expulsé du territoire. Que leur âme soit sombre ou radieuse, les enfants de France naissent et demeurent égaux. Même lorsque l’un deux devient un immonde salaud, il est le fruit de notre échec collectif et nous n’avons pas à nous débarrasser de cet échec en le renvoyant dans un autre pays qui d’ailleurs ne voudra pas forcément l’accepter.

Quid de l’indignité nationale ?

L’indignité nationale est une sanction possible qui ne touche pas à la nationalité mais retire un certain nombre de droits. Elle fut surtout d’actualité après la seconde guerre mondiale. Cette notion pourrait être retravaillée et remise à jour de façon à être adaptée à l’époque et élargie à des circonstances qui vont au-delà du seul problème de terrorisme : crimes financiers à grande échelle, crimes dans l’exercice d’un mandat politique, …

Concernant le terrorisme, l’indignité nationale n’aurait là non plus pas beaucoup d’effet, mais elle ne heurte pas de principes constitutionnels ni d’idéaux.

Condamnation à mort

Je suis étonné du fait que l’on ne nous ait pas ressorti le rétablissement de la peine de mort concernant les terroristes. Il est vrai que cela avait été fait par le clan Le Pen après les attentats de Charlie Hebdo. Mais comme le rétablissement de la peine de mort contre des individus dont le but est de mourir avait paru à l’époque tellement ridicule, personne n’a voulu repasser les plats.

Grâce à Robert Badinter, la France peut s’enorgueillir d’avoir aboli la peine de peine de mort dans le cadre normal de la République. Elle ne subsiste plus qu’en période de guerre ou de façon grise à travers les opérations spéciales.

L’abolition de la peine de mort est une des très grandes victoires de la gauche, elle serait affaibli par l’introduction constitutionnelle d’une différence entre la nationalité des Français : commencer par la seconde aboutirait rapidement à l’idée que la première peut être remise en question « dans certains cas ». La nationalité étant consubstantielle à l’individu, la mort de l’un pose la question de la mort possible de l’autre.

Concernant l’efficacité, l’histoire a largement démontré que même avec le maximum de cruauté publique, la peine de mort s’est toujours montrée dramatiquement inefficace pour prévenir les crimes et qu’elle a a contrario éliminé nombre d’innocents.

Damnatio memoriae

Quant à explorer des pistes, il me semble intéressant d’examiner un type de condamnation qui n’a pas été utilisée de façon courante depuis l’antiquité : la damnatio memoriae.

Il s’agit ici d’une condamnation post-morten qui vise à effacer l’existence même d’un individu. Ce type de condamnation est particulièrement efficace pour prévenir les crimes qui seraient commis pour acquérir de la notoriété, ce qui est le cas de certains terroristes. Cette condamnation est également un effacement social impactant l’entourage du condamné.

Une version simple et restreinte de la damnatio memoriae est de faire disparaitre toute trace du corps d’un condamné après sa mort. C’est ce qui a été appliqué à la dépouille de Ben Laden. Une telle procédure présente les avantages d’être très simple à mettre en œuvre, d’éviter tout mémorial, et il présente aussi une menace d’ordre spirituel qui peut se révéler potentiellement efficace, en particulier pour des terroristes mystiques.

Ce type de condamnation pose des questions philosophiques et religieuses importantes.

Conclusion

J’ai le sentiment qu’en voulant tenir une promesse hasardeuse de réforme constitutionnelle, promesse faite dans un contexte émotionnel peu propice aux décisions réfléchies et tempérées, ce gouvernement s’est mis tout seul dans une situation inutilement difficile. Les derniers mois avaient pourtant été correctement gérés et les Français avaient fermé la porte au front national et montré à l’ex UMP combien il était vain de courir après leurs idées nauséeuses.

La réforme de déchéance de nationalité ressemble à une mauvaise triangulation politique qui vient heurter de plein fouet des idéaux d’égalité et des fondements sur la nationalité française qui ne sont pas que de gauche. Puisque l’émotion est grande dans un contexte post-attentat, le congrès pourrait hélas se fourvoyer et renoncer à une partie de ce qui fait de nous des Français, renoncer à une partie de ce qui a provoqué une illumination bleu blanc rouge du monde après les attentats. Les terroristes auraient alors atteint leur but : nous changer, nous obliger à renoncer à ce que nous sommes.