Bloggy Bag
twitter facebook rss

News de la presse paimpol : Voici Moscovici

Lis moi avec webReader

Septembre 2009.

Pierre MoscoviciJ’aurais bien aimé vous ramener quelques photos aussi faussement floues que volées de Pierre Moscovici courant en maillot de bain rouge sur la plage de Paimpol ou le récit de quelques aventures torrides avec une princesse britannique venue en secret passer le week-end dans les côtes d’Armor, mais il me faudra me contenter de parler politique.

Pierre était l’invité ce week-end de la fédération des côtes d’Armor à l’occasion de leur université populaire (j’y étais moi-même en qualité d’e-militant b2g et voisin finistèrien). Et donc nous avons, bêtement, parlé politique et pas fanfreluche médiatique. Je ne vais pas vous livrer ici le récit de notre après-midi, juste quelques points, remarques et, on ne se refait pas, commentaires après décantation du week-end.

D’abord un point amusant quand même. Avant de venir, Pierre avait commencé sa journée par une interview avec Europe1, et justement, le journaliste était plus intéressé par la fanfreluche (en l’occurrence Frêche accueillant Royal) que par la politique. Comme notre vaillant journaliste insistait pour avoir sa petite phrase plus croustillante qu’une craquotte à cette heure matinale alors que Mosco n’arrêtait pas de lui expliquer qu’en qualité d’homme politique il voulait parler politique, il a fini par lui lâcher un “je m’en fous de cette fête ! “. Que l’on se le dise du côté des médias, à l’heure du petit dej’, le Mosco est un animal qui n’aime pas qu’on lui casse les pieds…

Paimpol OgerMais revenons à la vraie politique. Que dire de cette journée. D’abord que b2g existe effectivement en dehors du web et que l’on retrouve des soutiens chez les militants de base et chez les élus comme la députée Marie-Renée Oget qui était présente. Ce qui m’a frappé, c’est l’interrogation que suscite b2g : un nouveau courant, l’écurie d’un présidentiable, quelque chose de nouveau ? Nouveau assurément puisque justement le mouvement essaie de sortie du schéma classique du PS organisé en courants, nouveau parce qu’il doit réussir une quadrature compliquée entre besoin d’être porté par des voix fortes et reconnaissables mais qu’il ne doit pas être réduit à une voix forte et reconnaissable, nouveau parce qu’il parle méthode de refondation pour pouvoir ensuite entraîner l’adhésion et donner du contenu partagé à cette refondation. Mais c’est un exercice compliqué car même si les militants du PS déclarent presque unanimement en avoir marre avec la façon de fonctionner dans une opposition interne perpétuelle, finalement peu sont prêts à quitter sans appréhensions les vieilles pantoufles du PS.

Question de management relève Pierre qui relate sa conversation avec un voyageur. Oh que oui : management au quotidien, et plus encore management du changement. Il y a habituellement deux moyens de changer une organisation alors que toute organisation a un mal fou à se changer elle-même : d’abord la conviction partagée de la mort de cette organisation, ensuite l’arrivée d’éléments extérieurs focalisés sur ce changement. Tout le reste est littérature pour enfant.

Au PS, l’idée de la mort du parti est maintenant plus qu’une idée pour se faire peur : voilà qui devrait permettre à tout un chacun d’être plus attentif aux nécessités et moins conservateur.

Mais quid de l’aide venant de l’extérieur ? Cela peut être l’idée de l’élargissement des primaires (sujet évoqué à Paimpol), mais pas n’importe laquelle. Si un élargissement no-limit de la gauche-gauche au modem paraît peu raisonnable, il reste à choisir entre une primaire PC/vert/PS/MRG/MdC ou une primaire PS/MGR/MdC. Pierre hésite entre les deux mais à titre personnel, seule la dernière me paraît honnête et cohérente : je me vois mal demander à 1 ou 2 millions de personnes venir participer à un choix tout en pensant que quoi qu’il arrive, je n’ai pas envie de voter au premier tour pour Buffet ou Cohn-Bendit. Et puis ces derniers n’ont aucun intérêt à ne pas être visibles à la présidentielle. Soyons honnêtes et raisonnables : notre candidat doit être issu de nos rangs ou de celui de nos alliés très proches.

Question sur les jeunes ensuite. Cela n’a pas été vu comme une question de management, mais comment ne pas faire le lien entre ce parti de militants plutôt âgés qui se demande comment intégrer de nouvelles forces et les difficultés qu’ont les entreprises de manager la génération Y. Cette génération ne s’identifie pas à un plan de carrière, elle sait marcher à l’enthousiasme mais est aussi extrêmement volage : toute la difficulté est de trouver un cadre cohérent où implication et liberté marchent ensemble. C’est peut-être pour cela qu’on les retrouve plus sur internet qu’au sein des sections.

Et dernier point que j’évoquerai ici, à propos d’une remarque de Pierre. En substance, il disait que nos vieux quadras déjà foncièrement quinquas dans la tête n’avaient, jusqu’ici, pas prouvé grand chose quant à leurs capacités à diriger la France, avec une remarque en particulier “certains n’ont même pas été secrétaire d’état”. Or je suis tout à la fois d’accord et en désaccord avec Pierre sur ce point.

D’accord sur le fait que pour être président, il faut plus qu’une ambition. Sarkozy n’est qu’ambition, il a réussi à être élu mais il est pathétique au quotidien dans des habits beaucoup trop grands pour lui. Cependant, ces capacités et qualités se réduisent-elles à un exercice ministériel du pouvoir ? Comprendre les rouages de l’Etat est-il l’alpha et l’oméga de la direction de notre pays ? Et là je dis non : incarner un pays va au-delà de capacités techniques. Attirer à soi les meilleurs, être capable de tirer le meilleur d’une équipe sera toujours plus efficace qu’être soi-même le meilleur dans tous les domaines. Le chef n’est pas le meilleur en tout domaine, il est celui qui sait faire travailler les meilleurs pour lui, c’est-à-dire ici, pour la France. Ceci ne veut pas dire pour autant qu’il faille être une bille partout, et il est souhaitable d’être le meilleur à un endroit, mais la capacité essentielle est sans doute celle du leadership d’équipe associée à celle à inspirer confiance au-delà de l’équipe, au-delà de son camp, au-delà de son pays.

L’alchimie est complexe. En attendant il nous reste à préparer le terrain idéologique, avec tous. Paimpol fut une contribution intéressante, à vous de nous apporter la vôtre à b2g.

One thought on “News de la presse paimpol : Voici Moscovici

  1. admin on said:

    1.

    Bonjour et merci de ce CR très fidèle et des remarques pertinentes (comme toujours). Fut intéressante d’ailleurs aussi le détail donné sur l’organisation des primaires : signature, adhésion à une charte éthique, liste publique. Ainsi que le nombre de 2 Millions qui parait à certains inatteiganble, (2 Millions de votants, c’est le score du PS aux Européennes)., et qui se calcul aussi par un rapid ratio Fichier adhérents / Fichier sympathisant, dont on peut estimer qu’il tourne en moyenne (je déteste les moyennes, vive l’écart-type !) aux alentours de 1 pour 3.
    Pour le maillot de bain, ce fut surtout une question de météo.

    Comment by Eric Bothorel — 21 September 2009 @ 2:41 pm
    2.

    Le post d’Eric Bothorel, le secsec de service à Paimpol : http://ericbothorel.typepad.com/1armor2blog/

    Comment by Bloggy Bag — 21 September 2009 @ 5:43 pm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Submitted in: Pierre Moscovici, politique, Social-démocratie |