Le gouvernement dans le dur du combat

Après avoir procédé à un premier apurement du budget de la France, le gouvernement s’attaque désormais aux réparations profondes de la maison France.

Pierre Moscovici avec les 6 centimes sur l’essence a cherché à donner un peu d’air aux ménages pour les 3 prochains mois, et même si quelques euros sur un plein ne sont pas de nature à nous transformer en gagnants du loto, je ne fais pas partie de ceux qui claironnent que cela ne sert à rien. D’ailleurs, si 6 cts ne servent à rien, alors que ces personnes suggèrent à Bercy d’augmenter de 6 cts l’essence, cela fera toujours cela de moins sur la dette sans que cela pèse sur leur portefeuille ! L’appel à une augmentation de la production est également un second élément de court-terme capable d’amplifier l’effort de baisse des prix. Là où par contre une critique est possible, c’est que PM n’a pas encore annoncé de mesures structurelles pour sortir de la trajectoire fondamentalement haussière de l’énergie issue du pétrole. Je crois que le moment est venu de mettre sur pied le démarrage d’un plan de sortie de l’ère du pétrole, ce qui pourrait par exemple prendre la forme de mesures comme :

  • interdiction à court terme (1 an) à la vente des chaudières domestiques utilisant le fuel et à moyen terme (d’ici la fin du quinquennat) des chaudières industrielles à pétrole.
  • interdiction à court terme de l’immatriculation de voitures neuves de grosse cylindrée non hybridée et interdiction d’ici la fin du quinquennat de circulation de ces voitures
  • interdiction d’ici la fin du quinquennat de la mise en circulation de véhicules de transport collectif urbain à pétrole non hybridé
  • réajustement à la baisse des seuils permettant de bénéficier du bonus écologique sur l’achat des véhicules neufs
  • mis en place d’un plan de reconversion des travailleurs de la filière pétrolière

Autre mesure annoncée par le gouvernement, la mise en place des emplois d’avenir. À nouveau, ceci ne suffira pas à résoudre définitivement le problème du chômage, mais cette première mesure est loin de n’être que symbolique et contraste fortement avec ce qu’avait fait l’UMP en 2007 en abandonnant l’effort de lutte contre le chômage (la démographie était censée résoudre le problème toute seule !).

Déficit, énergie, chômage, en 100 jours la gauche n’a pas fait de miracle, elle a pris les commandes avec rigueur et compétence, elle a commencé à faire ce qu’il fallait pour sauver le bateau France.

Social-démocratie : le dormeur s’éveille !


Cette semaine, il m’est arrivé un petit truc amusant qui me semble être tout à fait significatif de la réalité politique et citoyenne du moment.

J’ai reçu comme cela nous arrive à tous parfois, un mail d’un administrateur d’un des canaux sociaux-démocrates (celui de Besoin de Gauche pour ne pas le nommer). Or ce petit mail purement technique a déclenché une avalanche de réponses, non pas au problème technique, mais profondément politiques. La communauté fédérée par ce canal s’est réveillée alors qu’elle était en sommeil depuis bien des mois.

Et que dit cette communauté ? D’abord tout heureux de se retrouver de façon inopinée, chacun en est allé de son commentaire et de ses doutes sur l’attitude à tenir pour les primaires. Certains pensant se rallier à Martine Aubry tout en ayant à l’esprit l’étrangeté de la démarche tant Martine donne des gages à l’aile gauche du PS alors même qu’elle nous ignore superbement depuis l’empêchement de DSK. D’autres évoquent la possibilité de soutenir François Hollande bien que gênés aux entournures par l’absence de positions clairement en faveur de la social-démocratie pendant son long mandat de 1er secrétaire aussi bien que par son refus obstiné de tirer un bilan de ces même mandats. Lui non plus n’a pas par ailleurs fait beaucoup d’efforts pour convaincre les sociaux-démocrates de venir le rejoindre.

Voilà des choix par défaut qui ne nous enchantent guère alors que par ailleurs les idées que nous défendons et que nous avons fait évoluer ont été plébiscitées par la crise mondiale qui a marqué la défaite des fantasmes ultra-libéraux comme jadis l’effondrement soviétique a marqué celle du marxisme. La victoire idéologique social-démocrate n’aurait-elle d’autre écho qu’un choix de leader sur le critère du moins pire ?

A l’évidence, voici qui ne plait à aucun d’entre nous alors qu’il suffit d’un petit bruit sur le réseau pour réveiller des militants qui ne demandent qu’à porter le fer. Quel écart entre l’autisme de candidats déclarés ou pressentis, les mouvement de ralliement individuel de quelques cadres et nous, militants et sympathisants internet qui avons construit et porté une bonne partie du combat social-démocrate, qui avons créé des canaux structurés où l’échange est intense et créatif, nous qui faisons de la politique d’une façon moderne, où chacun peut avoir sa place et la parole, où chacun est respecté du moment qu’il respecte les autres et avance des idées au lieu de postures ou d’injures !

Alors non nous n’acceptons pas comme une fatalité de devoir choisir par défaut. Nous demandons collectivement aux cadres sociaux-démocrates, mais aussi au-delà aux militants et élus qui n’ont pas été convaincus par le casting qui s’est dessinés ces derniers mois, aux sympathisants qui lisent ce post et au-delà aux Français qui attendent plus et mieux du parti socialiste, de se manifester sur les blogs de leurs élus PS ou au sein de leurs sections. Exigeons d’eux qu’ils se manifestent pour des candidatures de combat, des candidats capables d’aller chercher chacun et chacune au lieu d’attendre de savoir comment se fera la distribution aléatoire des voix ! Nous ne battrons pas une UMP déliquescente juste parce qu’ils ont été mauvais et que ce serait automatiquement notre tour. Nous battrons nos adversaires parce que nos idées et notre programme sont les bons, parce nos troupes ont décidé de gagner, parce que nous aurons trouvé un leader ayant gagné ses labels d’honneur, de compétence, de courage, de probité, de fierté partagée avec tous ceux qui le soutiennent.

Cette semaine verra se dévoiler les vraies candidatures à l’investiture PS. Mardi à Paris se tiendra une réunion des sociaux-démocrates. Que ceux qui le peuvent aillent à cette réunion porter la voix des e-militants socdem avec force et conviction : nous exigeons un leader dont l’attachement à nos idées soit sans faille, nous exigeons un leader qui portera en son cœur et son âme nos attentes et nos espoirs. Camarades, que chacun d’entre nous porte la voix de tous les autres. Le dormeur social-démocrate est réveillé, choisissons maintenant un chef et prenons la route de la reconquête.