Bloggy Bag
twitter facebook rss

Sarkozy veut offrir une breloque plaquée or à Marianne

Lis moi avec webReader

Comme internet est cruel : on ne peut pas dire une imbécilité sans que cela soit stocké dans un coin et avec les moteurs de recherche, c’est trop facile de le retrouver. Dans hadopi 27, il faudra que l’ump pense à glisser un paragraphe pour résoudre ce problème.

En l’occurrence il est intéressant de retrouver les anciennes déclarations, à l’heure où notre virtuose de la finance nous a concocté une nouvelle communication sur le thème « c’est moi ki gère le mieux les sous de notre bon pays« , et s’est fendu d’un courrier iconoclaste à nos parlementaires (c’est plus cher que le mail mais le papier à entête c’est classieux) dans lequel il explique combien il serait important d’ajouter un article de plus à la constitution pour interdire les déficits. Quoi de plus vertueux ? Contrairement à ces vilains socialos, not’ bon sarko est préoccupé des deniers de la France… (Le vrai message à faire passer est là pour ceux qui par quelque égarement croiraient encore en la sincérité de parole élyséenne.)

Oubliées donc les dépenses très symboliques à son profit (son augmentation de salaire de 140%, air sarko one à 176 millions pour parader sur le tarmac), oubliées les presque 10 années de gouvernement UMP où le déficit s’est creusé de façon forte de 2002 à 2008 (eh oui la crise n’explique pas tout !) pour plonger de façon vertigineuse depuis, oubliées les déclaration de Guaino qui déclarait début 2008 que « les critères de Maastricht, qui prévoient un déficit sous les 3% du PIB ne sont plus la priorité », oublié le discours sarkozyste du congrès de versailles où ce dernier déclamait sans rire son discours sur la bonne et la mauvaise dette. Qu’on se le dise, à partir d’aujourd’hui (enfin de demain ou un peu après), les déficits c’est interdit, promis juré on n’en fera plus.

Oubliés aussi les résultats plus que solides des socialistes entre 1997 et 2002.

En plus d’être profondément cynique et manipulatrice, cette idée ne tient tout simplement pas la route et on peut bien l’écrire dans la constitution (certains États l’on fait), ce n’est pas elle qui décrète la vertu des gouvernements et on sait parfaitement qu’en cas de force majeure, elle sera mise de côté (on se retrouve alors dans une situation du style des États Unis où les démocrates et les républicains jouent une partie de poker menteur pour pouvoir changer les limites actuelles).

Le simple bon sens et une gestion raisonnée et raisonnable des deniers publics voudrait que l’on applique, de soi-même, une règle de gestion plus simple et moins clinquante : en période faste on génère un peu d’excédent (au plus 3% du PIB par exemple) pour réduire son endettement, en période compliquée on accepte de créer du déficit pour amortir la crise et faire de la relance keynésienne. De cette règle, chacun peut en fonction de sa sensibilité politique bouger le curseur, et il me semble que c’est acceptable par tous sans avoir recours à l’agitation et aux discours plaqué or de Sarkozy et de son gouvernement UMP.

L’or, relique sacrée, rend fou, mais son éclat dans la bouche du futur candidat ne trompera personne, il ne s’agit que d’une opération de com’ low cost.

NB : selon les chiffres de l’INSEE, la dette s’établit à 84.5% à la fin du T1 2011.
Vous trouverez ici une réponse du député Jean-Jacques Urvoas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Submitted in: Actualités, Info politique, politique, Sarkozysme | Étiquettes : ,