Bloggy Bag
twitter facebook rss

#RadioLondres : les Français parlent au François

Lis moi avec webReader

Français, François,

La journée de dimanche a marqué la première étape de la reconquête de notre pays et de notre dignité. Heureux, nous pouvons reprendre à notre compte cette exclamation : « Flamby outragé ! Fraise des bois martyrisée ! mais Guimauve le Conquérant libéré ! Libéré par lui-même, libéré par son peuple ! »

La première étape fut rude, mais les commentateurs de #RadioLondres ont vu justes : « Le flan et la Rolex courent devant Jeanne d’Arc et Robespierre« , ce qui explique que « le profil Facebook de Carla vient de passer de mariée à c’est compliqué« , « la chanteuse [étant] mariée avec Poulidor« , « on aperçoit des déménageurs au 55 rue du Faubourg-Saint-Honoré« , tout étant prêt puisque « les talonnettes sont dans les cartons« .

Ce fut une belle journée où « même en Normandie, les orangers fleurissent« , « demain, il fera 29 degrés à Tulle et 27 degrés à Neuilly. Ça reste crédible avec les 16 degrés place Stalingrad ou bien ?« . Mais la mer fut difficile à certains : « le pédalo rouge coule dans la mer bleue, je répète le pédalo rouge coule dans la mer bleue » a-t-on pu entendre, et avec « 20% pour la Marine, j’ai le mal de mer ». Il paraît même que « Nain grincheux attend la vague dans le Titanic ». Du coup « Les oranges prennent l’eau. Je répète les oranges prennent l’eau« .

« En Belgique tu as les résultats 2 heures avant et un gouvernement un an plus tard« , ce qui indique bien que « la RTBF a la frite« . Ils ne sont cependant pas encore arrivés au point où  » Le Monarque est au pied de l’échafaud. Je répète Le Monarque est au pied de l’échafaud. »

Merci donc à Radio Londres pour ce grand moment de résistance. La reconquête a commencé, nous avons réussi le débarquement, progressons tous ensemble sur Paris !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Submitted in: Actualités, Elections, Info politique, Législatives 2012, politique | Étiquettes :