Jean-Yves Le Drian, ministre de la défense, soutient Jean-Luc Bleunven

Lis moi avec webReader

La ligne d’arrivée est en vue et Jean-Luc Bleunven a reçu hier soir et ce matin deux soutiens de poids.

Hier soir à Plouzané, Jean-Jacques Urvoas est venu en personne soutenir la candidature du candidat de la gauche en Iroise et il en a profité pour faire le bilan, le vrai, des deux mandats de Marguerite Lamour. Comme chacun pourra le constater en consultant les sites internet de l’assemblée nationale et de nosdéputes.fr, la réalité est très loin de l’autosatisfaction affichée par la députée sortante. Celle qui veut se présenter comme un rempart par son expérience et son activisme a en fait brillé par la faiblesse de sa production législative. Si la marine brestoise a vu fondre ses effectifs et son poids stratégique, ce n’est pas par hasard mais bien parce que Marguerite Lamour n’a pas défendu les intérêts du pays Brestois pendant plus de dix ans.

Or qui vient aujourd’hui soutenir Jean-Luc Bleuven ? Jean-Yves Le Drian en personne. Le ministre des armées a apporté lui-aussi son soutien à notre candidat. Du sympathisant au ministre, toute la gauche en Iroise va aller chercher la victoire dimanche prochain en votant pour Jean-Luc Bleunven.


Jean-Luc Bleunven – Le soutien du jour… par jeanlucbleunven2012

Elections législatives : analyse du local au général

Lis moi avec webReader

Même si elle n’a pas déclenché une marée de bulletins de vote, cette élection législative me semble particulièrement instructive, et il se trouve que la troisième circonscription du Finistère est tout à fait emblématique.

C’est d’abord une circonscription qui se confirme comme gagnable par la gauche. Les militants d’Iroise en étaient convaincus depuis plus d’un an, l’appareil socialiste et les observateurs moins. Cette fois, les résultats sont là : rien n’est gagné mais il n’y a pas besoin de la méthode Coué ou d’une double dose de chouchen pour dire que c’est gagnable. Cependant, comme au national, rien n’est fait d’avance et même si les citoyens ont confirmé leur intérêt pour notre programme et nos idées, ils ne sont pas prêts à signer un chèque en blanc.

La victoire devra se mériter en Iroise comme à l’assemblée, et de façon assez cocasse, cette élection dans une circonscription qui n’intéressait pas grand monde hors du pays de Brest, fera partie de celles qui feront ou pas une majorité absolue à l’assemblée. Les projections montrent que le PS est en mesure d’obtenir cette majorité absolue (en incluant le PRG), mais cela se jouera à un ou deux sièges. Si le destin électoral se montre taquin, ce siège pourrait parfaitement être celui d’Iroise. Voilà qui est source de réflexion pour tous ceux qui n’ont pas assez entendu nos appels à une candidature socialiste ! J’espère que Jean-Luc Bleunven pourra rectifier le tir au nom du poing à la rose.

La situation en Iroise n’est cependant pas singulière et l’on constate que dans la plupart des circonscriptions où la stratégie nationale a été contestée, soit sur l’accord sur les désaccords, soit sur les parachutages, ce sont les contestataires locaux qui ont eu l’appui des électeurs, le cas le plus symbolique étant La Rochelle. Je milite au sein du PS pour une refondation. Jusqu’ici nous avons eu une vraie évolution avec les primaires mais cette opposition entre militantisme local et stratégie nationale me semble être un vrai révélateur d’une évolution globale de la façon d’être un citoyen. Le monde a changé, les moyens de communication, les moyens de faire de la politique, ont profondément évolué. Sans en arriver au paroxysme des révolutions méditerranéennes où le pouvoir a été déchu sans avoir rien vu venir, toutes les organisations politiques classiques doivent faire face à une nouvelle organisation politique qui conteste la hiérarchie séculaire (NB : c’est aussi vrai en entreprise).

Le parti socialiste doit s’engager dans le XXIème politique, il peut le faire sans douleur grâce au soutien actuel des Français, mais il faut commencer le travail dès le prochain congrès, en prenant comme base de travail ce qui se passe actuellement pour les législatives, en particulier en Iroise (et quel que soit le résultat de dimanche prochain).

En attendant, il reste quelques jours pour finir le travail partout en France. La gauche est forte, souvent majoritaire, la droite est discréditée par 10 ans d’UMP et 5 de Sarkozysme, unissons-nous pour finir le job. Ce fut notre leitmotiv depuis le début de cette campagne : François Hollande et le gouvernement Ayrault doivent pouvoir compter sur une majorité cohérente qui appuie chaque loi et réforme. Pour cela, c’est dimanche que tout se joue.

______________

Les résultats en Iroise :

3ème circonscription                        RESULTATS OFFICIELS

 

Résultats* 1er tour

Nombre % Inscrits % Votants
Inscrits 86 268
Abstentions 33 665 39,02
Votants 52 603 60,98
Blancs ou nuls 623 0,72 1,18
Exprimés 51 980 60,25 98,82

 

Liste des candidats Voix % Inscrits % Exprimés Elu(e)
M. Joël MENARD (FN) 3 913 4,53 7,53
Mme Marguerite LAMOUR (UMP) 20 177 23,38 38,82
Mme Magali DEVAL (VEC) 10 799 12,51 20,78
M. Bertrand SEYS (FG) 2 602 3,01 5,01
M. Patrick PELISSARD (CEN) 1 170 1,35 2,25
M. Chris PERROT (EXG) 488 0,56 0,94
M. Fabrice MERLIN (EXG) 251 0,29 0,48
Mme Christiane MIGOT (RDG) 1 676 1,94 3,22
M. Jean-Luc BLEUNVEN (DVG) 10 904(+150 après rectification) 12,63 20,98

Elections législatives sur Brest rural : un deuxième tour Bleunven – Lamour

Lis moi avec webReader

La bataille fut longtemps indécise, mais Jean-Luc Bleunven a gagné son ticket pour le second tour.

Ce résultat confirme une fois encore, que le combat mené par les militants et élus PS de l’Iroise était totalement fondé et que la réalité du pays d’Iroise s’impose contre la logique d’un accord national qui a été largement désavoué dans cette élection. Ce désaveu n’est pas lié à la personnalité des candidats qui comme Magali Deval ont mené une campagne tout à fait respectable : cette dernière a par ailleurs apporté immédiatement son soutien à Jean-Luc Bleunven pour le second tour.

La semaine s’annonce intense et à la lecture des résultats de ce dimanche, la sortante UMP Marguerite Lamour pourrait bien se retrouver sortie dimanche prochain.

Les résultats locaux complets sur Le Télégramme.

Les résultats nationaux sur le nouvel obs.

Duflot s’échoue sur l’écueil du cannabis

Lis moi avec webReader

Cécile Duflot a fait hier une déclaration très mal à propos sur la légalisation du cannabis. Pour mémoire, alors que la ligne politique affichée clairement par le gouvernement Ayrault est de ne pas légaliser la consommation et la vente de cannabis, alors que Duflot a comme les autres membres du gouvernement signé une charte de déontologie et de bonne conduite, elle n’a pas hésité à quelques jours de la campagne à se lancer dans une polémique qui ne peut qu’embarrasser nos électeurs et candidats.

Cette sortie de la ministre-candidate écologiste ne nous étonne pas et elle illustre de façon éclatante pourquoi les militants socialistes d’Iroise ont refusé, au nom de la cohérence idéologique et de la réalité locale, leur soutien à la candidature de Magali Deval imposée par l’accord des appareils EELV et PS. Nous l’avons dit et écrit, sur un certain nombre de lois, les député(e)s EELV ne soutiendront pas le gouvernement et nous ne pourront pas mener totalement la politique pour laquelle François Hollande a été élu.

Le sujet du cannabis et de façon générale de ce que j’appelle les « drogues sociales », est un vrai sujet autant qu’un vrai problème. C’est aussi un marqueur de l’échec de 10 ans de politiques UMP. Mais nous avons élu en mai un président qui a donné un cap et des priorités. Chaque sujet doit et sera traité en fonction de ces priorités et pas de l’humeur d’une ministre qui doit se mettre au service du gouvernement auquel elle a l’honneur de participer.

Appel des secrétaires, des cadres locaux du PS et des militants socialistes de la troisième circonscription

Lis moi avec webReader

Sur la 3ème circonscription dite de Brest Rural, Jean-Luc BLEUNVEN, candidat divers gauche bien que ne bénéficiant pas du soutien officiel du PS, est soutenu par de nombreux maires, conseillers généraux ou  municipaux adhérents au parti, qui se sont rangés dans son équipe de campagne.

 

De plus près de 80% des militants et sympathisants proches du P.S soutiennent la candidature de Jean-Luc BLEUNVEN comme député sur notre circonscription. C’est un choix individuel qu’ils assument pour que Brest Rural soit gagnée par un candidat qui adhèrera à  la majorité indispensable à François HOLLANDE pour le changement annoncé et déjà initié ces dernières semaines.

 

Il en va de l’histoire de notre territoire, de nos valeurs et de notre République.

 

Nous appelons donc toutes les électrices et tous les électeurs qui ont permis l’élection de François HOLLANDE à voter utile dès le 10 juin pour assurer la victoire d’un véritable député de gauche qui soutiendra la politique du gouvernement AYRAULT.

 

Dès le 1er tour, le 10 juin, votez BLEUNVEN !

 

Natacha Tessier, secrétaire de la section Iroise
Jean-Michel Le Bihan, secrétaire de section adjoint de l’Iroise
Gilles Jan, Trésorier de la section Iroise
François Bervas, référent sur Saint Renan
Chantal Quentel, trésorière adjointe et référent sur Trébabu et Le Conquet
Philippe Ris, référent sur Plougonvelin
Loïc Le Menedeu, secrétaire de section de Plabennec et mandataire du candidat
André Jugan, ex- délégué de la 3è circonscription
Marie Hélène Thomas, trésorière de la section de Ploudalmézeau.
Anne-Marie Kermorgant, référent de Ploudalmézeau.

Legislatives sur Brest rural : plus qu’une semaine

Lis moi avec webReader

La campagne de Jean-Luc Bleunven fonctionne bien et nous sommes manifestement à la fois les plus nombreux sur le terrain (comme ce matin à Saint Renan où nous étions également accompagnés de France 3) et globalement bien accueillis par la population.

Comme nous allons entamer la dernière semaine, je vais en profiter pour faire un post plus axé sur la réflexion. Ce billet fait suite à un échange en meeting cette semaine.

Les citoyens sont en attentes de bien des choses de la part d’un député. L’élection ne se limite pas à une étiquette politique (heureusement vu la pagaille créée dans le pays Iroise par les appareils nationaux !), et parmi tout ce que l’on peut attendre d’eux pour la prochaine législature, outre le soutien à la politique du gouvernement Ayrault, c’est qu’ils devront s’attaquer à la réforme en profondeur de la France, réforme rendue indispensable pas seulement par des choix purement idéologiques. Toutes les époques de notre histoire ont été marquées par des évolutions, parfois rapides, parfois d’une grande ampleur. Or nous sommes depuis quelques années dans une période où les évolutions, en particulier technologiques, sont à la fois d’une rapidité inédite et d’une ampleur dont nous n’arrivons que très mal à percevoir les limites.

J’ai à de multiples reprises évoqués ici le bouleversement numérique que j’ai identifié comme le quatrième défi qui se posait à notre société (les trois autres étant l’énergie, le climat et la démographie). Nous sommes tous chaque jour confrontés aux milles et unes évolutions, et pour ne prendre l’exemple que de l’une d’elle, le téléphone, nous avons tous vu l’évolution rapide de cet instrument. Les technophiles ont jusqu’ici pu fébrilement goûter avec gourmandises à cette évolution alors que les plus conservateurs ont regardé cette fébrilité d’un air goguenard et en sont restés à l’appareil en bakélite à cadran circulaire (si, si, cela a existé).

Mais quel rapport avec l’élection de notre député me direz-vous ? Il n’y en aurait pas si l’évolution du téléphone n’était qu’une évolution d’un simple outil de communication. Or depuis quelques années, les appareils que l’on appelle encore des téléphones sont devenus tout autre chose, et surtout ont créé des changements radicaux d’usage puis de modèle économique. L’usage n’est plus simplement de communiquer par la voix, il est devenu une communication multisupport permanente, volontaire ou pas, et la communication ne se limite plus à échanger des nouvelles, elle est aussi devenue support d’achat, support d’information au sens large (ce qui se passe dans le monde), ce qui est en train de radicalement changer la façon de faire du commerce pour certain, ou de faire de l’information pour d’autres (et ce ne sont pas les seuls champs d’application de cette évolution).

Là où l’on doit s’interroger, en particulier pour ceux qui seront à l’assemblée, c’est comment aider la société et les citoyens à intégrer le plus harmonieusement possible cette évolution, comment aider à diminuer les peurs ou les réticences à des changements qui parfois brouillent tous les repères, et qui vont nous plonger dans une société où même le droit doit se réinventer. Dans l’espace numérique par exemple, la notion de frontière des états (sujet cher à certains partis conservateurs) n’a tout simplement pas de sens. Comment alors écrire des lois dont l’application est déconnectée d’un territoire ?

On ne peut pas attendre de tous nos futurs députés qu’ils maîtrisent ces sujets à la perfection (qui peut le prétendre d’ailleurs), mais il est impératif qu’ils soient ouverts à ces questions, en comprennent les impacts et difficultés, et soient capables d’y réfléchir sans fascination technophile ni crispation réactionnaire, juste avec intelligence, pondération et sagesse. Pendant cette campagne, j’ai appris à connaître Jean-Luc Bleunven et je sais qu’il a ces qualités.

Campagne législative sur Brest Rural : réunion publique de Jean-Luc Bleunven

Lis moi avec webReader

Rendez-vous jeudi 31 mai à 20h30 à la Maison Pour Tous de Brest Saint Pierre,

23 Rue Victor Eusen
29200 Brest
pour un meeting de campagne du candidat divers gauche Jean-Luc Bleunven.


Agrandir le plan