Bloggy Bag
twitter facebook rss

Les mensonges de Nafissatou Diallo

Lis moi avec webReader

Voici une traduction d’un document du bureau du procureur de NY, Cyrus Vance, à propose des mensonges proférés sous serment par Nafissatou Diallo.


Traduction :

Messieurs Taylor et Brafman,
Le ministère public divulgue les présentes informations à la défense, conformément au code de procédure criminelle 240.20 et la jurisprudence Brady c/ Maryland, et la doctrine induite.

Entrée aux USA avec un faux visa, la plaignante (Nafissatou Diallo), a obtenu le statut de réfugiée par de fausses déclarations.

Dans sa demande d’asile en date du 30 décembre 2004, la plaignante (Nafissatou Diallo), a informé le Ministère de la justice, de l’immigration et des naturalisations, de son expérience personnelle (de son vécu personnel) dans son pays, la Guinée.
Ces informations ont été confirmées par une note manuscrite jointe à la demande et ont servi de base à la demande d’asile.
Dans ce formulaire, Nafissatou Diallo déclare, à peine de parjure, que sa déclaration est sincère et véritable.
En substance, la déclaration indique que la plaignante et son époux ont été persécutés et harcelés par le régime dictatorial qui était au pouvoir en Guinée.
Entre autres choses, la plaignante (Nafissatou Diallo), déclare que sa maison a été détruite par la police et les soldats agissant pour le compte du régime Guinéen et que son couple a été battu.
Quand son mari a tenté de retourner voir ce qui restait de leur bien le lendemain, elle déclare qu’il a été à nouveau battu, arrêté et emprisonné par la police et les soldats.
Elle déclare qu’elle a été battue lorsqu’elle a tenté de venir en aide à son époux.
Dans sa déclaration, elle attribue les violences dont son couple fut victime, à leur opposition au régime.
Elle déclare que pendant l’incarcération de son époux, celui-ci a été torturé, privé de soins médicaux et qu’il est mort en succombant à ses blessures.
Après la mort de son époux, d’après elle, la plaignante (Nafissatou Diallo), a commencé à dénoncer le régime et a finalement fuit son pays craignant pour sa vie, arrivant aux Etats-Unis en janvier 2004 pour demander l’asile (elle a indiqué au procureur qu’elle a utilisé un faux visa).
L’énoncé de ces faits a été réitéré verbalement lors de sa demande d’asile.
Dans les interrogatoires relatifs à l’enquête de la présente affaire, la plaignante a admis que les faits qu’elle a indiqué à l’appui de sa demande d’asile étaient faux.
La plaignante a indiqué avoir fabriqué ses informations à l’aide d’un homme qui lui a fourni une cassette enregistrée avec les faits contenus dans la déclaration.
Elle a mémorisé les informations en écoutant la cassette en boucle.
Dans plusieurs interrogatoires avec les enquêteurs elle a réitéré le caractère mensonger de ces faits en indiquant qu’elle avait menti pour ne pas contredire les éléments de sa demande d’asile.
En outre, à la faveur de deux interrogatoires distincts avec l’avocat général (le procureur Cyrus Vance), la plaignante (Nafissatou Diallo) avait affirmé avoir été la victime d’un viol en réunion en Guinée et a fourni des détails de l’agression.
A la faveur de chacun des deux interrogatoires la plaignante a pleuré et est apparue profondément en état de choc lorsqu’elle se remémorait l’incident.
Dans d’autres interrogatoires, la plaignante (Nafissatou Diallo), s’est rétractée en indiquant que le viol collectif n’avait pas eu lieu.
À cet égard, la plaignante (Nafissatou Diallo), admet qu’elle a menti à propos de cet incident et reconnait avoir inventé et fabriqué les détails explicatifs qui étaient un élément narratif qu’elle avait été entraînée à mémoriser pour le succès de sa demande d’asile.
La plaignante (Nafissatou Diallo), ajoute à présent qu’elle témoignera d’un viol en Guinée mais dans des circonstances différentes des premiers interrogatoires.

Dans les semaines qui ont suivi l’incident poursuivi dans la prévention, la plaignante (Nafissatou Diallo), a indiqué en de nombreuses occasions qu’après avoir été agressée sexuellement par le défendeur (Dominique Strauss Kahn), le 14 mai 2011, dans la suite 2806 (de l’hôtel Sofitel de New-York), elle se serait enfuie dans le couloir principal de l’hôtel au 28ème étage et aurait attendu jusqu’à ce que le défendeur (Dominique Strauss Kahn) quitte sa suite en entrant dans l’ascenseur.
La plaignante (Nafissatou Diallo), a prétendu que c’est après s’être assurée de ce que le défendeur (Dominique Strauss Kahn), était entré dans l’ascenseur, qu’elle aurait alerté son superviseur de l’incident qui arriva (selon elle) au 28è étage, quelques instants après.
Dans l’intervalle jusqu’à l’arrivée de son superviseur elle assure être demeurée au même endroit du couloir où elle avait fuit.
La plaignante (Nafissatou Diallo), a certifié ces faits au Grand Jury qui la questionnait sur les évènements après l’incident de la suite 2806.
Depuis lors, la plaignante a admis qu’elle avait d’abord nettoyé une chambre voisine puis s’en était retournée dans la suite 2806 qu’elle a commencé à nettoyer avant que d’alerter son superviseur (après que le défendeur, Dominique Strauss Kahn a quitté l’hôtel).
En outre, la plaignante (Nafissatou Diallo), a admis que pour les deux précédents exercices fiscaux elle a inclu l’enfant d’un ami sur sa déclaration d’impôts afin d’accroître ses déductions d’impôt au-delà du plafond auquel elle avait droit.
La plaignante (Nafissatou Diallo), a également admis de fausses déclarations fiscales afin de continuer de bénéficier d’une subvention de logement.
Au final, il ressort des éléments de l’enquête que la plaignante a menti aux enquêteurs sur de nombreux faits concernant son histoire personnelle, les circonstances de l’espèce (le prétendu viol) et ses relations personnelles.

N’hésitez pas à prendre contact avec nous pour toutes questions,
Sincèrement

Pour copie conforme : L’honorable Michael J Obus, Cour Suprême, New York

Letter Filed By District Attorney’s Office (July 1; 12:30 PM)

 À l’évidence, même en ignorant ce qui a été ensuite découvert sur les relations de N. Diallo avec des individus peu recommandables, jamais aucun enquêteur n’aurait dû conclure à la véracité des faits sans prolonger l’enquête, or les policiers de NY l’ont fait, jamais aucun juge n’aurait dû incarcérer un accusé sur un témoignage si sujet à caution, or la juge de NY l’a fait.

Le Sofitel de NY avait également les moyens de fournir très rapidement le parcours des entrées / sorties de N. Diallo dans les différentes chambres, et donc de « questionner » le récit initial de cette dernière. À l’évidence, soit il ne l’ont pas fait, soit ces informations factuelles et non-récusables ont été passées sous silence. Enfin, eut égard aux relations étroites entre certains services de l’État Français et la direction du Sofitel, ces mêmes informations auraient pu être diffusées par la France, ne serait-ce que pour défendre l’image de la France, ceci n’a pas été fait, au contraire pendant plusieurs jours des informations allant dans le sens d’un lynchage médiatique ont été diffusées par des personnes et des médias politiquement proches du pouvoir français pour des raisons de politiques intérieures malgré les dégâts que cela générait pour notre pays en terme d’image.

L’affaire DSK n’est pas une affaire privée, mais confirme être une affaire politique, au minimum nationale.

Sources :

http://www.nycourts.gov/press/index.shtml#dsk
Request for Adjournment (July 11; 4:45 PM)
Letter Filed By District Attorney’s Office (July 1; 12:30 PM)
Voluntary Disclosure Form (June 16; 5:00 PM)
Demand for Discovery (June 6; 11:15 AM)
Letter From District Attorney’s Office (May 26; 2:30 PM)
Letter From Defendant’s Counsel (May 26; 10:45 AM)
Affidavit of Defendant (May 23; 5:00 PM)
Release Order (May 20; 4:15 PM)
Bail Undertaking (May 20; 2:30 PM)
File Documents (May 20; 12:45 PM)
Indictment (May 19; 1:00 PM)

 

8 thoughts on “Les mensonges de Nafissatou Diallo

  1. Article intéressant de maître Eolas : http://www.maitre-eolas.fr/post/2011/08/09/Affaire-DSK-:-pourquoi-une-plainte-au-civil

    extraits :
    « Pendant que Londres est en flammes, revenons au feuilleton qui a égayé notre printemps mais faillit à ensoleiller notre été : l’affaire DSK. La nouvelle du jour est que la plaignante a déposé une plainte au civil, sans attendre l’aboutissement des poursuites au pénal.
    Qu’est-ce que cela signifie, et qu’est-ce que cela peut révéler sur l’état du dossier ? »
    (…)
    « On sait désormais que le District Attorney de New York est à l’égard de cette affaire aussi enthousiaste que le procureur de Nanterre dans l’affaire Bettencourt, mais pas pour les mêmes raisons. C’est que la crédibilité de son seul témoin, la plaignante, en a pris un coup, avec la révélation du fait qu’elle a menti afin d’obtenir l’asile aux États-Unis, ce qui à terme pourrait lui coûter son permis de séjour, et a eu des contacts suspects avec un proche incarcéré au cours desquels elle a tenu des propos ambigus (tenus en Peul). En laissant de côté les autres rumeurs qui ont circulé dans la presse. »
    (..)
    « Il paraît donc de plus en plus possible que le parquet renonce aux poursuites (on a vu qu’il ne s’est pas opposé à la levée du contrôle judiciaire de DSK, hormis son passeport qui ne lui a pas été rendu). La défense de la plaignante en prend acte et engage les poursuites de son côté dès à présent pour contrer l’effet de l’annonce de l’éventuel abandon des poursuites. »
    (…)
    « Pour finir, entendons-nous bien tant cette affaire déclenche les passions et que toute personne qui exprime un avis se voit promptement catalogué dans un camp comme dans l’autre.
    De tout cela, je ne déduis absolument RIEN sur ce qui s’est réellement passé dans cette chambre ce 14 mai. Je raisonne en juriste, tout comme les avocats des différentes parties. »

  2. Sur l’affaire du rapport médical rédigé au tout début de l’affaire et ressorti par l’express http://www.lepost.fr/article/2011/08/17/2569952_l-express-adepte-des-condamnations-expeditives_0_5961773.html#reaction_5960637

    Quelques compléments :
    http://www.docteurjd.com/2011/08/17/rapport-medical-nest-pas-rapport-de-police/

    http://leplus.nouvelobs.com/contribution/183409;rapport-medical-de-nafissatou-diallo-la-coup-mediatique-de-trop-de-kenneth-thompson.html
    Extrait : « Les avocats américains de DSK ont déjà dénoncé ce nouvel incident causé par Kenneth Thompson , les avocats français également. Le pire, c’est que Kenneth Thompson est coutumier du fait. En juillet dernier, il avait réussi à faire passer une assistante sociale en charge du suivi de sa cliente et titulaire d’un diplôme de « travailleuse sociale », pour une authentique psychothérapeute sur-qualifiée, tout à la fois disciple et héritière de Freud et de Winicott. Cette « psychothérapeute » avait proclamé que Nafissatou Diallo ne pouvait que dire la vérité avant que les doutes légitimes sur sa compétence réelle ne viennent discréditer ce « diagnostic  » à valeur d’augure. C’est une communication à l’américaine, terriblement efficace. »

    -> Plus que jamais il est urgent d’être prudent, de ne prendre aucun élément (dans un sens ou un autre) pour argent comptant, et de s’en remettre à la décision de justice.

  3. Finalement, l’express se montre plus prudent après quelques jours : http://www.lexpress.fr/actualite/monde/amerique/le-rapport-medical-de-nafissatou-diallo-ne-prouve-rien_1022087.html

    Extrait :
    « Le rapport n’est pas une conclusion médicale », souligne Matthew Galluzzo, ancien procureur chargé des crimes sexuels. « Si je tombe de vélo et que je me cogne la tête sur le bitume et que j’appelle le médecin en lui disant que c’est quelqu’un qui m’a frappé violemment, il va écrire ’cause: agression’. »

    Les blessures dont fait état le rapport médical ne prouvent en rien qu’une agression a bel et bien eu lieu, renchérit John Clune, avocat spécialisé dans la défense des victimes.

  4. Quelques éléments sur l’avocat de l’accusation.

    M. Thompson, qui se présente comme l’ardent défenseur de toutes les femmes agressées sexuellement, a réussi à faire acquitter un directeur de magasin vidéo accusé d’agressions sexuelles par six de ses employées :
    * http://www.nydailynews.com/archives/ny_local/2004/03/16/2004-03-16_cleared_ex-boss_sues_sex-abu.html
    * http://www.thompsonwigdor.com/press1.html

    Il a été condamné pour avoir utilisé un faux témoignage :
    * http://www.law.com/jsp/nylj/PubArticleNY.jsp?id=1202495378439&Law_Firm_Is_Sanctioned_Over_Clients_Concealment_in_Bias_Suit&slreturn=1&hbxlogin=1

  5. Les avocats de Diallo auraient essayé de négocier un abandon des charges (
    Wall Street Journal) :
    http://online.wsj.com/article/SB10001424053111904070604576517000613967350.html?KEYWORDS=Diallo

    Extrairt : « The people familiar with the situation say that Mr. Thompson’s discussions with the defense team occurred after prosecutors were starting to doubt the accuser’s credibility but before that information had become public.

    At a meeting on June 9, Ms. Diallo revealed to prosecutors that she had lied on an application for asylum in the U.S. and fabricated a story about being gang raped in her native country of Guinea, law enforcement officials have said.

    Mr. Thompson and his partner, Douglas Wigdor, met with defense lawyers the following week, these people said. Ms. Diallo’s lawyers prepared a confidentiality agreement for the meeting, one of the people said. The discussions occurred during a 19-day period when Ms. Diallo’s lawyers didn’t permit her to be interviewed by prosecutors, the people familiar with the matter say. « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Submitted in: Actualités, Dominique Strauss-Kahn, Elections, Info politique, Personnalités, Présidentielles 2012 | Étiquettes :