L’iroise et le mariage pour tous

Lis moi avec webReader

Jean-Luc Bleunven, le député de la troisième circonscription du Finistère (Brest rural), organisait vendredi soir un débat sur le mariage pour tous. Soirée extrêmement intéressante où le public venu nombreux a pu librement interagir avec les intervenants sur un vrai sujet de société. Nous étions loin de la politique spectacle où certain pérorent sur les petits pains pour cacher l’indigence de leur message politique.

mariage-pour-tous-millizac

Les échanges ont dans l’ensemble été d’une excellente tenue, voire parfois d’une vraie profondeur politique, que les arguments aillent dans le sens de la loi ou non. Qu’en retenir en synthèse pour ce post ?

D’abord que le mariage pour tous, dans ses aspects ne touchant pas à la filiation, ne pose pas tant de problème d’acceptation que cela. Bien sûr qu’il trouble certains, bien sur qu’il change des aspects que certains voulaient voir comme immuables, mais on sent bien que chacun s’attend à ce que la loi passe et que cette loi sera au final acceptée sans trop de douleur.

En fait, la difficulté est liée à l’enfant. Certes il serait plus simple de traiter le statut de l’enfant au sein du mariage indépendamment de ce dernier, mais personne ne serait dupe. La question de l’enfant est consubstantielle à celle du mariage et trois éléments sont à soumettre à la réflexion avec une large ouverture d’esprit et une réelle volonté d’écoute, en donnant tout le temps nécessaire au temps :

  • l’adoption
  • la procréation médicalement assitée
  • et enfin toutes les techniques médicales qui au-delà de la  PMA permettent de mettre au monde un enfant.

En évitant aussi bien les fantasmes que la science fiction, la question de la naissance est un sujet qui touche les fondements de notre société. Finalement, le plus grand intérêt du débat actuel sur le mariage pour tous est de tous nous interroger sur ce que nous sommes en regard de ce qu’il est possible de faire. Il faut acter des avancées scientifiques du XXème siècle et prendre la mesure de ce que cela signifie pour tout un chacun. Que nous aimions cela ou pas, la civilisation de ce début de millénaire est très éloignée de celle d’il y a ne serait-ce que 50 ans. Pourtant, jusqu’ici nous avons feint de l’ignorer, comme si l’évolution technique et scientifique s’étaient limitée au frigo et à l’ordinateur.

L’homme a changé, mais pas ses repères moraux. Il est temps de redéfinir qui nous sommes.

Législatives de Brest rural : fin de premier tour en fanfare pour Jean-Luc Bleunven

Lis moi avec webReader

L’échéance du premier tour de la campagne législative est maintenant tout proche, et le moins que l’on puisse dire c’est que le soutien que nous avons ressenti sur les marchés s’est mué en enthousiasme hier soir à Saint-Renan : encore un peu et il aurait fallu pousser les murs comme vous pouvez en juger sur les photos de la réunion.

 

Autre motif de satisfaction, même si la campagne a été un peu compliquée à mener à gauche à cause du contexte de l’accord sur les désaccords et le nombre des candidats, cela n’a pas dérapé et l’esprit de responsabilité a prévalu aussi bien chez Magali Deval que pour Jean-Luc Bleunven, ce qui nous permet d’aborder le second tour avec sérénité quel que soit le résultat du premier.

NB : pour des raisons de respect de la loi électorale, je ferme la possibilité de poster des commentaires sans contrôle jusqu’à lundi.

Bon vote !

Brèves de campagne législative sur Brest rural : Elyane Palier suppléante de Jean-Luc Bleunven

Lis moi avec webReader

La suppléante de Jean-Luc Bleunven pour les législatives en Iroise est désormais connue, il s’agit d’Elyane Palier, 56 ans, mariée et mère de trois enfants. Elle est conseillère municipale d’opposition sur la commune de Locmaria-Plouzané, et responsable du centre social de Kerangoff.

Autres nouvelles de la circonscription :

  • la candidate radical de gauche est connue, il s’agit de Christiane Migot
  • et la candidate EELV M. Deval a fait savoir sur le canal numérique de La Gauche en Iroise : Parlons ! qu’elle se désisterait au deuxième tour pour le candidat de gauche arrivé en tête si le cas se présentait :

Eelv Abers-Iroise Si Magali Deval appelle tous les candidats de gauche à se rassembler au second tour c’est évidemment qu’elle soutiendra le(a) candidat(e) arrivé(e) en tête lors du premier tour.

Certains dans la nouvelle opposition auraient aimé présenter les différentes candidatures de gauche comme un signe de division, à l’évidence si tous les candidats de gauche se réunissent derrière celui ou celle qui arrivera en tête du premier tour, nous avons au contraire en Iroise l’exemple d’une pluralité au service de la démocratie alliée  à un soucis de responsabilité et d’efficacité politique au second tour.

Je m’en réjouis et je suis sûr de ne pas être pas le seul !

Vous pouvez suivre les débats sur le réseau numérique de la gauche en Iroise, le changement c’est maintenant, rejoignez-nous :

 

 

 

Les forces numériques de gauche en Iroise

Lis moi avec webReader

Pour ce premier mai à quelques jours du vote de dimanche, j’ai décidé d’imiter François Hollande et de faire une petite pause pour la présidentielle en prenant un peu recul.

Pour François Hollande ce sera une jour de souvenir mais sans doute également de réflexion sur la charge et le sens de l’engagement politique puisqu’il sera à une commémoration de la mort de Pierre Beregovoy.

Pour ma part, le ton sera moins grave puisque j’ai décidé de faire une petite revue numérique des forces de gauche d’Iroise qui soutiennent François Hollande pour l’élection présidentielle et qui se présenteront aux législatives. Cette revue numérique inclut (dans l’ordre alphabétique) : Jean-Luc Bleunven (DvG), Magali Deval (EELV), Chris Perrot (NPA), et Bertrand Seys (FdG). La candidate LO n’est à ma connaissance pas déclarée (et je ne sais d’ailleurs pas si elle appellerait à voter Hollande dimanche).

Jean-Luc Bleunven

Le maire de Plabennec est le dernier déclaré est vient tout juste de débarquer dans l’espace numérique avec un site internet jeanlucbleunven2012.fr  un profile et une page FaceBook, un compte twitter.

Le style du site est sobre, il affiche un caractère breton avec une traduction des titres, ose un violet original, et lie textes (actus, statiques ou slideshares, une biographie – avec des photos sympas !), images et vidéos. Les commentaires ne sont pas encore ouverts mais c’est sans doute lié au fait que le site vient juste d’ouvrir.

Côté message politique, il s’affiche sans ambiguïté en faveur de François Hollande, non seulement pour la présidentielle, mais à l’évidence également, pour un soutien ferme à une majorité parlementaire en cas d’élection de Jean-Luc Bleunven aux législatives.

On trouve en effet un certain nombre de textes directement issus de l’équipe de campagne du candidat socialiste et la photo ci-contre le montre aux côtés de François Hollande, Marc Coatanea et Gilbert le Bris.

____

Magali Deval

Elle est présente dans l’espace numérique depuis plus longtemps même si son site de campagne a été créé après son investiture. Elle aussi dispose d’une page Facebook (mais pas de profil semble-t-il) et d’un compte twitter. Son site référence la chaîne dailymotion d’EELV.

Le style du site est assez chargé, plutôt dans le genre « couleurs qui pètent » avec une page en breton. On y trouve beaucoup de photos, des vidéos, des actus et deux textes politiques (le projet d’EELV et le texte de « l’accord » EELV PS). On y trouve également une pétition pour le logiciel libre.

La couleur politique affichée est clairement celle des écologistes plus quelques références au PS. Magali Deval affiche son soutien à François Hollande pour les présidentielles (entre autre avec la photo ci-contre), par contre elle n’explique pas comment résoudre la quadrature du cercle EELV-PS en cas d’élection à l’assemblée. C’est un point à éclaircir pendant la campagne législative.

Les commentaires sont ouverts mais la procédure est un peu contraignante (captcha), rien de grave cependant.

____

Chris Perrot

Présent sur la toile depuis au moins 2004, moi qui ne milite que depuis 2005 je passerais presque pour un jeunot ! Chris Perrot est également intervenu à quelques reprises ici, sa présence dans l’espace numérique est donc bien une forme de militantisme. En plus de son site internet, il possède un profile FaceBook mais semble-t-il pas de twitter.

Le style du site est assez classique pour la gauche radicale, le rouge y est bien présent ainsi que les dessins ou images « expressives ». Globalement, le format est plutôt sobre et le contenu est d’abord idéologique. Les textes (dont une bio succincte) et vidéos sont surtout là pour faire passer un message politique argumenté (avec lequel on est d’accord ou pas), avec deux éléments récurrents : la mairie de Brest (dont un point de fixation sur le vote électronique) et les aspects environnementaux. Les commentaires sont ouverts (avec un captcha aussi) et le débat est possible.

En cas d’élection à l’assemblée, Chris Perrot ne participera pas à l’évidence à une majorité présidentielle, mais en dépit des divergences, il appelle sans ambiguïté à voter pour François Hollande dimanche.

 ____

Bertrand Seys

Présent sur le net depuis l’été 2011, il gère un site internet, une page FaceBook (et bientôt un profil si j’ai bien suivi) et un compte twitter.

Le style du site est sobre avec des couleurs déclinant les nuances de rouge de la gauche (mais pas de rose…) et une touche de vert. De façon amusante, la nuance de rouge foncée est également celle que j’ai retenue pour ce blog ; la gauche radicale et les socdems unis par la même couleur 🙂 ! Ici aussi les textes sont présents pour faire passer un message politique argumenté, et le débat est favorisé par une ouverture au débat contradictoire dans les commentaires (j’interviens d’ailleurs de temps à autre). Pas de bio.

Bertrand Seys, comme le Front de Gauche, appelle sans ambiguïté à voter pour François Hollande dimanche. En cas d’élection à l’assemblée, je suis assez curieux de savoir quelle sera leur position. Pour l’heure, Jean-Luc Mélenchon a annoncé qu’il n’en serait pas. Cependant, lorsque l’on pèse plus de 10% à la présidentielle et que l’on a tutoyé les 15% d’intention de votes, lorsque l’on a par ailleurs participé naguère au gouvernement Jospin, une telle position n’est raisonnablement pas tenable sans nuances et éclaircissements.

Le Parti Socialiste aura forcément à discuter avec le Front de Gauche, au national comme en local. J’ai pour ma part exprimé ma pensée sur « l’incongruité » de la démarche politique des appareils nationaux. Si j’avais dû définir une stratégie politique et électorale, j’aurais clairement choisi une autre voie qui aurait épargné à la gauche la situation actuelle inutilement acrobatique. Mais je n’ai bien sûr pas été en situation de le faire et il faut aller de l’avant, dans le respect des idées et des différences de chacun, dans le dialogue. Comme pour la présidentielle, le chemin est long, compliqué, rien n’est gagné avant le résultat final, mais c’est possible.

Conclusion

Voilà pour notre tour politique de la gauche en Iroise. Qu’ajouter ?

D’abord qu’il serait bon quand même de respecter la loi en ce qui concerne les mentions légales. Suivant les cas, la loi demande d’afficher plus ou moins d’informations, mais on peut retenir pour principe que l’on doit toujours être en mesure d’identifier qui est derrière un site. Un candidat ne fait pas de commerce, mais les implications financières et au-delà les impacts sont bien réels, et après tout, rien n’interdit au premier venu d’ouvrir un site au nom d’un candidat qui n’est pas lui ! Soyez donc transparents ! À moins d’un raté de ma part, seul Jean-Luc Bleunven a une page de mentions légales. Ceci dit, même notre députée UMP en titre n’a pas jugé bon de le faire !

Enfin, un regret, quelles que soient les qualités des candidats actuellement déclarés en Iroise pour la gauche, j’ai beau afficher un logo avec trois roses sur ce site, il en manque une à cette élection. C’est ainsi, contre mauvaise fortune faisons bon cœur et en attendant, vous pouvez suivre les débats sur le réseau numérique de la gauche en Iroise, le changement c’est maintenant, rejoignez-nous :