Le réseau social « la gauche en Iroise » continue tranquillement sa révolution politique numérique

Lis moi avec webReader

Le réseau social FaceBook « La gauche en Iroise » a été créée à la fin 2011 pour lancer un canal d’expression politique ouvert à tous, avec une identité de gauche certes, mais non limité à un parti.

Dans la campagne de terrain en cours, les militants ont rencontré un bon accueil de la part de nos concitoyens (enfin quand ils sont de gauche…) mais aussi souvent une envie de participer, d’en savoir plus, d’alimenter le débat, de témoigner… Les structures habituelles des partis ne permettent pas une telle interactivité, une telle liberté, et pour l’avoir expérimenté depuis des années, mieux vaut initier une discussion ou envoyer une contribution par les canaux électroniques que de passer par une succession d’assemblées. Le monde a changé, la façon de faire de la politique doit changer, nous changeons !

La révolution politique tranquille passe maintenant une nouvelle étape. En effet, nous avons invité les candidats déclarés aux législatives  se reconnaissant dans les idées de gauche, Jean-Luc Bleunven, Magali Deval, Chris Perrot et Bertrand Seys à rejoindre le groupe d’échanges « La gauche en Iroise : parlons !« .

L’objectif à court terme est de prolonger en Iroise les soutiens nationaux à François Hollande par des échanges facilités.

L’objectif suivant est que pour la législative, chacun des courants de gauche puisse clarifier ses différences tout en préparant la nécessaire union de deuxième tour face à une Marguerite Lamour qui doit être fort ébranlée par les résultats du 1er tour des présidentielles.

La gauche en Iroise est ouverte à toutes et tous, et plus il y aura de citoyens « lambdas » et plus ce groupe sera animé de la vitalité démocratique qui fait parfois hélas défaut au débat politique. Emparez-vous de ce canal, emparez-vous de la campagne en cours. La victoire de la gauche sera forte si elle est portée par vos voix, dans les urnes mais aussi dans le débat. Venez dire ce que vous pensez des provocations du candidat Sarkozy, osez dire votre colère et vos espoirs. Aidez-nous à changer la façon de faire de la politique !

Le changement c’est maintenant, rejoignez-nous :

Charte de « la gauche en Iroise : parlons ! »

Ce groupe de discussion est destiné à créer un lien social numérique pour tous ceux et celles qui souhaitent échanger des idées et agir pour développer et faire gagner les idées réformatrices de la gauche en Iroise et sur BMO.
Tous ceux qui viennent ici, à gauche et un peu au-delà, qui ont un avis à exprimer, une envie, une idée, une attente, un espoir, une information et qui s’expriment avec ouverture, tolérance et dans des termes acceptables pour ceux qui les reçoivent sont les bienvenus.

Petit dictionnaire de la politique pour les nuls

Lis moi avec webReader

Fouyaya, jusqu’ici j’avais l’impression de comprendre certains mots, mais depuis quelques jours j’ai dû vérifier. Pour vous évitez le même mal de tête que moi, je vous fait part de mes conclusions.

Le vrai travail : concept né après le 22 avril 2012, qui semble se distinguer du travail (notion que tout un chacun pense connaître) et surtout du faux travail. Vrai indique une position morale en opposition à faux : honte donc à tous ceux qui ne sont pas dans le « vrai ». Le vrai travail du point de vue de l‘idéologie sarkozyste, semble se caractériser par une absence totale d’aide (les travailleurs malades, en congés ou en formation ne sont donc pas de vrais travailleurs), et se définit en opposition aux statuts (fonctionnaires et assimilés). Naturellement, tout chômeur ne travaillant pas à plein temps (voire au-delà) n’est pas un vrai travailleur. Par exemple, MM Sarkozy père et fils ne sont pas de vrais travailleurs, le premier ayant fait fortune grâce à la générosité de la République, le second ayant vécu du large soutien de papa comme avec l‘affaire de l’EPAD.

Parti républicain : expression sarkozyste vague qui exprime qu’un parti extrémiste est fréquentable du moment que ses électeurs viennent voter pour vous. Ainsi, Nicolas Sarkozy explique que le FN est bien un parti républicain puisqu’il a pu présenter une candidate, mais ajoute dans la foulée que tous ses électeurs ne sont pas des fascistes et qu’il est prêt à accepter leur voix pour les ramener dans le giron de la République, ce qui pourrait signifier pour les esprits cartésiens que pour les sarkozystes le FN est un parti républicain qui n’est pas dans la République et attire des égarés ou des girouettes ump-compatibles.

Pensez-vous que les Français ? : formule de rhétorique qui permet d’enfariner les journalistes et les auditeurs ou téléspectateurs.  Par exemple « pensez-vous que les Français attendent de moi que je chante la coucaracha » permet de sortir une énormité non contestable au moment où elle est formulée puisqu’elle prend à témoin 65 millions de personnes qui ne peuvent rien dire. Juste après, il suffit de glisser quelque chose du genre, « bien sûr que non, ce qui prouve que j’ai raison ». Inconvénient, utilisé à haute dose (plus d’une fois par quart d’heure), le côté foutage de gueule est trop apparent et nuit gravement à l’efficacité rhétorique.

Elections présidentielles 2012 : vers un vote punition pour Sarkozy ?

Lis moi avec webReader

Le bilan que Nicolas Sarkozy a toujours refusé de défendre dans cette campagne, c’est la dette, le chômage et le déclassement de la France.

De sa campagne, j’ai bien du mal à retenir quelque chose de cohérent tant il s’est montré brouillon, zigzaguant à quelques jours d’intervalle entre plusieurs propositions parfois contradictoires.

De fait, je vois mal comment son projet pour l’avenir serait différent des 5 années calamiteuses qui s’achèvent : plus de dette, plus de chômage, une France et des Français encore plus mal traités.

Que va-t-il se passer dimanche dans les urnes ? Il est fort possible que les Français transforment le bulletin en coup de massue et fassent de ce scrutin un vote punition pour Nicolas Sarkozy. Au regard de ses résultats, ce serait largement justifié.

Les derniers sondages de la semaine vont d’ailleurs dans ce sens et montrent un accroissement  de l’écart entre NS et FH au profit de ce dernier, puis Lepen / Mélenchon à égalité, Bayrou, Joly / Dupont-Aignan à égalité, Poutou puis Arthaud / Cheminade à égalité . Je vais d’ailleurs tenter une petite expérience. Lors des primaires socialistes, mon analyse m’avait permis de donner l’ordre exact d’arrivée, je vais donc tenter de refaire la même chose pour dimanche.

Sur ce que je vois l’ordre du premier tour de la présidentielle semble devoir être :

  1. François Hollande
  2. Nicolas Sarkozy (avec un retard significatif)
  3. Jean-Luc Mélenchon
  4. Marine LePen (sa plainte en cours contre Eva Joly pourrait avoir un effet sur l’ordre)
  5. François Bayrou
  6. au même niveau Eva Joly, Philippe Poutou, Nicolas Dupont-Aignan
  7. Jacques Cheminade
  8. Nathalie Arthaud

Par rapport aux sondages, l’ordre que je propose est différent pour Lepen, Mélenchon, Poutou et Cheminade.

En tout cas dimanche votons massivement pour François Hollande.

Brève de campagne présidentielle 2012 : Amara, Begag, Hirsch, ex-ministres sarkozystes et tous ceux qui appellent à voter Hollande

Lis moi avec webReader

Même les anciens ministres du gouvernement SarkoFillon ont compris combien les 10 années de gouvernement UMP ont été catastrophiques pour la France.

 

Et il n’y a pas qu’eux !

 

Qui sont ces soutiens ?

  • Des centristes tels que Michel Suchod (président de « L’autre chemin pour une gauche moderne »), Gilles Casanova (dirigeant de « L’alliance républicaine, écologiste et sociale »), Philippe Coste (diplomate), Bouchera Azzouz (responsable d’une association féministe), Philippe San Marco (universitaire), Tahar Rahmani (chef d’entreprise) et Sébastien Croizier (syndicaliste),
  • ou d’autres centristes tels que ceux de Démocratie 2012 comme Jean-Marie Aoust, Conseil en Développement International, Dirigeant de société, Jean-Marc Fillieule, ancien Directeur Général de la Chambre de Commerce et d’Industrie de la Guyane, Claude Revel, Dirigeante de société, Professeure et Auteure, Jean-Paul Benoit, Avocat , Député Européen Honoraire, et Jérome de Villepin, Avocat.
Philippe Aghion (Harvard), Michel Aglietta (Paris-X Nanterre), Yann Algan (Sciences Po Paris), Rémi Bazillier (université d’Orléans), Maya Beauvallet (Telecom Paristech), François Bélorgey (Irest), Françoise Benhamou (Paris-XIII), Eric Brousseau (Paris-Dauphine, Institut universitaire européen), Julia Cagé (Harvard), André Cartapanis (IEP Aix-en-Provence), Gilbert Cette (université de la Méditerranée), Thomas Chalumeau (Sciences Po Paris), Mireille Chiroleu Assouline (Paris-I), Daniel Cohen (Ecole normale supérieure), Elie Cohen (Sciences Po Paris), Brigitte Dormont (Paris-Dauphine), Bernard Gazier (Paris-I), Jean Imbs (Ecole d’économie de Paris, CNRS), Marc Fleurbaey (Princeton, Collège d’études mondiales), Samuel Fraiberger (New York University), André Gauron, Jérôme Gautié (Paris-I), Patrice Geoffron (Paris-Dauphine), Tristan Klein, Jacques Le Cacheux (université de Pau et des Pays de l’Adour), Jean-Hervé Lorenzi (Paris-Dauphine), Philippe Martin (Sciences Po Paris), Jacques Mistral (Harvard Kennedy School), El Mouhoub Mouhoud (Paris-Dauphine), Pierre-Alain Muet (fondateur du Conseil d’analyse économique, député socialiste, et membre de l’équipe de campagne de François Hollande), Fabrice Murtin (Sciences Po Paris), Dominique Namur (Paris-XIII), Romain Perez (Paris-I), Thomas Philippon (New York University), Thomas Piketty (EEP et EHESS), Michel Rainelli (université Nice-Sophia-Antipolis), Lionel Ragot (université d’Evry-Val-d’Essonne), Romain Rancière (EEP), Katheline Schubert (Paris-I), Laurence Tubiana (Sciences Po Paris, Columbia), Joëlle Toledano (Supélec), Dominique Villemot.
Joël ABATI, Handball (Champion Olympique 2008, Champion du Monde 2001 et 2009)
Aladji BA, Athlétisme Paralympique (Médaillé 400 m Jeux Paralympiques 2000 et 2004)
Kamel BACHA, Sports de combat (Champion du Monde Full contact 2011)
Roger BAMBUCK, Athlétisme (Médaille de bronze 4X100m Jeux Olympiques 1968, Ancien recordman du monde du 100 m et du 4×100 m, Ministre de la Jeunesse et des Sports de 1988 à 1991)
Esther BARON, Natation (Championne d’Europe 200 m dos 2006)
Jean-Michel BELLOT, Athlétisme (Jeux Olympiques perche 1976 (5ème) et 1980 (7ème))
Mokhtar BENHARI, Athlétisme (Champion d’Europe Cross 2011)
Emmanuel BIRON, Athlétisme (Vice-champion d’Europe 4×100 m 2009)
Mathieu BLIN, Rugby (Champion de France 2003, 2004 et 2007 (Stade Français), Président de Provale, syndicat des joueurs professionnels)
Gael BOLLENGIER, Volley-ball (International de 1995 à 1997)
Quentin BONNETAIN, Kayak (Champion de France descente 2011)
Gilles BORD, Handball (Arbitre international)
Wilfried BOULINEAU, Athlétisme (Jeux Olympiques décathlon 2000, Finaliste des championnats du Monde décathlon 1999)
Alain CALMAT, Patinage artistique (Vice-champion Olympique 1964, Champion du Monde 1965, Ministre de la Jeunesse et des Sports  de 1984 à 1986)
Patrice CANAYER, Handball (Entraîneur de l’équipe de Montpellier, vainqueur de la Ligue des Champions en 2003)
Baptiste CARÊME,  Badminton (Champion de France double et double mixte 2012)
Stéphane CARISTAN, Athlétisme (Jeux Olympiques 110 m haies 1984 (6ème) et 1992 (7ème), Recordman d’Europe du 110 m haies 1986)
Patrick CAZAL, Handball (Champion du Monde 1995 et 2001)
Kader CHEKHEMANI, Athlétisme (Jeux Olympiques 1500 m 1996, Champion du Monde universitaire 1993 et 1995)
Abou CISSÉ, Football (International ivoirien)
Daniel COSTANTINI, Handball (Entraîneur de l’équipe masculine médaillée de bronze olympique 1992 et championne du Monde 1995 et 2001)
Yann CUCHERAT, Gymnastique (Vice-champion du Monde barre fixe 2005, Champion d’Europe barres parallèles 2010)
Dominique DAQUIN, Volley-ball (International (267 sélections))
Marisa DE ANICETO,  Athlétisme (Championne du Monde cadette heptathlon 1999)
Stéphanie DECHAND, Aviron (Championne de France deux de pointe de 2008 à 2012)
Vikash DHORASOO, Football (Finaliste de la Coupe du Monde 2006, Champion de France 2003 et 2004 (Lyon))
Yohann DINIZ, Athlétisme (Champion d’Europe 50 km marche 2006 et 2010, Recordman du monde 50 km sur piste en 2011)
Pape DIOUF, Football (Président de l’Olympique de Marseille de 2005 à 2009)
Monique ÉWANJÉ-ÉPÉE, Athlétisme (Championne d’Europe 100 m haies 1990)
Chabane FEHIM, Boxe anglaise (Champion de France amateur 2010, 2011 et 2012)
Jean-Claude FÉLICIÉ, Sports de combat (Champion du Monde kick-boxing et boxe française)
Jacques FELLICE, Athlétisme (Jeux Olympiques 4x 400 m 1980 et 1984)
Guillaume FLORENT, Voile (Médaillé de bronze Jeux Olympiques Finn 2008, Vice-champion d’Europe Finn 2006)
Antony GAUTIER, Football (Arbitre international, Trophée UNFP du meilleur arbitre de la Ligue 1, 2009 et 2011)
Vincent GÉRARD, Handball (Champion de France 2007/2008)
André GIMENEZ, Athlétisme (Directeur technique national adjoint)
Michel GOMEZ, Basketball (Entraîneur de l’équipe de France masculine 1993/1995 et 2008/2009)
Amélie GOUDJO, Handball (Capitaine de l’équipe de France depuis mai 2010, Vice-championne du Monde 2009 et 2011)
Astrid GUYART, Escrime (Médaillée Championnats du Monde par équipe 2005, Sélectionnée Jeux Olympiques 2012)
Fouad HABBANI, Sports de combat (Champion du Monde full contact (14 titres))
Joanes HEDEL, Natation (Médaillé Championnats d’Europe eau libre 2010 et 2011)
Cédric HOUSSAYE, Athlétisme (Champion de France 50 km marche 2011, Sélectionné Jeux Olympiques 2012)
Didier HOYER, Canoë (Médaillé de bronze Jeux Olympiques canoë-biplace 1984 et 1992)
Etienne HUBERT, Kayak (Champion du Monde quatre places 2010)
Muriel HURTIS, Athlétisme (Médaillée de bronze Jeux Olympiques 4×100 m 2004, Championne d’Europe 200 m et 4×100 m 2002)
Arnaud HYBOIS, Kayak (Champion du Monde descente 2004, Champion du Monde biplace 200 m 2010 et 2011 et quatre places 2010)
Karl JANIK, Rugby (Champion de France 1985, 1986 et 1989  (Stade Toulousain))
Frédérique JOSSINET, Judo (Vice-championne Olympique 2004, Vice-championne du Monde 2003 et 2005)
Sébastien JOUVE, Kayak (Champion du Monde quatre places 1 000 m 2010, Champion du Monde biplace 200 m 2010 et 2011)
Jo KIMPUANI, Boxe (Champion de France super léger de 1978 à 1984, Champion d’Europe super léger de 1979 à 1984)
Corine KRUMBHOLZ, Handball (Ancienne capitaine de l’équipe de France)
Olivier KRUMBHOLZ, Handball (Entraîneur de l’équipe de France féminine, Championne du Monde 2003, vice-championne du Monde 1999, 2009 et 2011)
Myriam LAMARE,  Boxe (Championne du Monde amateur et professionnel)
Dieter LECLERCQ, Sports de combat (Champion d’Europe Full contact 2012)
Lise LEGRAND, Lutte (Médaillée de bronze Jeux Olympiques lutte libre 2004, Championne du Monde lutte libre 1995 et 1997)
Jean-Pierre LEPOINTE, Handball (Entraîneur adjoint de l’équipe de France médaillée Olympique 1992 et championne du Monde en 1995)
José LEROY, Boxe (Champion de France)
Hervé MADORÉ, Canoë (Champion du Monde descente 1983)
Roxana MARACINEANU, Natation (Vice-championne Olympique 200 m dos 2000, Championne du Monde 200 m dos 1998)
Odile MARCET, Handball (Arbitre internationale)
Bruno MARTINI, Handball (Champion du Monde 1995 et 2001)
Alexandre MENUCCI, Water-polo (Vainqueur de la Coupe de France  2011)
Jean-Charles MONNERAYE, Volley-ball (Vice-champion Ligue Mondiale 2006)
Virginie NAVE, Boxe (Vice-championne d’Europe 2008, Championne de France (51 kg))
Maguy NESTORET, Athlétisme (Finaliste Championnats du Monde relais 4×100 m 1991)
Jérôme NEUVILLE, Cyclisme (Champion du Monde piste 2001, 2002 et 2006)
Sarah NICHILO, Judo (Jeux Olympiques 2000 (5ème), Championne d’Europe 1998 et 1999)
Cécile NOWAK, Judo (Championne Olympique 1992, Championne du Monde 1991)
Rognar OSKARSSON, Handball (Champion de France 2007, Vainqueur de la Coupe de France 2011)
Pascal PAPÉ, Rugby (Vice-champion du Monde 2011, Vainqueur du tournoi des six nations 2006, 2007 et 2010)
Laetitia PARAGE, Kayak (Championne du Monde 2011, Championne d’Europe 2011)
Gwendal PEIZERAT, Patinage artistique (Champion du Monde danse sur glace couple 2001, Champion Olympique danse sur glace couple 2002)
Ronald POGNON, Athlétisme (Champion du Monde du 4×100 m 2005, Premier sprinter français sous les 10 secondes au 100 m)
Pierric POUPET, Basketball (Vice-champion de France de Pro A 2008 (Roanne))
Frédérique QUENTIN, Athlétisme (Vice-championne Jeux Méditerranéens 800 m 1990, Championne de France 1 500 m)
Pierre RABADAN, Rugby (Champion de France (Stade Français), Finaliste de la H-Cup 2005)
Gilles RAMPILLON, Football (International de 1976 à 1980, Champion de France 1973, 1977, 1980 (FC Nantes))
Patrick REVELLI, Football (Champion de France avec Saint-Etienne 1970, 1974, 1975, 1976 (AS Saint-Etienne), Finaliste de la coupe d’Europe des clubs 1976)
Thierry REY, Judo (Champion Olympique 1980, Champion du Monde 1979)
Danny RODRIGUES, Gymnastique (Finaliste Olympique anneaux 2008, Médaillé Championnats d’Europe anneaux 2008)
François ROZENTHAL, Hockey sur glace (Champion de France 1999 et 2004)
Jean-Christophe ROZENTHAL, Hockey sur glace (Ancien international)
Thomas RUYANT, Voile (Vainqueur de la Route du rhum 2010, Vainqueur de la Transat 6.50 en 2009)
Grégory SAINT-GENIÈS, Skeleton (Jeux Olympiques 2010)
Ryadh SALLEM, Basket handisport (Champion d’Europe, Champion de France de quad rugby)
Moussa SANGARÉ, Boxe (Vice-champion du Monde poids plume 1992)
Mariama SIGNATE, Handball (Vice-championne du Monde 2009 et 2011)
Serge SIMON, Rugby (Champion de France 1991 (Bègles), 1998 (Stade Français))
Slimane SISSOKO, Boxe française (Champion du Monde kick-boxing 2009)
Jean-Claude SKRELA, Rugby (Vainqueur du Tournoi des V Nations 1973 et 1977, Entraîneur de l’équipe de France finaliste de la Coupe du Monde 1999)
David SMETANINE, Natation handisport (Double champion Paralympique 2008)
Yérime SYLLA, Handball (Entraîneur de l’équipe de Dunkerque vainqueur de la Coupe de France LNH 2011)
Yannick SZCZEPANIAK, Lutte (Champion de France)
Christophe TARTARI, Hockey sur Glace (Sélectionné dans l’équipe étoile des joueurs de la Ligue Magnus 2010)
Laurent THIRIONET, Cyclisme handisport (Champion Paralympique poursuite individuelle 2004, Champion Paralympique contre la montre sur route 2008)
Jalel TOUATI, Handball (Vainqueur de la Coupe d’Afrique des Nations 2011 (Tunisie))
Sangita TRIPATHI, Escrime (Championne du Monde équipe épée 1998, Championne d’Europe individuel épée 2004)
Christian VALÉTUDIE, Athlétisme (Jeux Olympiques finaliste triple sauts 1980)
Michel VEYRONNET, Basketball (Entraîneur adjoint de l’équipe de France aux championnats d’Europe 2009)
Pierre VILLEPREUX, Rugby (Vainqueur du Tournoi des V Nations 1967, 1968 et 1970, Entraîneur de l’équipe de France finaliste de la Coupe du Monde 1999)
Jean-Claude VOLLMER, Athlétisme (Directeur technique national adjoint)
Arnaud WILLIG, Gymnastique (Sélectionné aux Jeux Olympiques 2012)
Thierry ANTI, Handball (Entraîneur de l’équipe de Nantes).

Dimanche, donnons à Nicolas Sarkozy la sanction qu’il mérite !

Brève de campagne présidentielle : François Hollande à Vincennes

Lis moi avec webReader

Dimanche, il y avait foule sur l’eslanade du château de Vincennes !



Discours de F. Hollande à Paris-Vincennes par francoishollande


François Hollande, 3 mn avant d’entrer en scène… par francoishollande


Réactions à l’issue du rassemblement de… par PartiSocialiste

Brève de campagne présidentielle : J-12

Lis moi avec webReader
François Hollande 2012
Découvrez
votre lettre de campagne
J-12

 

 

Le clip officiel de campagne

>> Cliquez sur l’image ci-dessus pour découvrir
le clip officiel de campagne
facebook twitter

 

48 heures à la rencontre des quartiers

>> Consultez le dossier facebook twitter

2 millions de portes ouvertes grâce à vous

>> Rejoignez-nous sur le terrain facebook twitter

Tous les évènements de la semaine

>> Retrouvez l’agenda facebook twitter

Rendez-vous à Paris-Vincennes dimanche prochain !

>> Toutes les infos facebook twitter

La carte n’est pas le territoire

Lis moi avec webReader

Cela fait plusieurs semaines que je souhaitais faire un billet sur la situation de la Poste, mais une campagne électorale ne laisse pas toujours assez de place à un billet qui va au-delà de la simple actualité. La situation en Iroise me donne aujourd’hui l’occasion, à partir d’une situation particulière locale, de donner quelques éléments de réflexion sur la situation de la Poste, mais au-delà sur cette dérive épouvantable qu’est la conception actuelle du management des grandes entreprises, management étant en l’occurrence un bien beau mot pour ce qui est en fait pratiqué et qui mène obligatoirement certains au suicide.

La situation nationale

La loi de privatisation de la Poste de mars 2010 a transformé la société en SA et a introduit une orientation managériale vers la productivité.

La culture du personnel est elle historiquement et toujours celle du service du public.

Ce constat de départ est fondamental pour comprendre les problèmes qui vus de l’extérieur pourraient se résumer à un conflit entre « des salauds de financiers » et des « faignants qui abusent du système ». Non, au-delà de la caricature facile, il s’agit d’une incompatibilité entre des méthodes de management qui n’arrêtent pas de montrer leurs limites et le sens qu’un employé donne à son travail. Ces méthodes de management sont basées sur une culture du chiffre (management par objectif), qui si elle a un sens lorsqu’il s’agit de disposer d’éléments de gouvernance, n’en n’a aucun lorsque l’on confond la carte et le territoire, ou ici lorsque l’on confond un élément de mesure (qui ne représente que très partiellement la réalité) et la mission de l’entreprise, ce qu’elle apporte à ses clients, le sens du travail effectué. Ce décalage est déstructurant et induit des troubles liés à une forme d’injonction paradoxale entre la réalité de ce que l’on est obligé de faire et la mission que l’on a reçu.  Il est à noter que j’énonce là un avis de professionnel, non de militant.

Les objectifs ne pouvant être atteints, la Poste se lance dans un classique management du changement par des réorganisations quasi permanentes. La consigne est donnée aux managers de réorganiser tous les 18 mois leurs territoires. L’objectif étant de réduire progressivement la voilure, les bureaux voient leurs horaires d’ouverture ou leurs positions de travail diminuer. Faire autant en diminuant les moyens, voilà un raisonnement aussi simple qu’en l’occurrence erroné.

La situation en Finistère nord et en Iroise

Au pays d’Iroise, l’Enseigne La Poste se compose de 8 bureaux de poste, 8 agences postales communales, 1 relais poste commerçant. Consigne a été donnée aux managers de ne pas toucher en 2012 au « volume » d’heures d’ouverture des bureaux classés en zone rurale, selon la définition INSEE. Le Conquet est en rural, Plougonvelin en urbain. Plouarzel en rural, Porspoder en urbain.

Ainsi dans le cadre de cette réorganisation la commune de Plougonvelin perd un quart d’heure (ce qui n’est rien sauf significatif de la volonté de faire) et celle de Ploudalmezeau un guichet le matin. L’important étant que progressivement la poste se retire, les horaires diminuent, les clients viennent moins. Ainsi arrive le moment où le trafic ne permettant plus de maintenir la présence d’un bureau géré en direct, le manager proposera au maire concerné une convention de partenariat public (agence postale communale) ou privé (relais poste commerçant). A noter que dans les deux cas, une délibération du conseil municipal concerné est indispensable. Cette convention est signée pour une durée de 1 à 9 ans reconductible 1 fois, et la messe est dite.

Le mécontentement des agents outre le fait que des emplois sont supprimés, provient aussi du fait que la poste les oblige a faire plusieurs bureaux dans la même journée : Milizac à Plougonvelin, Lampaul et Plouarzel au Conquet et Plougonvelin, etc… en fermant des bureaux le matin ou l’après-midi.

Une situation qui n’a rien de particulier

In fine, on remplace ainsi la mission de la poste par un contrat commercial ce qui est le moyen le plus simple de donner un objectif financier simple et de n’avoir plus qu’à considérer des éléments administratifs et financiers. La Poste, service public postal se transforme ainsi en une simple entité commerciale sans mission autre que d’être rentable. Ceci est d’ailleurs le même mécanisme que l’on retrouve à France Télécom, mais aussi de façon plus sournoise à travers le développement de la sécurité privée dans des services publics régaliens comme la police.

Que faire ?

La première chose à faire est de prendre conscience que ce management et ces orientations vont à l’encontre de l’intérêt des clients, des salariés et de l’entreprise. Le cas de la Poste est vraiment symptomatique. Si je prends un outil d’analyse stratégique telle que la matrice BMG, l’élément fondamental, à savoir ce qui a de la valeur pour le client, est le lien privilégié représenté par le facteur. Cas probablement unique, la seule société qui va à la rencontre des Français 6 jours par semaine par tout temps est la Poste (cette image du facteur est bien ancrée dans l’imaginaire collectif). Au-delà du courrier déposé, ce lien a une valeur considérable, est un avantage concurrentiel unique. Or c’est ce lien que la société est en train de détruire ! Dit autrement, pour être plus rentable, la société détruit ce qui fait sa valeur !

Autre élément, comme je l’ai évoqué, cette situation d’injonction paradoxale entre respecter les objectifs chiffrés et la mission de l’entreprise est une situation épouvantable qui fragilise nombre de salariés. C’est une situation où l’on peut prédire de façon quasi certaine qu’elle mènera à des dépressions voire des suicides. Nous devons trouver des moyens d’agir au-delà de la dénonciation, ce qui me permet de soumettre à la réflexion de mes lecteurs et de nos futurs députés l’idée d’une réforme particulière en matière de crimes et délits : je propose de réfléchir sur l’idée d’un crime ou délit devant l’histoire. L’idée est que dans une situation telle que celle que j’ai décrite avec la Poste, on puisse par avance déposer une plainte préventive caractérisant un crime ou délit potentiel à venir. En cas de réalisation de ce crime ou délit, cette plainte préventive serait transformée automatiquement en instruction pour savoir si oui ou non, les personnes concernées ont tenu compte du risque et fait tout ce qui était rationnellement possible de faire pour éviter le pire.

Je ne suis pas un juriste mais je ne crois pas que cette gestion particulière par anticipation du risque existe dans l’arsenal légal préventif. Il doit être travaillé pour mettre des garde-fous, mais c’est une idée à creuser.

En attendant, je souhaite bon courage à nos postiers dans leur lutte.

Le changement c’est maintenant, informez-vous ou rejoignez-nous sur notre réseau social en Iroise :

______________

Sources :

 

 

Campagne présidentielle 2012 : le programme de Nicolas Sarkozy

Lis moi avec webReader

Ça y est, il nous l’avait promis, son équipe nous l’avait marketté et pré-vendu, le programme du nouveau Sarkozy est arrivé, avec une surprise dedans.

La photo ci-contre en montre la quintessence :

  • un emballage qui attire l’oeil
  • la promesse d’une belle surprise
  • du papier d’alu pour la marmotte
  • du mauvais chocolat
  • un bout de papier en guise de notice programme de montage
  • un jouet qui finira à la poubelle à la fin de la journée

Oui, mais je crois que les Français ont passé l’âge de l’enfance et que l’avenir de nos enfants vaut mieux que cela.

Noeud Gordien

Lis moi avec webReader

Mélenchon a ressuscité la gauche radicale (ce qui d’ailleurs me va très bien), mais s’il veut empêcher Hollande de gagner (ce que je ne crois pas), cette résurrection n’aura duré qu’un bout de printemps.

La gauche radicale a impérativement besoin que la gauche social-démocrate gagne cette élection, et la gauche socdem a besoin de l’appui de la gauche radicale pour cela. C’est ma conviction (peu partagée je l’admets) depuis très longtemps. Je regrette que cela n’ait pas été perçu plus tôt et qu’au lieu de cela certains se soient fourvoyés avec un accord contre-nature. Mais c’est ainsi et il faut faire avec.

Les choses sont claires. Si Mélenchon ne fait pas ce qu’il faut, il y a un fort risque de gonfler le moral de la droite après le 1er tour et ce sera pile ou face ensuite. Dans le cas contraire la victoire au 1er tour annoncera la victoire au second.

Jean-Luc Mélenchon a gagné symboliquement la bataille du premier tour, s’il veut vraiment faire un acte révolutionnaire et porter sur son nom la victoire de la gauche, je l’invite à se rallier avant le premier tour aux forces qui soutiennent François Hollande.