Un thème (central ?) pour la future campagne municipale

Lis moi avec webReader

imageVoici une vidéo du site Acteur Public sur une table ronde « Le numérique, un challenge démocratique pour les territoires ».

Ceux qui pensent encore que le numérique est un élément mineur du débat démocratique ont sans doute intérêt à envisager de faire autre chose que de la politique…

Conférence de Michel Rocard sur l’Arctique

Lis moi avec webReader

1380729767687Michel Rocard était cette semaine à Brest pour une conférence sur l’Arctique.

J’en ai retenu l’idée principale que cette région était devenu un imbroglio juridique international suite au changement climatique en cours.

Le changement climatique d’abord contesté sur sa réalité, puis sur ses causes, provoque de façon spectaculaire une diminution de la surface de la banquise en Arctique et à moyen terme une dislocation prévisible de cette même banquise (vers 2050).

Pour la faune, l’adaptation semble devoir être celle de la migration. Les ours polaires pourraient avoir une chance de survivre en migrant vers les terres et en s’adaptant à un nouvel environnement (par eux-même ou par croisement de l’espèce avec des ours bruns), les poissons remontent vers le nord au fur et à mesure du réchauffement de l’eau.

Pour l’homme aussi, ou plutôt son commerce, ce réchauffement sonne l’heure des grands mouvements. L’ouverture des routes maritimes du pôle sont un enjeu majeur car c’est beaucoup plus court pour une large part des échanges de passer par le pôle plutôt que par Panama ou Suez. Là où cela se complique, c’est que ces routes maritimes seront sous responsabilité des pays frontaliers alors qu’il y a très peu de ports permettant d’assurer la sécurité imposées par les traités internationaux. Au premier accident, ce sera la catastrophe à tout point de vue.

Ce problème de route maritime se couple avec celui de revendications territoriales liées en grande partie à la richesse du sous-sol du plateau continental. Jusqu’ici, on ne s’était guère préoccupé de savoir qui avait des droits sur quoi. Or avec la libération des glaces, les ressources halieutiques ainsi que celles du sous-sol deviennent accessibles et très tentantes…

On regrettera hélas, que contrairement à ce qui s’est passé pour l’Antarctique qui est devenu un havre de paix et de sagesse mondiale, l’Arctique est déjà lui une source majeure de frictions. Et comme les revendications territoriales et l’exploitation de la zone ont déjà largement précédé les accords et le droit, il n’y a presque aucune chance que cette région soit gérée avec sagesse. L’histoire risque fort de retenir que les premières conséquences du changement climatique furent géopolitiques.

Climat : la grenouille commence à cuire…

Lis moi avec webReader

Je relaie régulièrement les rapports du GIEC sur le changement climatique et ce dernier vient de livrer un nouveau rapport.

Dans cette saga qui dure maintenant depuis de longues années, je me souviens de l’époque « mais non le climat ne change pas, c’est juste un cycle » et de celle du « oui cela change, un peu, mais l’homme n’y est pour rien, c’est un cycle« . Et bien ce rapport met clairement les points sur les i, oui le climat change, oui il change même plus fort qu’anticipé, non cela n’a rien d’un cycle, oui il y a un lien entre CO2 et changement, et oui l’homme est très largement responsable.

Pour se donner un repère simple sur la situation, il suffit de se souvenir que 2 degrés Celcius en plus c’est le début des problèmes, 4 degrés en plus c’est le début de l’inconnu et 6 degrés en plus c’est la fin. La « fin » cela veut dire la disparition possible de toute vie sur la planète.

La modélisation actuelle du GIEC table selon les scénarios sur une élévation de température entre 0,3 °C et 4,8 °C pour la période 2081-2100. Parallèlement, le niveau des océans augmenterait entre 26cm et 98cm.

Je n’essayerai pas de convaincre les « incrédules par conviction« , l’augmentation du nombre et de l’intensité des événements climatiques extrêmes devraient s’en charger.

Pour les autres, ceux qui veulent agir, je les engage à faire pression autant qu’ils le peuvent sur les pouvoirs publics et les forces politiques, autant que sur eux-même. Et pas à la façon bisounours. Nous n’en sommes clairement plus à une situation où un changement de comportement suffirait à arrêter à coup sûr l’augmentation de température : nous allons devoir ouvrir le très périlleux chantier de l’ingénierie bio-climatique (je ne sais pas s’il faut l’appeler la géo-ingenierie, mais le mot importe peu). Plus nous le faisons tôt, et plus nous aurons de chances de le faire correctement et en douceur. Plus nous retardons l’échéance, et plus nous devrons jouer aux apprentis sorciers.

Le changement climatique est là, et il est plus intense qu’on ne l’envisageait il y a 10 ans. Changer de comportement ne suffira pas, il faut parier sur la volonté et la raison.

______

Sources complémentaires :

La mondialisation ne converge pas vers une société unique

Lis moi avec webReader

Global_Corp_Control_470x260J’étais cette semaine à Brest pour une conférence donnée par Emmanuel Todd. Le sujet était en substance de voir si le phénomène de mondialisation que nous vivons va conduire à une convergence des sociétés mondiales vers un modèle unique.

Tout d’abord, Emmanuel Todd a rappelé que ce n’était pas la première fois que nous subissions un mouvement de mondialisation. Le début du XXème siècle était déjà dans ce mouvement (avec d’autres mécanismes qu’aujourd’hui). Or ce mouvement n’a non seulement pas abouti à une convergence des modèle, mais au contraire a abouti à une exacerbation des différences qui, mal maîtrisées, ont fini en guerre mondiale.

Todd analyse la nature des sociétés à partir de trois grands marqueurs : la natalité, l’alphabétisation et la structure familiale (dans une moindre mesure, le vieillissement de la population intervient également dans le sens d’un frein ou d’un accélérateur des changements). Or ce qui semble expliquer fondamentalement les choix de société c’est le modèle familial.

Si l’on constate bien une convergence mondiale vers une famille type (duo parental dont le niveau d’éducation est en hausse, fécondité aux alentours de 2 enfants / couple), la nature des relations au sein de cette famille reste profondément différente.

Rien qu’en Europe, on trouve par exemple des types familiaux français et anglais qui sont plutôt proches mais qui diffèrent toutefois sur des relations plus libérales outre-manche et plus égalitaires en France. Ce qui explique selon Todd que les modèles économiques soient plutôt de nature très libérales au Royaume Uni et que nous restions si attachés à l’égalité en France.

Les Allemands eux (comme les Japonais) fonctionnent sur un modèle naturellement inégalitaire où prime le respect de l’ordre établi, parfois même selon un mode très martial. Là aussi, on ne manquera pas de se souvenir de l’attitude actuelle de l’Allemagne dans la crise européenne, attitude dure sans grande considération pour les plus faibles.

Enfin, il reste dans le monde beaucoup de sociétés marquées par des liens familiaux fondés sur le cousinage qui rendent très difficiles l’ouverture vers l’extérieur.

On remarque donc que le fait économique et la marche vers la mondialisation ne sont pas les éléments structurants de nos sociétés.  Ce n’est pas parce que nous échangeons et consommons les mêmes produits que cela nous définit. En ce sens, la mondialisation n’est pas une menace identitaire. Ce pourrait être même le contraire puisque cela rend finalement plus visible le modèle du voisin et nous incite à réaffirmer notre identité… comme cela avait été le cas au début du XXème siècle. Todd semble penser qu’en fait, cette réaffirmation identitaire est un facteur de performance. Il est vrai que l’exemple de l’Allemagne qui justement a récemment fait sa révolution identitaire grâce à l’accident historique de la réunification fait partie des gagnants de la mondialisation tout en affirmant clairement sa différence identitaire.

La mondialisation est un facteur économique important, mais elle ne change pas notre identité. Nous sommes Français (et Bretons et citoyens d’Iroise pour ce qui me concerne) de part notre histoire collective et notre construction familiale. L’affirmation de cette identité n’est pas un archaïsme qui serait économiquement ridicule. Elle est une affirmation nécessaire aux chemins que nous pouvons tracer pour l’avenir, aux actions que l’on peut collectivement mener.

2013-09-17 18.09.15

 

Rêverie d’été

Lis moi avec webReader

Il m’est arrivé un truc pas banal. Je somnolais dernièrement dans mon jardin, bercé par la brise d’été et, peut-être suite à une conséquence inattendue du changement climatique ou alors simplement à cause d’une perturbation cosmo-tellurique dont les terres bretonnes ont le secret, j’ai eu l’impression de soudainement me retrouver en un tout autre lieu, en un tout autre temps.

sum_adorantImaginez mon étonnement : revêtu d’une sorte de toge de lin, je me retrouvais à participer à une docte assemblée où siégeaient des hommes à la capillarité très frisotante. Je compris bien vite qu’il s’agissait d’une réunion du PS (Parti Sumérien) qui se penchait sur un sujet fort déconcertant.

Un orateur qui semblait passablement agité s’adressait à l’assemblée et à son radieux président Gilgamesh (on parlait alors plutôt de roi de la cité, mi-homme mi-dieu…). Il tentait de défendre une idée totalement nouvelle, à savoir l’utilisation de symboles en forme de bâtonnet pour stocker de l’information dans l’argile.

C’est merveilleux disait-il, la connaissance ne sera plus tributaire de la fiabilité de la mémoire des hommes, on pourra la graver dans l’argile, la dupliquer et ainsi propager le savoir au plus grand nombre. Jamais l’homme n’aura été aussi savant dans toute son histoire ! On pourrait même oser imaginer des lieux où serait déposé cette fantastique somme de savoir. Et je rêve du jour où en plus d’accéder à la connaissance, un outil nous aidera à mieux réfléchir !

Mieux encore, on pourra stocker tellement d’informations, que nous serons en mesure d’élargir notre vision du temps, de développer de façon merveilleuse notre production de poteries et conclure par écrit des accords avec d’autres cités distantes de plusieurs collines !

Nos lois pourront être écrites pour être mieux appliquées en tout lieu, elles seront en détail connues de tous.

Et combien d’autres merveilles seront-elles permises par une telle invention !

J’observais cependant du coin de l’œil une partie de l’assemblée qui ne semblait guère goûter cet enthousiasme.

Fariboles & rêveries de gamin ! répondit un chevelu échevelé. Le savoir ne peut et ne doit être conservé que dans l’esprit des érudits de la cité.

L’outil ne peut supplanter l’homme, il en est ainsi depuis l’origine des temps.

Et qu’arriverait-il si chacun devenait savant et était libéré des saines contraintes du labeur ? Car nulle doute que votre invention en changeant la façon d’échanger et de travailler aurait de graves répercutions sur notre économie et notre société.

Lorsqu’ils sont libérés des contraintes de leurs besoins fondamentaux, lorsqu’ils ont acquis la connaissance, lorsqu’ils peuvent échanger autant qu’ils le veulent, les peuples rejettent l’ordre établi pour en demander un meilleur.

Hérésie, blasphème, qu’on lui coupe la tête !

C’est alors qu’une prune trop mure m’est tombée sur le nez et m’a sorti de mon rêve. Après m’être débarbouillé, je me suis précipité sur mon ordinateur pour vous narrer mon aventure.

Ah, n’est-il pas merveilleux de disposer de toutes ces ressources numériques (dont beaucoup sont gratuites ce qui les rend accessibles à tous ?

N’est-il pas extraordinaire d’avoir un moyen de produire et de partager si facilement la connaissance ? Sans compter qu’aujourd’hui, la résolution de nombres de problèmes est devenu facile avec l’aide de l’espace numérique alors qu’ils auraient pu rester insolubles sans !

Quelle chance ont nos enfants de pouvoir se dire que tout le savoir qu’ils n’auront pu acquérir à l’école est à portée de main. Quelles merveilleuses opportunités ont nos entrepreneurs de voir s’ouvrir un espace économique au-delà de l’horizon.

Et en plus, contrairement à ma rêvasserie sumérienne, notre élite est maintenant prête à accompagner le changement. Enfin je crois.

Eau amère… une fois encore

Lis moi avec webReader

innondationLes terribles images diffusées ces derniers jours après les inondations cataclysmiques du sud-ouest m’ont tristement renvoyé à trois posts que j’avais faits sur le changement climatique il y a déjà plusieurs années :

Aux inondations, on peut ajouter la même semaine les violents greleépisodes orageux accompagnés de grêle, conséquence d’une différence de 20°C entre Brest où il pleuvait et Strasbourg sous la canicule.

J’avoue être très triste en tant que citoyen et las en tant que militant. Si les scientifiques se doivent d’être prudents en matière de prédiction de l’évolution du climat, leurs modèles se sont bien améliorés depuis les premiers travaux du GIEC. Si on ne peut pas décrire avec certitude comment sera notre monde avec ce changement climatique, prévoir des épisodes météorologiques plus extrêmes dans leur fréquence et leur intensité ne relève pas de la divination mystique mais bien de la responsabilité politique.

hollande-inondation_scalewidth_961Nous en voyons l’illustration directe dans les Pyrénées : la fonte des neiges, les inondations ne sont pas nouvelles ou même rares, mais elles sont ici hors norme. Il en était de même des tempêtes Klaus ou Xynthia et il en sera de même à l’avenir, et ceci de façon certaine. On ne peut pas empêcher ces catastrophes, mais on peut en prévenir les conséquences. Il faut à la fois apprendre à redevenir humble face à la puissance des tempêtes mais aussi courageux pour se prémunir des conséquences humaines.

Même si cela n’a aucune chance d’être populaire, il faut évacuer les zones inondables et submersibles à risque, et détruire les habitations de ces secteurs. À défaut, il est nécessaire de mettre en place des plans d’évacuation en redoutant le jour où le climat viendra à bout de notre résistance au changement et de notre lâcheté à le mener.

Il est également nécessaire de progresser rapidement sur l’ingénierie climatique et ouvrir un débat sur le fait de savoir si oui ou non nous devons agir directement sur notre atmosphère : captage de CO2, augmentation artificielle de la nébulosité, dissémination de fer dans les océans, … beaucoup de pistes sont possibles, on ignore si elles sont souhaitables mais il est temps de regarder nos problèmes en face.

Je vous renvoie enfin sur deux de mes textes où cette question de la rupture climatique est traitée :

Dans quelques mois nous allons entrer en campagne, nous allons choisir nos nouvelles équipes municipales, intercommunales et dans la foulée nos députés européens, une partie de nos conseillers départementaux et nos sénateurs. À chacun de nous de poser aux candidats les questions importantes, à chacun de nous de choisir nos élus sur ce qui compte vraiment pour notre avenir et celui de nos enfants.

Hautes-Pyrénées : au cœur des vallées dévastées par lasemainedespy

 

Le mode d’emploi perdu de l’emploi

Lis moi avec webReader

450px-Pericles_Pio-Clementino_Inv269_n3J’étais invité à participer jeudi à une réflexion sur l’emploi mais n’ayant pas de don d’ubiquité dans le monde physique, je profite des possibilités du numérique pour d’une certaine façon être à mes deux rendez-vous tout en partageant largement certains points de ce difficile problème.

La plus grande difficulté est sans doute d’éviter d’enfoncer les portes ouvertes ou de se noyer dans des poncifs un peu trop faciles. Par facilité, nous aimerions que le chômage soit d’abord la faute de l’autre, que cet autre s’appelle d’un côté mondialisation, finance, libéralisme ou de l’autre archéo-communisme, étatisme et autres mots en isme qui essaient de cacher notre impuissance derrière le cache-sexe de l’emphase.

En Europe, un regard détaché est amené à constater au moins les éléments suivants :

  • contrairement à l’époque souvent regrettée des 30 glorieuses, nous sommes dans la grande majorité des pays européens dans une économie mature, pas une économie de (re)construction
  • contrairement à tout ce que nous avons pu connaître dans le passé, le niveau général d’éducation est pour beaucoup de métiers plus que suffisant et le diplômé n’est plus une rareté sur le marché du travail
  • le travail n’est plus une valeur monolithique qui unissait le revenu nécessaire à la subsistance de la famille et un statut social « honorable ». L’évolution sociale a bien souvent abouti à créer des emplois vidés de leur sens tout en déformant l’échelle des salaires de façon de plus en plus écœurante.

Dit autrement,

  • un jeune diplômé arrivant sur le marché du travail à une valeur très inférieure à ce qu’elle aurait pu être quelques décennies plus tôt,
  • qu’en l’état nos sociétés « repues » n’ont que peu de goût pour se dépasser et lui offrir un espace pour construire un monde nouveau
  • et qu’au contraire le modèle « valeur travail » qui lui est proposé est celui du non-sens cupide ou misérable en fonction du côté où il tombera.

La mondialisation, la crise etc… n’arrangent pas les choses mais elles ne sont pas à mon sens la racine du problème. Si l’on regarde les statistiques un peu vite, on peut penser que tous les pays ne sont pas logés à la même enseigne:

Mais en fait, les pays européens comme l’Allemagne ou dans une moindre mesure l’Angleterre qui arrivent à un taux de chômage « gérable » le font en grande partie en maltraitant la valeur travail à travers la précarité et des bas salaires plus qu’indécents.

Bien d’autres paramètres interviennent dans l’équation et ce post n’a aucunement la prétention d’être exhaustif et de postuler pour le Nobel d’économie. Mais si j’ai retenu ces paramètres, c’est à la fois pour leur importance structurelle et parce que l’on peut agir sur eux.

  1. Nous nous devons d’être honnête avec les jeunes générations et arrêter de leur faire croire aux vertus magiques des diplômes. L’éducation est indispensable dans l’exercice d’un métier, elle peut être un idéal (surtout lorsque l’on est socialiste) mais elle n’est plus un ticket pour avoir une place réservée dans un des wagons de la société.
  2. Nous nous devons de permettre à ces jeunes générations de construire un avenir qui nous échappe et qui potentiellement menace le confort établi au profit des générations qui ont jusque là verrouillé la société française.
  3. Nous nous devons de redéfinir ensemble la valeur travail et accepter que le statut et le moyen de gagner sa vie soient dissociés, que la hiérarchie sociale actuelle soit revue et que l’échelle des rémunérations soit reconstruite dans le sens de la décence et de l’équité de chacun.

Sur le point 1) nous sommes dans un état proche du déni catastrophique.

Sur le point 2) les changements extraordinaires que nous vivons actuellement devraient permettre d’abattre toutes les murailles qu’il faut (d’une certaine façon les contrats intergénérationnels mis en place par le gouvernement vont dans ce sens).

Enfin sur le point 3) la tâche est complexe mais des progrès ont déjà été enregistrés avec l’encadrement des salaires pour ce qui est du secteur public et malgré ce qui a pu être retranscrit par la presse, le chantier n’est pas clos pour le secteur privé. On en jugera par cette déclaration de P. Moscovici fin mai au parlement :

Vous m’interrogez sur les mesures que le gouvernement entend prendre – ou a déjà pris – concernant les rémunérations des dirigeants de nos grandes entreprises.  Je veux être sur ce dossier extrêmement clair. Nous n’avons renoncé à rien. Ni à agir. Ni à légiférer si c’est nécessaire. Je partage le désarroi de nos concitoyens qui voient certains patrons s’octroyer des rémunérations indécentes – y compris lorsque leur entreprise est  en difficulté – alors même que l’ensemble de la communauté  nationale souffre de la crise.

La société française (et au-delà l’Europe) est riche. Elle peut permettre à tous ses citoyens de vivre dignement et d’accéder aux revenus nécessaires à une vie décente. Mais nous devons accepter l’idée que ces revenus ne sont plus nécessairement et définitivement issus du travail tel que nos sociétés l’on connu jusqu’ici. La place que chacun peut avoir dans la société à travers ce qu’il produit et ses revenus sont devenus deux choses différentes.

Parallèlement, notre société est pauvre d’avenir. Nous sommes des arthritiques peureux, sans ambition pour nous-même, mais ce qui est plus grave, sans ambition pour nos enfants autre que la reproduction d’un modèle qui les exclut ! Cette jeunesse n’est pas veule, elle est ce que nous l’obligeons à être.

Enfin, il faut en finir avec l’éloge de la cupidité. Nous devons en finir non pas parce que c’est la crise et qu’il faut punir ceux qui nous y ont largement plongé, mais parce que dans ce nouveau monde qui change sous nos yeux, nous ne devons pas retrouver le pire de l’ancien. Les changements en court sont immenses et peu de gens aiment fondamentalement le changement. Il est plus que temps de faire naître aux yeux de tous  la promesse de ce monde qui se transforme. Il est plus que temps de laisser ce vieux monde qui nous est devenu insupportable. Beaucoup d’outils du changement sont déjà là : les nouvelles possibilités énergétiques, le numérique, les impératifs climatiques. Il ne reste plus qu’à se mobiliser et à bâtir un nouveau monde avec ces outils, à inventer le mode d’emploi des talents et des forces qu’il y a en nous et autour de nous.

 

Les faucheurs de marguerites

Lis moi avec webReader

OLYMPUS DIGITAL CAMERALe projet de l’aéroport de Notre Dame des Landes oscille toujours entre l’euthanasie et la résurrection. Avec la chaîne humaine de vendredi dernier, l’euthanasie a un peu repris le dessus mais comme son premier défenseur est le premier ministre, il semble clair que le point marqué cette semaine n’est que temporaire.

Mais au-delà des actions plus ou moins spectaculaires, que révèle ce conflit ?

P2779373D2180231G_px_512_D’abord qu’en matière d’aménagement du territoire, les choix ne sont pas fondés que sur la rationalité. Si Nantes a effectivement un problème de développement aéroportuaire, la création d’une infrastructure de cette ampleur a nécessairement des implications régionales. Et en terme d’aménagement régional justement, de priorité de développement, ce projet ne prend guère en compte la présence de l’aéroport de Rennes (sinon sous forme de rivalité en terme de leadership) ou l’isolement péninsulaire de Quimper & Brest. Au moins, si le projet de Notre Dame des Landes devait être abandonné, pourrait-on formuler le souhait que les 550 millions d’euro de budget soit réaffectés à la construction des lignes TGV Brest-Morlaix & Quimper-Lorient.

Mais plus profondément, il me semble que ce mouvement de contestation  porte en lui une dimension conservatrice dans un monde qui change vite, très vite, sans doute trop vite. Après tout, pourquoi dans une période économiquement catastrophique une partie non négligeable de la population se mobilise-t-elle ou a minima trouve-t-elle sympathique ce mouvement contre la construction d’un aéroport au milieu de nulle part ? La construction générerait forcément de l’activité économique & de l’emploi, son exploitation ultérieure également. Rationnellement (à nouveau), les champs et les marais de la campagne nantaise devraient peser peut de choses dans une telle situation. Or on voit se rejouer la lutte du Larzac près de 40 ans plus tard et peut-être comme à l’époque, sans en comprendre la nature émotionnelle profonde.

Nous ne sommes pas au début du XXème siècle dans un monde dirigé par une bourgeoisie qui pense que demain sera à l’identique d’aujourd’hui. Nous ne sommes pas dans un monde de progrès lent, régulier et maîtrisé. Nous ne sommes pas dans un monde où chacun identifie sa place avec clarté.

Et ceci ne se limite au seul symptôme de l’aéroport nantais. Pourquoi le mariage pour tous, qui après tout est une réforme qui n’a aucun impact pour tous ceux qui se déclarent contre, a-t-il tellement agité les foules ? Parce que lui aussi détruisait une certitude culturelle tenue pour vérité immuable : un mariage c’est un homme et une femme. Et bien non.

bebeEt que se passera-t-il lorsque les gens comprendront que du point de vue médical et biologique, un enfant n’est plus le fruit d’un seul homme et d’une seul femme justement, mais en l’état des connaissances actuelles, potentiellement d’un homme et de deux femmes (trois lorsque la greffe d’utérus aura complètement réussi). Nous ne savons plus dire clairement ce que donner la vie signifie. Et il existe tant d’autres changements radicaux en marchent !

Nos certitudes culturelles, philosophiques, identitaires sont battues en brèche par cette époque. Mon propos n’est pas ici de dire si c’est bien ou pas, s’il faut y aller ou le refuser. Non, mon propos et plutôt d’essayer d’aider chacune et chacun à mettre un nom sur ces peurs du changement, d’inciter à la réflexion, et politiquement permettre de tracer sereinement un chemin éclairé vers un avenir construit en commun.

Pourquoi les ordinateurs de Bercy donnent probablement une mauvaise estimation de la richesse

Lis moi avec webReader

smithwon011frontispiece J’ai dernièrement publié un article sur Le Cercle des Échos traitant d’un aspect très particulier de l’économie numérique, à savoir un probable début de décorrélation entre la valeur monétaire des services numériques et leur valeur intrinsèque, à savoir la richesse qu’ils apportent à ceux qui l’utilisent.

Nous, comme les entreprises, utilisons tous les jours de tels services, et de façon de plus en plus  importante : du simple service de mail qui nous permet de communiquer chaque jour sans payer quoi que ce soit pour nos envois (même pas l’équivalent d’un timbre), aux bases de données planétaires qui nous apportent un niveau de connaissance incroyable sans avoir à débourser ne serait-ce que l’équivalent d’un abonnement à la bibliothèque municipale, jusqu’à des services comme la publicité numérique par exemple qui nous permettent de récupérer de l’argent sonnant et trébuchant. Et il ne s’agit là que de services peu évolués.

La baisse drastique des coûts et la (vraie) gratuité sont deux des caractéristiques remarquables de l’économie numérique. On constate donc d’un côté une augmentation forte et continue de services numériques qui d’une façon ou d’une autre nous apportent de vrais éléments de richesse, et de l’autre une absence de valeur monétaire. Dans le milieu professionnel ceci est encore accentué par le fait que ces services numériques remplacent la vieille et coûteuse informatique.

euroOr si l’on a d’un côté une augmentation de la richesse et de l’autre aucune valorisation financière, il n’y a qu’un pas pour arriver à la conclusion que les calculs de PIB (entre autres) ne reflètent plus la réalité.

La question est ensuite de savoir si cette richesse monétairement invisible est marginale ou pas. L’économie des services numérique en ligne en France pèse environ 1 milliard d’euros et les mécanismes de cette économie utilisent presque systématiquement une entrée de gamme gratuite. On peut en conclure que non, la richesse invisible n’est pas marginale, et qu’en plus elle croît très rapidement.

Une autre question est de savoir si cette richesse invisible est de l’ordre du nécessaire ou du superflu, c’est à dire si cela nous aide à satisfaire tout ou partie de nos besoins « fondamentaux » ou si c’est une richesse dont nous pourrions facilement nous passer même si elle satisfait nos égos ou nos caprices. Il me semble que c’est les deux à la fois. Si on pourrait aisément remplacer tous les services du type loisir par exemple, les services apportés par les services de partage, ceux qui évitent des dépenses de transport ou qui nous apportent une information utile, sont eux de l’ordre du nécessaire. Pour ne prendre qu’un exemple, ne pas être obligé d’avoir sa propre voiture car on peut aisément s’en sortir avec les services de co-voiturage représente clairement une richesse invisible de plusieurs milliers d’euros par an.

220px-René_ThomSans doute comprenez-nous mieux maintenant ma question sur la probable mauvaise estimation de la richesse française. Combien de points de croissance représente cette richesse invisible ? N’est-t-on pas entré dans une période d’inflexion où pour reprendre la théorie des catastrophe de René Thom, les modèles d’évaluation de la richesse d’avant sont incapables d’estimer la richesse réelle du monde d’après puisque les modèles ont changé ?

En tout état de cause, la création d’une richesse invisible du point de vue monétaire est un constat. Cette richesse croît et n’entre pas dans les statistiques. Ce qui a une première conséquence heureuse : notre situation économique est probablement meilleure que ce qu’indiquent les statistiques ! Mais cela doit aussi inciter nos élus a accélérer l’incorporation des mécanismes de l’économie numérique dans leur façon de comprendre les problèmes. Il faut que l’action publique promeuve l’alphabétisation numérique pour que tous les citoyens accèdent à cette richesse invisible. Au-delà, il faut commencer à penser les services publiques de façon à incorporer les mécanismes de gratuité du numérique en lieu et place des coûts de l’ancienne économie. Dans le monde de la connaissance et de la connectivité qui se construit actuellement, un service public est probablement une richesse, plus un coût.

La République 2.0 et l’acte III de la décentralisation

Lis moi avec webReader

Marylise-LebranchuLa réforme sur la décentralisation portée par Marylise Lebranchu continue à avancer à petits pas, mais à avancer. L’idée générale (qu’on me pardonne le raccourci trop synthétique) et de rééquilibrer les pouvoirs et compétences entre les différentes collectivités et institutions de la République, conseils régionaux, conseils généraux (désormais appelé conseils départementaux),  EPCI, communes, communautés de communes, métropoles, …

Il me semble que sur le fond, c’est une excellente chose et que cette orientation est en phase avec les attentes de l’époque et des évolutions de la société. Je ne suis pour ma part ni jacobin ni indépendantiste et je suis convaincu que la République se porte bien lorsque ses citoyens ont le sentiments que les décisions et leur application sont faites au bon niveau de connaissance et d’écoute de leur vie. Il faut trouver le meilleur équilibre entre la vision et les grandes orientations politiques sans lesquelles rien n’est possible et la vie quotidienne de chacun sans quoi rien n’a de sens.

Je dois pourtant confesser un certain malaise avec les discussions en court. Le fond des travaux n’est pas en cause mais ces travaux prennent à mon sens beaucoup trop la forme d’une discussion, d’un échange, d’une négociation entre élus, ou plus exactement entre techniciens de l’action publique. Si cela devait effectivement être le cas, je craints fort que non seulement les citoyens ne nous donneront pas un satisfecit pour cette réforme pourtant majeure, mais qu’en plus ils nous reprocheront d’avoir élargi le fossé entre l’élu et le citoyen.

La réponse qui est généralement donnée lorsqu’on dit que le citoyen n’est pas suffisamment impliqué dans l’action politique, est que ce citoyen ne prend que rarement ses responsabilités lorsqu’on lui demande de se manifester. Il est  exact que très peu d’entre nous ont, ne serait-ce qu’une fois, assisté à un conseil municipal par exemple et que nous ne nous précipitons pas aux réunions d’information sur l’action publique. A contrario, les primaires socialistes ou encore plus récemment les ateliers du changements PS ont montré l’appétence et l’intérêt des gens pour la politique.

Ce paradoxe me semble pouvoir être expliqué de la façon suivante : les Français s’intéressent à la politique, ils veulent tisser un lien fort avec leurs élus, ils veulent pouvoir exprimer leurs attentes, leurs espoirs ou leur déception, mais ils ne se sentent pas, avec raison, compétents pour prendre et assumer des décisions dont beaucoup d’éléments leur échappent. Alors à quoi bon ? Et c’est pourquoi les expériences de démocratie participative ont généralement des succès d’estime mais ne débouchent pas sur des actions de fond. Mais cela ne veut pas dire que les citoyens sont hors jeux ! Ce qui marche très bien, c’est lorsque ces personnes ont l’occasion d’agir, de s’impliquer. Faites une réunion locale sur la prise en charge de la misère et vous n’aurez sans doute pas un grand succès. Pourtant, si vous cherchez des gens impliqués dans des associations comme les restos du cœur, vous n’aurez pas de mal à en trouver (surtout en Finistère). Si la démocratie participative est une idée qui fonctionne mal, la démocratie coopérative est elle une réalité de tous les jours !

Et c’est sur cette démocratie coopérative que nous pouvons avoir l’espoir de réconcilier la réforme de l’acte III de la décentralisation avec les citoyens. Ouvrons dans la loi la possibilité d’expérimenter la délégation d’un certain nombre réflexions et de mise en œuvre de l’action publique. Que les élus fassent leur travail de contrôle, accompagnent la réflexion, mais qu’ils donnent la possibilité aux associations de citoyens de s’impliquer dans la mise en œuvre. Pour réaliser cette jonction entre les élus et les citoyens, il ne manque qu’un instrument puissant de coordination. Or un tel instrument existe : aujourd’hui, on sait mettre en œuvre des plateformes numériques qui permettent de co-construire des choses et de les mettre en œuvre en commun. Dans le domaine privé, des sociétés comme Local Motors (États-Unis) ou encore My Major Company (France) ont révolutionné les modèles économiques en impliquant le consommateur dans la conception & la vente de produits. L’acte III de la décentralisation doit permettre de changer le modèle politique en impliquant le citoyen dans la discussion et la mise en œuvre de l’action publique.

Il faut ouvrir ce champ expérimental, ce sera le premier pas vers la République 2.0, une République où la démocratie ne s’exprime pas qu’une ou deux fois par ans, où le citoyen n’est pas que le spectateur de notre destin collectif. L’action publique doit pouvoir être assumée par tout citoyen qui le souhaite, dans le cadre normal de l’action politique locale. Osons !